Toulouse: L'imam d'Empalot mis en examen pour «incitation à la haine» après ses propos sur les juifs

JUSTICE L'imam de la mosquée toulousaine d'Empalot, Mohamed Tataï, est poursuivi après la diffusion d'un de ses prêches jugés antisémités...

B.C.

— 

La grande mosquée de Toulouse, à Empalot.
La grande mosquée de Toulouse, à Empalot. — ERIC CABANIS / AFP

En juin dernier, l’imam de la mosquée d’Empalot, Mohamed Tataï, se trouvait pris dans une controverse. L’un de ses prêches, prononcé le 15 décembre 2017 en arabe littéraire et diffusé sur Internet, reprenait un hadith jugé antisémite qui évoque la bataille finale.

En septembre une information judiciaire pour « provocation publique, par parole, à la haine ou à la violence en raison de l’origine, de l’ethnie, la nation, la race ou la religion » et « provocation publique, au moyen de communication au public par voie électronique, à la haine ou à la violence en raison de l’origine, de l’ethnie, la nation, la race ou la religion » était ouverte. Le responsable religieux vient d’être mis en examen selon une information de France 3 Occitanie, confirmée à 20 Minutes par le procureur de la République, Dominique Alzeari.

Lâché par le recteur de la mosquée de Paris

Dès le mois de juin, le parquet de Toulouse avait ouvert une enquête préliminaire confiée aux enquêteurs de la police judiciaire, dont l’une des missions avait été de faire traduire la vidéo par un traducteur assermenté. Depuis, l’imam a été entendu par les enquêteurs.

Au moment de la polémique, cet Algérien de 55 ans avait indiqué que ses propos avaient été sortis de leur contexte, avant de s’excuser auprès de la communauté juive.

L’imam avait aussi reçu le soutien de Dalil Boubakeur, avant d’être finalement lâché par le recteur de la grande mosquée de Paris.