«Gilets jaunes»: Pourquoi les femmes se sont-elles tant mobilisées dans le mouvement?

CONTESTATION Les femmes sont nombreuses à avoir enfilé un «gilet jaune» pour protester contre la baisse du pouvoir d’achat…

Laure Cometti

— 

Une femme en
Une femme en — SCHEIBER FREDERIC/SIPA
  • Selon la première enquête sociologique sur les «gilets jaunes», 45 % sont des femmes, «appartenant souvent aux classes populaires, une catégorie sociale traditionnellement peu mobilisée politiquement».
  • Cette mobilisation des femmes, plus importante que lors de mouvements sociaux précédents, découle notamment de leur plus grande précarité économique et de leur rôle dans la gestion du budget du foyer.
  • Conscient de la forte présence de femmes «gilets jaunes», le gouvernement ne les a pourtant pas particulièrement ciblées dans ses mesures.

La nuit tombe sur les Champs-Elysées. Assises sur une borne en béton, Naïma et Sabrina discutent. La première parle de sa vie à Vitry, de ses trois enfants qu’elle et son mari, boulanger, ne peuvent pas emmener en vacances, des personnes âgées dont elle s’occupe comme aide à domicile et « qui parfois n’ont pas de quoi faire trois repas par jour ». La deuxième embraie sur son boulot à Garges-lès-Gonesse, ses difficultés à payer les taxes, les courses, les factures… On dirait qu’elles sont copines mais elles se sont rencontrées le jour même, à la deuxième mobilisation des « gilets jaunes », samedi 24 novembre.

On avait croisé beaucoup de femmes dans ces cortèges épars à Paris - plus que dans des manifestations « classiques », nous semblait-il. Il y en avait aussi beaucoup sur les ronds-points et aux péages occupés par des citoyens en gilets fluo dans tout le pays. Elles sont nombreuses à poursuivre le mouvement, malgré les annonces du gouvernement, dont certaines n’auront pas d’effets pour les femmes précaires, de plus en plus nombreuses selon une étude d’Oxfam parue lundi.

En première ligne sur le coût de la vie

« Les femmes, c’est un peu la population silencieuse, mais là on parle », souffle Pascale, « gilet jaune » montpelliéraine. « Un jour, on n’était que des femmes », raconte-t-elle au sujet de « son » rond-point. Elle y croise une « mamie de 86 ans, qui s’est aperçue grâce au mouvement que prendre un seul repas par jour sans rien dire, c’est pas normal », des « mères dont les enfants n’ont qu’un repas par jour, à la cantine »… «La hausse de la taxe sur le carburant, ça a libéré la parole ». Et fait sortir les femmes dans la rue, à tel point que la sexagénaire a créé un groupe Facebook « pour s’arranger avec les gardes d’enfants quand on est mobilisées, pour s’entraider ».

En discutant avec Pascale, un premier facteur de mobilisation apparaît immédiatement. « Tous les jours, on est confronté aux problèmes, aux courses, c’est nous qui faisons la cuisine, qui gérons le budget, on est toujours en train de jongler, sans jamais se plaindre ». D’où leur implication dans un mouvement qui dénonce la baisse du pouvoir d’achat. Les femmes sont plus touchées par la pauvreté que les hommes, selon l'Insee. Ce sont aussi majoritairement les femmes qui, « dans les familles à faibles revenus, s’occupent de la déclaration d’impôt, ou plutôt de la feuille de non-imposition », a observé Alexis Spire, directeur de recherche CNRS, lors d’une enquête récente.

Plus touchées par la précarité économique

Il y voit un lien avec la mobilisation des femmes, qui s’explique aussi selon lui par la précarité économique des femmes seules et retraitées. Alors que la première enquête sociologique sur les « gilets jaunes » a relevé une « forte proportion de femmes », à 45 %, ses auteurs observent qu’elles « appartiennent souvent aux classes populaires, une catégorie sociale traditionnellement peu mobilisée politiquement ».

Dans ces classes populaires, les familles monoparentales ont vu leur pouvoir d’achat baisser ces dernières années. Selon l’Insee, plus d’un tiers des familles monoparentales vivent sous le seuil de pauvreté. « Les familles monoparentales sont majoritairement composées de femmes seules avec enfants dans les classes populaires », souligne Alexis Spire. Elles sont selon lui dans une sorte d’angle mort du système de protection sociale. « A part l’allocation parent isolé, elles sont mal couvertes car le système a été pensé sur le modèle d’un homme qui travaille et qui prend en charge un foyer avec une femme et des enfants », explique le chercheur. « Elles sont souvent en situation de précarité économique et ont du mal à toucher la pension alimentaire pour subvenir aux besoins des enfants ».

Un autre profil est bien représenté chez les femmes « gilets jaunes », celui des retraitées. « Les femmes retraitées ont souvent eu des carrières discontinues, interrompues lors de la naissance des enfants, ce qui fait qu’elles touchent des pensions moins élevées que les hommes », poursuit le chercheur.

Une présence remarquée par les politiques

Pour Jean-Luc Mélenchon, la mobilisation des femmes « explique la puissance et la profondeur du mouvement [des « gilets jaunes »]. Souvenez-vous-en, puissants : toutes les grandes révolutions ont commencé par un mouvement des femmes », a déclaré le patron de la France Insoumise lors de la convention du parti le 8 décembre. Un discours qui rappelait une tirade de l’écrivain Jules Vallès sur les Communardes, en 1886 :

« Des femmes partout. Grand signe. Quand les femmes s’en mêlent, quand la ménagère pousse son homme, quand elle arrache le drapeau noir qui flotte sur la marmite pour le planter entre deux pavés, c’est que le soleil se lèvera sur une ville en révolte. »

En parallèle, l’exécutif observe avec attention la mobilisation des femmes dans le mouvement. Dans une allocution très solennelle à l’Elysée, le 10 décembre, Emmanuel Macron a choisi de parler de la « colère sincère » de « la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée qui ne vit plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois ». « Je les ai vues ces femmes de courage », a affirmé le président.

Les oubliées du gouvernement ?

Or elles n’ont pas été particulièrement ciblées par le gouvernement dans son bouquet de mesures pour le pouvoir d’achat. « Les familles monoparentales qui n’ont pas d’activité professionnelle ne sont pas touchées par les mesures, il n’y a rien pour elles, à part 50 euros complémentaires sur le chèque énergie », a déploré ce mercredi sur France Info Jean-Yves Mano, président de la CLCV, association nationale de défense des consommateurs et usagers

« C’est du pipi de chat », lâche Pascale. « Si au moins ils baissaient les prix des produits de première nécessité… » Depuis quelques années, son état de santé lui a valu un statut de travailleur handicapé, mais, faute d’avoir trouvé un emploi, elle touche une pension de moins de 700 euros. Pour boucler les fins de mois, elle fait des petits boulots. « La prime d’activité, j’y ai pas droit. Le gel des prix de l’énergie, tout le monde va en bénéficier, mais ça va pas me permettre de me chauffer, ça fait quatre hivers que je ne peux plus ». Elle retournera donc sur « son » rond-point. « Je pense qu’ils vont avoir plus de mal à faire rentrer les femmes que les hommes ».