VIDEO. Prélèvement à la source, Smic, prix du timbre… Tout ce qui va changer à partir du 1er janvier 2019

VIE QUOTIDIENNE Certaines mesures seront favorables à votre pouvoir d’achat. Mais d’autres le seront beaucoup moins…

M.B.

— 

Smic - Illustration
Smic - Illustration — ALLILI MOURAD/SIPA

Des changements en rafale avec à la clef de bonnes nouvelles, mais aussi de mauvaises. Voici ce qui vous attend à partir du 1er janvier 2019.

Le prélèvement à la source arrive

Le prélèvement à la source, qui entrera en vigueur au 1er janvier, va révolutionner les habitudes fiscales des contribuables et les pratiques de l’administration. Presque tous les revenus sont concernés : les traitements et salaires (sauf pour les employés à domicile qui devront attendre 2020), les retraites, les revenus des indépendants, les revenus fonciers récurrents et les revenus dits de « remplacement », comme les allocations-chômage. On vous explique cette réforme en vidéo.

Et si jamais vous êtes toujours dans le flou, sachez que les appels au standard téléphonique du service des impôts répondant aux questions sur le prélèvement à la source ne seront plus surtaxés.

Smic : revalorisation de 1,5 % au 1er janvier 2019

A partir du 1er janvier 2019, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) va être revalorisé de 1,5 % (contre 1,24 % au 1er janvier 2018). Le nouveau montant du Smic brut horaire sera donc porté à 10,03 euros au 1er janvier 2019 (contre 9,88 euros depuis le 1er janvier 2018) soit 1.521,22 euros mensuels sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires.

Les heures sup défiscalisées

La défiscalisation des heures supplémentaires interviendra dès le 1er janvier au lieu du 1er septembre 2019. Tous les salariés, y compris les fonctionnaires, pourront bénéficier de ce dispositif. Les sommes perçues seront en outre exonérées d’impôt sur le revenu jusqu’à 5.000 euros nets par an - mais pas de CSG-CRDS - et par conséquent exclues du calcul du prélèvement à la source.

Selon le gouvernement, le gain sera, pour « un nombre moyen de 109 heures supplémentaires effectuées, de 155 euros pour un salarié au Smic, contre 39 euros avec une entrée en vigueur au 1er septembre 2019 ».

Prime d'activité en hausse

La prime d'activité va augmenter de 90 euros et sera élargie de 3,8 à 5 millions de foyers éligibles. Les CAF verseront cette prime revisitée à partir du 5 février, y compris aux nouveaux allocataires s'ils font une demande avant le 25 janvier.

Des retraites faiblement revalorisées

La douche froide pour les retraités. Leur pension ne sera revalorisée que de 0,3% bien en deçà de l’inflation qui flirte avec les 1,8 %.

Mais CSG en baisse

La CSG baissera pour 5 millions de retraités. Leur taux de prélèvement passera de 8,3% à 6,6%. La mise en oeuvre pourrait prendre plusieurs mois et les bénéficiaires seront remboursés rétroactivement.

Les cotisations augmentent pour les retraites complémentaires

A partir de mardi, les retraites complémentaires​ Agirc (cadres) et Arrco (tous les salariés du privé) fusionnent. Pour les renflouer, les salariés cotiseront plus notamment en raison de l’augmentation de deux points du "taux d’appel", de 125 à 127 %, qui n’ouvre pas de droits nouveaux. D’après l’Agirc-Arrco, les cotisations d’un salarié non-cadre rémunéré 2.206 euros bruts par mois en 2018 augmenteront de deux euros par mois pour le salarié, de six euros pour son employeur. Pour un cadre rémunéré 4.749 euros bruts par mois, l’augmentation est de 19 euros par mois pour le salarié, de 31 euros pour l’employeur. Par ailleurs, les salariés nés à partir de 1957 seront soumis à un bonus-malus les incitant à travailler un an de plus une fois remplies les deux conditions nécessaires pour une retraite à taux plein (âge légal et durée de cotisation). Un salarié disposant de toutes ses annuités et qui prendra sa retraite à 62 ans aura une retraite complémentaire minorée de 10 % par an pendant trois ans, puis une retraite à taux plein à 65 ans. S’il travaille jusqu’à 63 ans, aucune minoration ne lui sera imposée.

 

Un coup de pouce pour le minimum vieillesse

Le minimum vieillesse appelé désormais allocation de solidarité aux personnes âgées a augmenter de 35 euros par mois pour atteindre les 826,20 euros. Une nouvelle bonification de 35 euros est attendue au 1er janvier 2020.

Le prix du timbre flambe

Ça va faire mal au portefeuille. Les prix des timbres vont augmenter en moyenne d’environ 10 % à partir du 1er janvier 2019. Dans le détail, le timbre prioritaire (rouge) augmentera de 10 centimes à 1,05 euro, soit une hausse de 10,5 %, et le timbre vert augmentera de 8 centimes à 0,88 euro, soit une hausse de 10 %. Pour les colis, les tarifs pour les envois domestiques des particuliers augmenteront de 1,4 % soit une hausse identique à celle de 2018. La Poste explique la hausse des prix des timbres par la nécessité de compenser le déclin structurel des volumes de courrier, qui a baissé de 6 % par an en moyenne sur les cinq dernières années.

Mais les tarifs du gaz baissent

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués à près de 4,5 millions de foyers français par Engie, vont baisser en moyenne de 1,9 % le 1er janvier. Dans le détail, cette baisse (hors taxe) sera « de 0,6 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,2 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 2 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », a détaillé le régulateur dans un communiqué. Cette baisse, la deuxième consécutive après celle de 2,4 % en décembre, s’explique par le recul des prix du gaz sur le marché de gros. Ces deux mois de baisse interviennent après une période de forte hausse des tarifs (+5,8 % en novembre, +3,25 % en octobre, +0,9 % en septembre).

Chèque énergie revalorisé

Le chèque énergie sera augmenté de 50 euros et bénéficiera à 5,8 millions de ménages pour payer leurs factures d'énergie ou des travaux de rénovation énergétique.

Un compte personnel de formation en euros

À compter du 1er janvier, les heures inscrites sur votre CPF et les heures acquises au 31 décembre 2018 au titre du droit individuel à la formation (DIF) maintenant remplacé seront converties en euros à raison de 15 euros par heure. Ainsi, les salariés à temps plein bénéficieront de 500 euros de formation par an, un total qui ne pourra pas dépasser 5.000 euros (soit 10 ans de cumul). Les personnes travaillant à temps partiel auront autant d’euros sur leur CPF que les salariés à temps plein. Quant aux salariés non-qualifiés, ils auront droit à 800 euros de formation par an.

La chasse aux conducteurs sans assurance se durcit

Gare aux centaines de milliers d’automobilistes qui roulent sans assurance. Dès le 1er janvier, les forces de l’ordre auront accès au fichier des véhicules assurés (FVA) leur permettant de détecter plus facilement les véhicules non assurés en circulation.

La conduite sans assurance peut être sanctionnée par une amende de 3.750 euros, parfois assortie de peines complémentaires comme la suspension ou l’annulation de permis avec interdiction de le repasser, voire même la confiscation du véhicule.

Prime à la conversion doublée

La prime à la conversion visant à aider les Français à remplacer un véhicule ancien par un véhicule moins polluant sera doublée pour les 20 % de ménages les plus modestes et les actifs non imposables qui font plus de 60 kilomètres par jour pour se rendre au travail. Elle passera à 4.000 euros pour un véhicule thermique neuf ou d’occasion et à 5.000 euros pour un véhicule électrique ou hybride rechargeable neuf ou d’occasion, explique le ministère de l'Economie.

Les délais pour l’inscription sur les listes électorales étendus

Pour voter aux Européennes du 26 mai 2019, pas besoin de vous précipiter pour vous inscrire sur les listes électorales d’ici au 31 décembre de l’année précédent un scrutin comme cela était le cas auparavant. Cette démarche est désormais possible jusqu’au 31 mars 2019.