«Gilets jaunes» : Avec ses cahiers, un Toulousain se lance dans la compil' des revendications

SOCIETE Un «gilet jaune» toulousain, propose des « cahiers expressifs et revendicatifs citoyens » en ligne pour recueillir et trier les revendications plus que variées issues du mouvement...

Julie Rimbert

— 

Des "gilets jaunes" sur la rocade de Toulouse, le 17 novembre 2018.
Des "gilets jaunes" sur la rocade de Toulouse, le 17 novembre 2018. — Y. Garrec
  • Philippe Rouby, formateur toulousain de 57 ans, a lancé jusqu'au 20 janvier une plateforme numérique pour compiler les doléances des citoyens et «gilets jaunes».
  • Un comité de surveillance fera une synthèse des principales revendications pour les porter aux autorités.
  • Après avoir convaincu les mairies des Hautes-Pyrénées d'héberger des cahiers de doléances, il démarche celles de Haute-Garonne.

Faire remonter les revendications des Français du bas vers le haut, et non l’inverse, histoire de prendre la main sur la grande concertation voulue par le gouvernement : c’est l’initiative citoyenne d’un formateur toulousain, « gilet jaune » revendiqué.

Face à la difficulté du mouvement à élire ses représentants, il veut redonner la parole à ses concitoyens à travers les cahiers de doléances en mairie mais aussi sur une plateforme numérique. Des mairies des Hautes-Pyrénées ont déjà accepté d’héberger ces fameux cahiers. Sur Internet, les « cahiers expressifs et revendicatifs citoyens » ont été mis en ligne jeudi jusqu’au 20 janvier.

Quatorze thèmes

« Nous sommes face à une crise de la représentation car on voit que ce mouvement veut s’autogérer, refuse les représentants élus et rejette les partis politiques, analyse Philippe Rouby. Et pourtant, des milliers de Français se retrouvent dans cette mobilisation. Il faut donc leur redonner la parole et voir quelles revendications reviennent. Nous laissons les gens s’exprimer, sans leur poser de question précise sur leurs attentes ».

Et pour faire le tri entre les nombreuses revendications des personnes mobilisées sur le terrain, dont certaines totalement farfelues, ce Toulousain de 57 ans propose une méthodologie précise, permettant aux Français d’inscrire leurs attentes selon 14 thèmes : social, économie, justice, fiscalité, relations avec les élus…

Comité de surveillance

Et la mayonnaise semble prendre puisqu’une centaine de commentaires a été notée sur la plateforme en 24 heures. Un internaute pointe, par exemple, « que les municipalités qui ont donné des permis de construire sur des terrains inondables soient obligées de racheter les constructions au prix du marché, d’interdire tout nouveau lotissement dans des zones inondables, que les permis donnés soient annulés ».

Les données récoltées seront ensuite traitées, décortiquées par un comité de surveillance, composé de représentants des « gilets jaunes », de responsables de collectivités territoriales, de membres de partis politiques, de syndicats et de politologues. « On ciblera les doléances importantes et on écartera celles qui ne sont pas sérieuses, pour en faire une synthèse, détaille Philippe Rouby. Il faut aller au bout de ce moment de mobilisation et du mouvement. »

Pour que la base puisse s’exprimer, le « gilet jaune » toulousain fait actuellement la tournée des mairies de Haute-Garonne pour convaincre les édiles d’accueillir une version papier de ces cahiers revendicatifs. Pour l’instant, seule la ville de Ramonville a accepté l’initiative. Blagnac a ouvert ses propres cahiers.