Mise en scène d'une «décapitation» de Macron: Les trois gardés à vue mis en examen

ENQUETE Une enquête a été ouverte pour « provocation publique à la commission d’un crime » et « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique »... 

20 Minutes avec AFP

— 

(Photo d'illustration) L'action d'Emmanuel Macron est au centre des revendications des "gilets jaunes".
(Photo d'illustration) L'action d'Emmanuel Macron est au centre des revendications des "gilets jaunes". — SIPA

Trois « gilets jaunes » ont été mis en examen ce samedi à Angoulême à la suite d’un rassemblement, la semaine dernière, au cours duquel un pantin à l’effigie d’Emmanuel Macron avait été décapité, a indiqué le parquet. Deux hommes et une femme, âgés de 25 à 45 ans, originaires de Charente, ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire, après avoir été placés la veille en garde à vue.

Les trois personnes avaient été entendues par la police en tant qu’organisateurs d’une manifestation de « gilets jaunes » à Angoulême, à laquelle participaient une cinquantaine de protestataires.

L’avocat des trois « gilets jaunes », Me Pierre-Henri Bovis, a indiqué vendredi à l’AFP que ses clients étaient victimes d’une « lourde médiatisation », « contre leur gré », d’un « événement qui relevait d’un second degré », d’une « pièce de théâtre organisée par des "gilets jaunes", pour des "gilets jaunes" ». « Si cela a choqué, ils en sont conscients et prêts à s’excuser », mais, a-t-il insisté, « ils ont agi dans un cadre légal », et « ont usé de leur droit de manifester et d’organiser un événement déclaré en préfecture, sans haine ni violence ».

« Provocation à la commission d’atteinte à la vie » et « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique »

Ils ont été mis en examen pour « provocation à la commission d’atteinte à la vie » du président Macron, qui peut aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement, « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique », qui peut être puni d’un an, et déclaration incomplète ou inexacte de déclaration de manifestation (six mois).

Un « procès » fictif d’Emmanuel Macron - jamais évoqué lors de la déclaration de manifestation - avait été simulé, à l’issue duquel le pantin à l’effigie du chef de l’Etat avait été décapité à la hache. La préfète de Charente avait fait un signalement au parquet, en dénonçant des faits « portant gravement atteinte tant à la personne qu’à la fonction du président de la République ».

Le Premier ministre Edouard Philippe s’était aussi ému de ce « simulacre de décapitation du chef de l’Etat » dans un tweet.