Nantes: La population augmente encore dans la région, quelles communes grossissent le plus?

DÉMOGRAPHIE L'agglomération nantaise et le département de Loire-Atlantique en général continuent de gagner en population, selon l'Insee...

J.U.

— 

Vue aérienne de Nantes
Vue aérienne de Nantes — S. Salom Gomis/ SIPA
  • Le département de Loire-Atlantique se situe au 5e rang des départements français qui ont le plus gagné d’habitants entre 20011 et 2016
  • Cette hausse est surtout portée par la ville de Nantes et son agglomération

Alors que la poussée démographique ralentit à l’échelle du pays, ce n’est pas le cas en Loire-Atlantique et dans la région nantaise, toujours très dynamique en la matière. Selon l’Insee, qui vient de publier l’état de la population au 1er janvier 2016, la Loire-Atlantique se situe même au 5e rang des départements français qui ont le plus gagné d’habitants entre 20011 et 2016, grâce au solde migratoire en priorité, mais aussi au solde naturel (davantage de naissances que de décès).

Avec 1,3 % de croissance en moyenne par an, c’est le seul département de la région des Pays-de-la-Loire qui n’est pas touché par le ralentissement démographique.

Les communes de Nantes métropole qui attirent le plus

Dans le détail, en cinq ans, la population nantaise a augmenté de 18.849 habitants, et même 66.969 pour l’agglomération. Onze des 23 communes de la métropole ont gagné plus d’un millier de nouveaux habitants : Saint-Herblain (+ 3.521), Sainte-Luce-sur-Loire (+ 2.548), La Chapelle-sur-Erdre (+ 1.905), Vertou (+ 1.900), Thouaré-sur-Loire (+ 1.892), Couëron (+ 1.815), Bouaye (+ 1.617), Saint-Sébastien-sur-Loire (+ 1.579), Rezé (+ 1.436), Orvault (+ 1.375) et Carquefou (+ 1.362).

Selon l’Insee, « Bouaye, Thouaré-sur-Loire et Sainte-Luce-sur-Loire se démarquent par les plus forts taux de croissance du département (respectivement + 4,9 %, + 4,4 % et + 3,7 % par an en moyenne) ».

Dans le reste du département, celles qui gagnent et celles qui perdent

La grande couronne nantaise tire aussi son épingle du jeu. L’Insee cite notamment les communes de Sainte-Pazanne, Cheix-en-Retz ou Saint-Mars-du-Désert qui ont connu une hausse d’environ 3 % par an. Un peu plus loin, l’agglomération de Saint-Nazaire continue son développement (9.250 habitants supplémentaires). La ville de Saint-Brévin est également citée, avec une augmentation de 1.322 personnes entre 2011 et 2016.

Comme ces dernières années, certaines villes côtières attirent moins, et notamment au nord-Loire comme La Baule, Le Pouliguen, ou Batz-sur-Mer. Châteaubriant ou Sion-les-Mines sont aussi à la traîne. L’Insee ajoute que 25 communes de Loire-Atlantique affichent une baisse de population selon les derniers compteurs, contre seulement 14 entre 2006 et 2011.