Non, le maire de Metz n’a pas tenu un discours délirant et islamophobe sur le porc dans les cantines

FAKE OFF Un faux discours islamophobe attribué au maire de Metz (et précédemment à d'autres élus en France et ailleurs) est très partagé sur Facebook...

Alexis Orsini

— 

Une cantine scolaire de Metz.
Une cantine scolaire de Metz. — Ville de Metz
  • Sur Facebook, une fausse note prétendument signée du maire de Metz, Dominique Gros, frôle la barre des 100.000 partages.
  • Ce texte prétend raconter comment le maire aurait refusé d’interdire, malgré la demande de parents musulmans, le porc dans des cantines scolaires.
  • La mairie de Metz confirme à « 20 Minutes » que ce post est faux. Le texte, modifié au fil des années, circule au moins depuis 2013.
  • Il est parfois attribué à d’autres élus.

En cette période de grogne contre la classe politique, les discours de remerciements envers les élus locaux ont de quoi surprendre. Surtout lorsqu’ils deviennent viraux en très peu de temps, à l’instar d’un post Facebook de félicitations à l’égard de Dominique Gros, maire PS de Metz (Lorraine).

Mais le succès de ce texte, partagé près de 100.000 fois depuis le 19 décembre, tient à sa tonalité islamophobe, lui qui prétend expliquer pourquoi le maire de Metz a refusé « d’enlever le porc du menu de la cantine de l’école ».

« Des parents musulmans ont demandé l’abolition du porc de toutes les cantines des écoles d’une banlieue de Metz-Borny. Le maire a refusé et le secrétaire de la ville a adressé une note à tous les parents » affirme le post.

Ce post Facebook prête de faux propos au maire de Metz, Dominique Gros.
Ce post Facebook prête de faux propos au maire de Metz, Dominique Gros. - capture d'écran

Il fournit ensuite le contenu de la prétendue note, qui soutient notamment : « Pour les musulmans qui ne sont pas d’accord avec la laïcité et ne se sentent pas confortables à Metz, en Lorraine, au pays de Jeanne d’Arc, il y a 57 beaux pays musulmans dans le monde, la majorité sous-peuplés, prêts à les recevoir avec des bras halal grand ouverts et en accord avec la sharia (sic) ».

« Posez-vous la question juste une fois ; pourquoi la vie est-elle meilleure en France plutôt que dans votre pays d’origine ? Une cantine où on sert du porc et du museau lorrain ou de la quiche lorraine avec une bonne tarte aux fraises ou à la mirabelle de Lorraine fait partie de la réponse » conclut l’intox.

FAKE OFF

« C’est totalement faux, aussi bien sur la forme que sur le fond : Dominique Gros n’a jamais tenu un tel discours » indique à 20 Minutes la mairie de Metz, tout en soulignant que cette intox est d’abord apparue sur Facebook il y a quelques mois – on en trouve trace dès le 31 mars 2018 – avant de connaître un regain de viralité ces derniers jours.

« Les menus sont préparés par une diététicienne de la société Elior. On y trouve des plats avec du porc, mais également des plats de substitution » poursuit la municipalité, qui renvoie en complément aux menus scolaires de saison disponibles sur son site.

« Il n’y a pas non plus de menu halal ou casher dans la restauration scolaire de la municipalité : nous mettons l’accent sur les circuits courts, l’agriculture biologique et la gestion des déchets » conclut la ville de Metz, alors que Dominique Gros a adressé une lettre à Facebook pour lui demander le retrait de cette « publication grossière […] et à caractère islamophobe ».

Une intox (notamment) passée par la Belgique et le Québec

D’où provient l’intox ? Si son origine est difficile à retracer – à l’instar de toute chaîne appelant les internautes à la partager –, elle est relayée depuis au moins 2013 sous différentes versions. A l’époque, le même prétendu « refus d’enlever le porc du menu de la cantine » et une « note » aux propos quasi-identique étaient attribués à Marc Duvivier, bourgmestre d’Ath, en Belgique – qui avait publié un démenti.

Ce texte a également été attribué au maire de Dorval, au Québec, en 2015, un an avant de viser le maire de Perpignan… puis celui de Metz, grâce à l’ajout, dans certains passages, de références à des spécialités culinaires locales pour le rendre plus « authentique ».

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.