Le président de la Loire-Atlantique veut un référendum sur le rattachement à la Bretagne

BRETAGNE Philippe Grosvalet demande à l'Etat d'organiser un «référendum décisionnel » sur l'ensemble des régions Bretagne et Pays-de-la-Loire...

Frédéric Brenon

— 

Marée de drapeaux bretons le 19 avril 2014 à Nantes, pour la réunification de la Bretagne
Marée de drapeaux bretons le 19 avril 2014 à Nantes, pour la réunification de la Bretagne — Jean-Sébastien Evrard AFP
  • Le président du département de Loire-Atlantique demande à l'Etat de consulter directement les habitants sur la question de la réunification de la Bretagne.
  • Il demande un vote qui ne soit pas un simple avis, sur un pérmiètre élargi aux deux régions Pays-de-la-Loire et Bretagne.

Lundi matin, les élus du conseil départemental de Loire-Atlantique se prononceront sur le rattachement de leur département à la région Bretagne. Un vote organisé dans le cadre du «  droit d'option» prévu la loi NOTRe.

Mais, sans attendre les résultats, Philippe Grosvalet (PS), président du département de Loire-Atlantique, demande officiellement à l’Etat de consulter directement les habitants par le biais d’un « référendum décisionnel », c’est-à-dire dont la décision ne comptera pas pour du beurre.

Organisé par l’Etat, dans les deux régions

« Sur ce sujet, seule l’expression populaire directe peut être de nature à légitimer une décision. Et cette expression, pour qu’elle soit comprise et acceptée, ne peut se traduire par un simple avis consultatif sur un périmètre discutable », justifie Philippe Grosvalet dans un courrier envoyé ce vendredi à Emmanuel Macron.

L’élu socialiste suggère que les territoires des deux régions soient sollicités. « Le périmètre d’une consultation doit prendre en compte le périmètre d’impact de la décision. En l’espèce, il dépasse largement la seule Loire-Atlantique. » Il insiste aussi pour que l’initiative vienne de l’Etat. « L’organisation des frontières administratives intra-territoriales est par nature une question qui engage la nation toute entière », argumente-il.

Le conseil régional de Bretagne est d’accord

Par cette demande adressée à l’Etat, Philippe Grosvalet tord le cou aux critiques qui lui reprochaient de consulter uniquement les élus de son conseil départemental sur cette question. Les partisans d’une réunification de la Bretagne historique réclament en effet que les habitants puissent se prononcer par un référendum. Une pétition en ce sens a recueilli 100.000 signataires fin novembre.

Jeudi, le conseil régional de Bretagne, réuni en session, avait adopté, à l’unanimité, un vœu en faveur du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Il s’était également déclaré prêt à organiser un référendum sur son territoire si les élus de Loire-Atlantique y sont favorables.

Dans le cadre de la loi NOTRe, si les 3/5e des élus de Loire-Atlantique se déclaraient lundi prochain favorables au rattachement de la Bretagne, le processus pourrait se poursuivre dans les deux autres assemblées concernées (conseil régional de Bretagne et conseil régional des Pays-de-la-Loire).

 

Séparées depuis 1941

Membre historique de la Bretagne, la Loire-Inférieure (ex-Loire-Atlantique) a quitté la Bretagne administrative en 1941. Un découpage confirmé en 1955 avec la création de la région Pays-de-la-Loire.