Journée mondiale de l'orgasme: Les Françaises sont moins épanouies sexuellement que leurs voisines européennes

SEXUALITE Les Européennes les plus épanouies sexuellement sont les néerlandaises, selon cette étude...

L.Br.

— 

Un couple s'embrasse devant la tour Eiffel (image d'illustration).
Un couple s'embrasse devant la tour Eiffel (image d'illustration). — ALAIN JOCARD / AFP

Les Latins sont-ils meilleurs au lit ? Les chiffres disent le contraire. A l’occasion de la journée mondiale de l’orgasme, ce 21 décembre, le département « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’Ifop a publié une enquête sur la vie sexuelle des Européennes. En queue de classement, les Françaises apparaissent comme les moins épanouies sur le plan sexuel.

Les Françaises ne sont pas les Européennes les plus épanouies au lit. C’est ce que révèle une étude menée sur plus de 6.000 femmes, interrogées dans le cadre d’une étude menée dans six pays européens : Espagne, Italie, France, Allemagne, Pays-Bas et Royaume-Uni. Nos voisines italiennes et espagnoles se disent également moins heureuses dans leur vie sexuelle. Les trois pays méditerranéens en tête de ce classement peu glorieux sont aussi ceux où les femmes ont le plus régulièrement des rapports sans en avoir envie : 24 % des Espagnoles disent être dans ce cas, 20 % des Françaises alors qu’elles sont 18 % en Italie.

Sodomie ou « 69 », des pratiques liées à la culture

En Europe, c’est en Hollande que les femmes affichent le plus haut degré d’épanouissement sexuel avec 38 % des femmes qui se disent « très satisfaites » de leur vie sexuelle actuelle. Un chiffre lié au « libéralisme néerlandais en matière de mœurs », pays où l’éducation sexuelle des enfants est faite plus tôt qu’en France, selon l’étude.

Ces résultats semblent liés à des différences des pratiques sexuelles entre les différents pays. C’est dans les pays où la sexualité orale est le plus développée que les femmes sont le plus satisfaites, explique l’étude. Aux Pays-Bas, les fellations et le « 69 » sont plus répandus. Dans le sud de l’Europe, où les femmes sont moins épanouies, on constate une « faible prévalence des pratiques bucco-génitales » car connotées négativement. C’est aussi en France que se pratique le plus fréquemment la sodomie, une pratique « loin d’être celle qui suscite le plus facilement l’orgasme chez les femmes, cela peut jouer à la baisse dans leur taux de satisfaction sexuelle », suggère le rapport.

La vie sentimentale semble compter comme un critère lié à l’épanouissement sexuel. En effet, les Françaises sont aussi les plus mécontentes de leur vie affective, avec 28 % des personnes interrogées qui s’en disent insatisfaites. Enfin, l’étude montre que les femmes françaises ne manquent pas d’expérience : elles ont 7,5 partenaires au cours de leur vie, plus que les Italiennes (5,8) ou les Espagnoles (6,4).