SOS Racisme appelle au boycott du site de vente en ligne Wish

POLEMIQUE D'après l'association, le site de vente en ligne propose des produits ornés de croix gammées ou de portrait d'Hitler... 

Manon Aublanc

— 

Capture d'écran du site en ligne Wish.
Capture d'écran du site en ligne Wish. — Capture d'écran

Tee-shirts à l’effigie d’Adolf Hitler, pendentifs en forme de croix gammée ou encore coussins décorés avec l’aigle du IIIe Reich… Selon SOS Racisme, il est possible d’acheter ces produits sur le site de vente en ligne Wish. Dans un communiqué de presse, publié ce mardi, l’association qui lutte contre le racisme et l’antisémitisme a appelé au « boycott de cette plateforme ».

« C’est avec effroi que nous avons pris connaissance de la vente de produits néonazis sur la plateforme Wish », a dénoncé SOS Racisme dans son communiqué, indiquant « qu’il est tout à fait possible de se faire livrer sur le territoire français ». L’association a donc décidé de lancer une campagne, intitulée « Name and Shame », pour appeler au boycott de cette plateforme.

Des « pratiques à la limite de la légalité »

« Chaque citoyen se doit d’agir, à son niveau, pour pénaliser ce site qui ferme les yeux depuis trop longtemps sur le genre de produits vendus par ses fournisseurs », explique SOS Racisme, qui ajoute que la plateforme « se doit d’améliorer son processus de modération pour rendre inexistante ce genre de publicité nauséabonde ». Selon l’association, l’absence de modération « s’explique par une forme de complaisance ou de volonté de ne pas mettre en place les moyens nécessaires au repérage de ces illégalités caractérisées ».

Dans son communiqué de presse, SOS Racisme rappelle également que la loi française interdit d’exhiber des insignes nazis. Né en 2011, ce n’est pas la première fois que le site de vente en ligne est épinglé pour la vente de ses produits. En octobre dernier, le magazine 60 Millions de consommateurs avait dénoncé des « pratiques à la limite de la légalité ». Fausses réductions, vente de produits à risque, ou encore commandes qui ne correspondent pas à celles achetées, pour l’association de défense des consommateurs, Wish « multiplie les pratiques à la limite de la légalité ».

Google assigné par quatre associations antiracistes en justice