VIDEO. Bouches-du-Rhône: Un «couchsurfing» pour tous les fans de sport et de musique

SOLIDARITE La plateforme d’hébergement «freecouch4fans» met en relation des hôtes et des fans pour leur proposer un logement gratuit en échange d’un moment de partage

Adrien Max

— 

Mathieu, à gauche, et Bilell, les deux fondateurs de freecouch4fans lors de leur voyage en Russie.
Mathieu, à gauche, et Bilell, les deux fondateurs de freecouch4fans lors de leur voyage en Russie. — Freecouch4fans
  • Bilell et Mathieu ont lancé en septembre la plateforme d’hébergement « freecouch4fans ».
  • Cette plateforme met en relation des hôtes et des amateurs de sport ou de musique afin de proposer un hébergement gratuit en échange d’un moment de partage.
  • Les deux créateurs envisagent également un service de billetterie d’invendus à prix solidaires pour récompenser les hôtes.

Une idée qui leur est venue de leur passion pour le foot. Bilell et Mathieu, deux amis originaires des Bouches-du-Rhône, ont lancé depuis mi-septembre une plateforme d’hébergement pour « fan de », «freecouch4fans» ou « canapés gratuits pour les fans ».

« Il y a deux ans, nous avions constaté la forte entraide entre les supporters de Monaco et ceux de Dortmund lors de l’attentat. Les supporters allemands avaient ouvert leurs portes aux Français. Plus récemment, lors de la finale de la Ligue des champions à Kiev, des plateformes d’hébergement ont tout simplement annulé les réservations, car les prix qu’elles avaient fixés trop bas comparé aux prix affichés dans la ville lors de cet événement », relate Bilell. Les deux acolytes ont pu constater que les prix augmentaient en moyenne de 100 à 150 % lors de grands rendez-vous de ce type.

Les fans, premier à trinquer

« J’ai voyagé dans énormément de pays, dont beaucoup de voyages liés au foot. Je suis allé au Maracana au Brésil, en Argentine, en Australie. A chaque fois, j’ai rencontré des supporters locaux avec qui j’ai partagé des moments inoubliables. Il n’y a que dans ces moments que tu te retrouves à sauter dans les bras d’un inconnu, cet aspect émotionnel est unique », considère Bilell.

C’est cette expérience qu’il souhaite mettre au profit des fans du monde entier, les premiers à « trinquer », selon lui, de l’augmentation des prix. « On a constaté des chaînes de solidarité sur les réseaux sociaux comme à Dortmund ou à Kiev. On s’est dit qu’on pouvait formaliser ça sur une plateforme d’hébergement gratuit, autour de l’expérience du fan et de la solidarité », précise Bilell.

« Partager un bon moment »

Les deux acolytes se sont rendus à Moscou lors de la Coupe du Monde pour tester leur concept. « On a été hébergé comme des rois par une famille qui devait accueillir des hôtes pour la première fois. En échange, on a réussi à trouver une place pour le jeune de la famille, il est venu avec nous voir France-Uruguay. Ces personnes deviennent rapidement des amis, c’est ce qui est génial en plus de partager un bon moment ».

Convaincus par cette expérience, ils ont donc lancé « freecouch4fans ». « Il s’agit du premier concept de ce type, avec un outil très simple qui permet de présenter le profil des hôtes, leur hébergement et une messagerie pour s’organiser. Tout est gratuit, pour l’hôte comme pour le voyageur. On a environ une cinquantaine d’hôtes dans le monde entier, pour du foot, de la course à pied, du surf, mais aussi des concerts », détaille Bilell.

Sécurisation des comptes et service de billetterie

Alors qu’ils ont lancé une campagne de financement participatif sur Gofundme, le modèle économique de la plateforme repose sur deux leviers, dont la sécurisation des comptes. « On a créé un maillot à l’effigie de "freecouch4fans", que chaque utilisateur doit acheter pour certifier son compte. Une fois qu’il l’a reçu, il lui suffit de poster une photo avec le maillot pour certifier son profil », explique Bilell.

A terme, ils souhaitent également offrir un service de billetterie sur lequel un pourcentage sera prélevé. « On souhaite aussi pouvoir proposer les invendus à des tarifs avantageux et solidaires pour les hôtes, pour les remercier de proposer des hébergements gratuits », ajoute Bilell. Ils ont déjà largement testé le concept avec l’Olympique de Marseille, avec 30 à 40 demandes enregistrées chaque week-end.