Lyon: Après l'annulation du concours de médecine, les parents des étudiants montent au créneau

ENSEIGNEMENT Ils demandent que l'épreuve soit reprogrammée le 20 décembre...

Caroline Girardon

— 

Illustration d'un concours.
Illustration d'un concours. — FREDERICK FLORIN / AFP
  • A la suite d'une fraude, l'épreuve du concours de médecine à Lyon, a été annulée et reportée au 8 janvier.
  • Les parents des étudiants se mobilisent sur les réseaux sociaux.
  • Inquiets pour la santé de leurs enfants, ils demandent que le concours soit reporté à la semaine du 20 décembre.

Le verdict est tombé. Après l'annulation du concours PACES pour cause de tricherie, les étudiants de l'université de médecine de Lyon Est vont devoir repasser les épreuves le 8 janvier. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Et les parents des élèves concernés sont montés au créneau en constituant un groupe sur les réseaux sociaux.

Les sujets ont « fuité » et un certain nombre d’étudiants y ont eu accès. « Par souci d’équité pour les autres qui ont travaillé honnêtement et avec acharnement, il va de soi que ce concours doit être annulé et reprogrammé », admet Déborah. « Mais nos enfants ont travaillé sans relâche 14 ou 15 heures par jour, sept jours sur sept depuis la mi-août. Le choc émotionnel relatif à cette décision les a littéralement fait s’effondrer », ajoute-t-elle, déplorant le « choix d’une date si éloignée ».

« Il en va de leur santé »

« La faculté prive les étudiants d’un repos que non seulement ils méritent largement mais dont ils ont vraiment besoin. Il en va de leur santé », appuie Déborah. Même sentiment pour Elisabeth. « Ma fille est à bout de nerfs. Depuis le 20 août, elle passe la journée dans ses livres au moins dix heures par jour, sans s’accorder aucune relâche, même les week-ends, complète-t-elle. Il va falloir qu’elle continue d’avoir ce rythme. Elle le vit forcément très mal, comme une véritable injustice ».

« On avait entendu parler de la difficulté des concours de médecine mais le vivre au quotidien, c’est encore autre chose. Nos enfants ont une pression de dingue. Ils sont cadavériques », s’alarme son mari. Leur fille a déjà fait une croix sur les vacances de Noël. « Même se laver devient secondaire pendant les révisions », constate de son côté Stéphanie.

« Cela va se jouer au moral. Les plus chanceux seront ceux qui craqueront le moins. Reprogrammer le concours en janvier va les mettre encore plus à rude épreuve », déplore Elisabeth, plaidant pour un report des épreuves dès le 20 décembre. Et d’ajouter : « A l’issue du concours, 5 % des 2.300 candidats ne seront pas autorisés à passer au second semestre, ni même à redoubler. Ils vont se retrouver le bec dans l’eau alors que l’année sera déjà bien entamée. Les autres auront seulement cinq jours de repos avant d’attaquer le second semestre ».

« Organiser de telles épreuves en une semaine, ce n’est pas possible »

L’université Lyon 1 a indiqué qu’elle ne reviendrait pas sur le choix de la date. « Ce n’est tout simplement pas possible. Il faut deux mois pour programmer un concours. Là, nous avons seulement trois semaines pour tout réorganiser. Il faut réserver les salles, préparer l’épreuve sans pourtant autant baisser la qualité de l’épreuve », répond-elle, indiquant « avoir pleinement conscience des difficultés pour tous les étudiants ».

L’établissement précise avoir mis en place toute une série de mesures d’accompagnement, à commencer par la correction du concours annulé, qui servira de « concours blanc ». « Nous avons fait tout ce qui était possible mais réorganiser de telles épreuves en une semaine, ce n’est pas jouable », conclut l’université.