Haute-Garonne : Les enseignants séquestrent le directeur du lycée agricole

SOCIETE Le personnel du lycée agricole de Saint-Gaudens a retenu jeudi pendant plusieurs heures le proviseur dans le but affiché d'obtenir un poste de proviseur adjoint...

J.R. avec AFP

— 

Illustration salle de classe dans un lycée
Illustration salle de classe dans un lycée — MATHIEU PATTIER/SIPA

Ils veulent des formations supplémentaires et la nomination d’un proviseur adjoint. Des personnels du lycée agricole de Saint-Gaudens ont séquestré le directeur jeudi dans son bureau pendant plusieurs heures.

Une délégation a finalement été reçue en sous-préfecture jeudi en fin d’après-midi et le proviseur relâché. C’est suite à une assemblée générale des personnels jeudi matin que cette action avait été décidée.

Refus de la Direction régionale de l’Agriculture

« Historiquement, on avait des heures qui étaient affectées par l’Etat pour avoir l’équivalent d’un mi-temps de poste d’adjoint, a expliqué Vincent Labart, le directeur du lycée agricole qui accueille aussi le Centre de formation d’apprentis agricoles (CFAA). A un moment donné, cette dotation en heures a été supprimée ».

Le proviseur avait appuyé une demande de la Direction régionale de l’Agriculture qui pensait transférer un poste de Toulouse vers Saint-Gaudens et créer le poste d’adjoint. « Mais elle a été refusée au niveau du ministère, a indiqué le directeur. Je pense que c’est ça qui a mis le feu aux poudres ».

De nouvelles formations réclamées

Le personnel de l’établissement réclame aussi la création de deux nouvelles formations au CFAA, un CAP Petite enfance, en alternance et apprentissage, ainsi qu’un BTS Développement et animations des territoires ruraux.

« Pour ces diplômes, le territoire a fait savoir qu’il y avait des besoins, a déclaré Amélie Chaoui, une enseignante. Des maîtres d’apprentissage sont prêts à prendre nos jeunes en apprentissage. Tout est prêt, nous attendons simplement les autorisations qui tardent à venir ».

L’équipe pédagogique attend maintenant la réponse de la Direction régionale de l’Agriculture.