«Gilets jaunes»: Non, un manifestant n'est pas mort des suites de ses blessures au Puy-en-Velay

FAKE OFF La police et un directeur d'hôpital ont démenti la rumeur...

M.Co.

— 

Des gilets jaunes devant la préfecture du Puy-en-Velay le 17 novembre.
Des gilets jaunes devant la préfecture du Puy-en-Velay le 17 novembre. — Thierry Zoccolan / AFP

La police de Haute-Loire a démenti ce samedi la rumeur de la mort d’un « gilet jaune » au Puy-en-Velay. « Non, aucun manifestant n’est décédé des suites de ses blessures par un "tir de flashball" qui serait intervenu le 1er décembre au Puy-en-Velay », expliquent les forces de l’ordre sur Twitter.

La fausse information a également été démentie par le directeur de l’hôpital Emile-Roux au Puy-en-Velay. Selon Jean-Marie Bolliet, cité par Le Progrès, la victime a été opérée le 4 décembre et « est sortie de l’hôpital après son opération qui s’est très bien déroulée. »

La fausse nouvelle avait été partagée ce samedi matin par un internaute dans un groupe Facebook de soutien aux « gilets jaunes ». Ce 15 décembre marque « l’acte 5 » de mobilisation des « gilets jaunes ». A la mi-journée, 33.500 manifestants avaient été recensés par le ministère de l’Intérieur dans toute la France, contre 77.000 à la même heure le 8 décembre.