Gérard Collomb le 28 septembre 2018 à Bourgoin-Jallieu.
Gérard Collomb le 28 septembre 2018 à Bourgoin-Jallieu. — MOURAD ALLILI MOURAD/SIPA

FESTIVITES

Lyon: Gérard Collomb estime qu'il a sauvé la Fête des lumières en ayant convaincu lui-même les casseurs de se calmer

Le maire de la ville a indiqué qu’il s’était rendu samedi après-midi « au cœur des tensions pour les apaiser »…

La Fête des lumières de Lyon, qui s’est achevée dimanche soir, aurait-elle pu être annulée le 8 décembre ? C’est en tout cas ce que demandait le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, mécontent que des renforts de policiers soient affectés à la ville de Lyon et non à la sienne. C’est ce que les Lyonnais pouvaient craindre samedi, lorsque des affrontements ont éclaté l’après-midi dans le quartier de la Guillotière, en marge de la manifestation des Gilets Jaunes.

Gérard Collomb a indiqué dimanche soir qu’en « tant que maire de Lyon », il n’avait « pu se résoudre à prendre cette décision ». « Les deux précédents jours avaient connu grand succès », rappelle-t-il dans un message publié sur sa page Facebook.

« J’ai pris l’initiative de me rendre au cœur des tensions pour les apaiser »

« Plutôt que de répondre positivement aux propositions qui m’étaient faites d’interrompre la fête, j’ai pris l’initiative de me rendre au cœur des tensions qui vers 18 heures se concentraient sur la place Bellecour, pour les apaiser », ajoute l’élu. Et de raconter la façon dont il aurait pacifié la situation, réussissant à convaincre les casseurs de se calmer et de faire demi-tour.

« Je les ai interpellés en leur signifiant qu’ils ne pouvaient pas gâcher la fête des lumières, la fête de tous les Lyonnais, leur fête », appuie l’ancien ministre de l’Intérieur ; précisant qu’il avait ensuite demandé au directeur de l’événement de faire « démarrer le spectacle place Bellecour ».

La tenue de la fête n’a été « possible que grâce à l’engagement et la mobilisation des forces de l’ordre nationales, policiers municipaux, pompiers, services de secours, agents TCL, services logistiques de la ville, services propreté de la métropole, agents de sécurité privée et bien sûr de tous les créateurs », conclut le maire de la ville.