Des boutiques ont baissé leurs grilles le temps de laisser passer le cortège.
Des boutiques ont baissé leurs grilles le temps de laisser passer le cortège. — G. Bader / SIPA

INTERVIEW

«Gilets jaunes» à Marseille: Pour les commerçants, «il n'y a aucune amélioration d'un samedi à l'autre»

Le président de la fédération de commerçants Marseille Centre s'inquiète, à une semaine de Noël, et après cinq samedis de mobilisation des «gilets jaunes»...

Comme toujours, Guillaume Sicard a passé son dimanche sur son triporteur. Pas pour une balade dominicale mais pour vendre tee-shirts et bracelets. Selon le président de la fédération de commerçants Marseille Centre, les badauds ne sont guère nombreux, en ce moment, dans le centre-ville. Après cinq samedis de mobilisation des «  gilets jaunes », les commerçants redisent leur inquiétude.

La situation s’est-elle améliorée par rapport à samedi dernier ?

Il n’y a pas d’amélioration d’un samedi à l’autre, ça reste très compliqué. On a bien démarré la journée grâce à l’opération des parkings gratuits… Mais dès le début d’après-midi, c’est parti dans tous les sens.

Selon la police, il n’y a toutefois pas eu de pillage…

Il y avait des casseurs et des pilleurs en ville, alors par précaution, la préfecture nous a demandé de fermer nos commerces vers 14h45.

A une semaine de Noël, les pertes sont-elles rattrapables ?

Nous sommes très inquiets ! Il reste un samedi pour sauver la période de Noël… Ce sera très compliqué dans deux mois, quand il faudra payer les fournisseurs. On déplore 20 à 30 % de pertes par rapport à un mois de décembre normal.