Les avions ont cumulé 34 années de retard en France en 2018

TRAFIC AERIEN Le nombre d’annulations a presque doublé en un an et les retards ont augmenté de 26,8%…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un avion Air France à l'aéroport de Roissy.
Illustration d'un avion Air France à l'aéroport de Roissy. — Mario FOURMY/SIPA

2018 a été une année noire pour le trafic aérien en France. En un an, le nombre de vols commerciaux annulés a quasiment doublé. Une hausse de 95 % a en effet été constatée entre les 25 décembre 2017 et 2018, indique une enquête réalisée par Air Indemnité et relayée par Le Parisien.

Les retards sont eux aussi en nette augmentation, avec une progression de 26,8 % sur la même période pour les retards de plus de trois heures. Ensemble, retards et annulations ont ainsi progressé de 55,9 % en France. L’an dernier, les passagers des 41.639 avions partant ou arrivent en France ont atteint leur destination après l’horaire prévu. Le retard cumulé sur l’année est vertigineux : il est équivalent à trente-quatre années.

Les grèves en cause

Au total, 1.125.000 vols ont transporté plus de 127 millions de voyageurs, dont 4,7 millions ont vu leur trajet perturbé par un retard ou une annulation. La compagnie aérienne la plus ponctuelle a été Ukraine international airlines, dont seulement 0,26 % des liaisons ont connu un « incident ». Viennent ensuite Aegan Airlines (0,51 %) et Emirates (0,58 %). Tunisair est en revanche bon dernier de la liste, avec 11,35 % des vols perturbés.

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette multiplication des perturbations. Alors que la quantité d’aéroports n’augmente que très peu, les passagers sont eux de plus en plus nombreux dans le monde. Deux transporteurs desservant la France ont de plus fait faillite en 2018, compromettant les voyages de nombreux clients.

Enfin, les grèves ont-elles aussi pesé dans la balance, en France comme ailleurs. « Le doublement des annulations par exemple s’explique en grande partie par les mouvements sociaux entre mars et juillet derniers, ceux des contrôleurs aériens, des bagagistes, des personnels des compagnies aériennes, dont Air France », explique la porte-parole d’Air Indemnité Anne-Laure Hery.