VIDEO. «Gilets jaunes»: Eric Drouet est sorti de garde à vue

POLEMIQUE L’homme a passé moins de 24 heures en garde à vue, pour organisation d’une manifestation sans déclaration préalable…

20 Minutes

— 

Eric Drouet est sorti de garde à vue ce jeudi 3 janvier 2019.
Eric Drouet est sorti de garde à vue ce jeudi 3 janvier 2019. — Bertrand GUAY / AFP

Alors qu’il avait été interpellé mercredi au soir par les CRS pour organisation d’une manifestation sans déclaration préalable, Eric Drouet, l’une des figures emblématiques des « gilets jaunes » est sorti de garde à vue ce jeudi après-midi. Il y aura donc passé moins de 24 heures.

Selon son avocat, Khéops Lara, il ressort libre sans aucune convocation devant le tribunal correctionnel. « C’est une opération on ne peut plus politique, a déclaré l’avocat à la sortie de la garde à vue. L’Etat a bafoué le droit de mon client. Il faut dire stop au harcèlement maintenant. »

Mais un commmuniqué du procureur annonce bien qu'« une convocation par officier de police judiciaire lui a été délivrée pour le 15 février 2019 à 9h devant la chambre 24/1 du tribunal correctionnel de Paris des chefs d’organisation d’une manifestation sur la voie publique sans autorisation, faits du 22 décembre 2018 et 2 janvier 2019. »

« Une simple rencontre entre gilets jaunes »

Eric Drouet s’est lui aussi exprimé. « C’était une simple rencontre entre gilets jaunes pour aller au restaurant. On a marché sur le trottoir. On a pris les passages piétons. On a été droit et ça n’a pas suffi. J’ai été arrêté. » Il en a profité pour donner son point de vue sur son interpellation d’hier soir : « Tout ce qui se passe ici c’est politique, la façon dont c’est fait, c’est politique. Même eux (les policiers, NDLR) n’ont pas l’habitude que ça se déroule comme ça, qu’il y ait des haut gradés qui assistent à l’audition, qui posent eux-mêmes les questions, c’est du jamais vu »

Une déclaration qui tranche avec son direct diffusé sur les réseaux sociaux ce même mercredi. Il évoquait dans son live une « action » dans la soirée pour « choquer l’opinion publique ».

Eric Drouet avait déjà été interpellé le 22 décembre à Paris pour port d’arme prohibée et sera jugé le 5 juin. Ce leader des « gilets jaunes » est par ailleurs visé par une enquête préliminaire pour « provocation à la commission d’un crime ou d’un délit » après avoir appelé à marcher sur l’Élysée le 5 décembre lors d’un débat sur BFMTV​.