Manifestation des «gilets jaunes»: Anne Hidalgo déplore «des scènes de chaos» à Paris

LIVE Revivez cette nouvelle manifestation des «gilets jaunes»…

C.Ape, H.B.

— 

Incidents entre manifestants et forces de l'ordre, place de la République à Paris.
Incidents entre manifestants et forces de l'ordre, place de la République à Paris. — AFP

L’ESSENTIEL

  • L’alerte maximale est décrétée en France pour ce nouveau samedi de manifestations des « gilets jaunes ». La crise déchire le pays et sidère le monde.
  • 89.000 membres des forces de l’ordre dans toute la France, dont 8.000 à Paris, sont mobilisés afin de tenter d’éviter les mêmes scènes d’émeutes que le samedi 1er décembre. À Paris, pour la première fois depuis des décennies, l’État engagera des « VBRG », ces véhicules blindés à roue de la gendarmerie. 
  • L’exécutif craint une alliance entre ultradroite, ultragauche, « gilets jaunes » les plus remontés et jeunes de banlieue, dont certains se sont livrés à des pillages samedi dernier dans la capitale.

 

A LIRE AUSSI

23h : C'est la fin de ce live

Merci d'avoir vécu avec nous l'acte IV des «gilets jaunes».

22h50 : De nombreuses villes en région touchées par des heurts

On vous fait le récap' par ici.

21h50 : 1.385 interpellations partout en France, un «niveau exceptionnel»

Les forces de l’ordre ont procédé à 1.385 interpellations qui ont donné lieu à 975 gardes à vue sur l’ensemble de la France. « C’est un niveau exceptionnel », a expliqué le ministre de l’Intérieur. Christophe Castaner a fait état de 118 blessés du côté des manifestants, « liés à des accidents pour l’essentiel sur le domaine routier », et 17 blessés du côté des forces de l’ordre, à l’échelle nationale, donc moins que la semaine précédente - 201 manifestants blessés et 284 côtés forces de l’ordre. Au total, pour cette journée de samedi, il y a eu selon l’exécutif 125.000 manifestants, soit un peu moins que le 1er décembre.

21h40 : Macron va s’exprimer devant les Français

Le chef de l’Etat va proposer des mesures selon le Premier ministre. C'est à lire dans cet article.

21h15 : Plus de 100 blessés pris en charge à Paris

Cent vingt-six personnes ont été accueillies samedi dans les hôpitaux parisiens et en banlieue pour des blessures, lors de la journée de mobilisation des « gilets jaunes », selon un décompte établi après 20h par l’AP-HP. Près de 40 % de ces blessés avaient quitté samedi soir les services d’urgence, a précisé le service de presse de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Un peu plus tôt, vers 17h, la même source avait précisé qu’aucun blessé n’avait été hospitalisé en « urgence absolue ». Le week-end dernier, quelque 160 blessés avaient été pris en charge par les hôpitaux parisiens.

20h45 : Toujours de «fortes perturbations» sur les autoroutes

Vinci faisait toujours état dans la soirée «de fortes perturbations» et «d’opérations de filtrage» sur plus d’une vingtaine d’autoroutes de son réseau, la circulation étant parfois perturbée par des rassemblements de «gilets jaunes» à proximité des échangeurs.

20h35 : «J’appelle le Président à voir la réalité et à entendre le message des Français», déclare Benoît Hamon

Benoît Hamon a publié un long communiqué proposant une série de mesures pour mettre fin à la crise, dont (entre autres) le rétablissement de l’ISF, l’expérimentation du revenu universel ainsi que la mise en place de droits à polluer. « A l’issue d’une nouvelle journée de mobilisation dans le pays, j’appelle le Président de la République à voir la réalité et à entendre le message des Français », a notamment déclaré Benoît Hamon.

20h25 : Joachim Son-Forget, député LREM, se lâche sur Twitter et insulte Donald Trump

Joachim Son-Forget, député LREM de la 6e circonscription des Français établis hors de France, a répondu au tweet de Donald Trump sur les « gilets jaunes ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas mâché ses mots. « Donald le Gâteux, est atteint d’incontinence cérébrale… comme un "gâteux" souffre d’incontinence d’urine voire de matières fécales et "gâte" ses draps. » Il a ensuite attaqué le chef d’Etat sur son âge : « Don’t insult my country, dotard », a-t-il écrit en majuscules (« N’insulte pas mon pays, vieillard ») avant de conclure : « La France kisses your ass », soit en français, « la France embrasse ton cul ». Dans un autre tweet, refusant de se calmer, il a laissé entendre que Donald Trump était un « fasciste » : « Les fascistes ont toujours gagné parce qu’il y avait des silencieux ou des moralistes pour les défendre. Moi je défends mon pays, et avec la véhémence que je veux. »

 

20h20 : Deux Landaises créent un groupe Facebook pour «gilets jaunes célibataires»

Elles ont décidé de joindre l’utile à l’agréable. Deux manifestantes landaises ont créé un groupe Facebook pour « gilets jaunes célibataires » afin de faire des rencontres sur les barrages. L'article est à lire par ici.

 

20h15 : Des échauffourées à Lyon, 23 interpellations

Des milliers de «gilets jaunes» ont envahi Lyon samedi, se mêlant le soir aux badauds et aux touristes venus pour la Fête des Lumières, tandis que des heurts opposaient manifestants et forces de l’ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes. A 20h, la préfecture recensait 23 interpellations, un blessé léger, côté forces de l’ordre, et deux très légers parmi les manifestants. Le maire de Lyon et ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’est montré vers 18h30 place Bellecour, au cœur de la ville, où se sont poursuivis de manière intermittente de violents affrontements entre groupes de jeunes, lançant bouteilles et fumigènes, et policiers déployés en force. Le calme était revenu peu avant 20h, a confirmé la préfecture.

20h08 : «L’urgence climatique et l’urgence sociale, c’est le même combat»

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont pris part samedi à des marches pour le climat en France, dont une partie portant des gilets jaunes, avec des slogans appelant à lutter dans un même élan contre «l’urgence climatique» et «l’urgence sociale».

 

20h05 : Une photo d’Emmanuel Macron fait le buzz...

A Genouillac, dans la Creuse, une surprise attendait le maire dans sa mairie…

 

20h: Les «gilets jaunes» de Flixecourt prennent leurs distances avec Ruffin

Les « gilets jaunes » de Flixecourt (Somme) ont indiqué samedi qu’ils souhaitaient, au nom de « l’indépendance politique », prendre leurs distances avec le député LFI François Ruffin, qui s’était jusqu’à présent affiché à leur côté. Sur sa circonscription, le député « Insoumis » s’était montré à plusieurs reprises au côté de ces « gilets jaunes », assurant notamment vouloir servir de « passerelle » entre le mouvement et Paris. François Ruffin « nous apportait un soutien très honnête, mais nous ne souhaitions pas être récupérés médiatiquement et politiquement. Nous revendiquons une totale indépendance politique même si, bien sûr, nous avons tous une couleur politique », a déclaré Christophe Ledoux, un des responsables du mouvement à Flixecourt.

19h57 : «C’est déplorable», a tweeté la maire de Paris Anne Hidalgo

« Ce soir, aux côtés des Parisiennes et des Parisiens qui ont vécu tout au long de cette journée des scènes de chaos. Des dizaines de commerçants ont été victimes des casseurs, dans de nombreux quartiers. Une fois encore… C’est déplorable », a tweeté ce samedi soir la maire de Paris.

 

19h55 : Situation toujours très tendue à Bordeaux

 

19h50 : 920 interpellations dont 619 gardes à vue à Paris

La préfecture de police de Paris a fait état d’un nouveau bilan en fin de journée. Près de 10.000 manifestants ont été comptabilisés à Paris, la police a procédé à 920 interpellations, dont 619 gardes à vue. 71 personnes ont par ailleurs été blessées dans la capitale, dont sept parmi les forces de l’ordre.

19h45 : Situation très tendue au Puy-en-Velay

En fin d’après-midi, quelque 500 manifestants ont tenté de faire brûler un panneau près des grilles de la préfecture du Puy-en-Velay. Ils ont lancé des projectiles en direction des forces de l’ordre présentes dans la cour d’honneur, précise la préfecture. Après sommations, les gendarmes ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui les invectivaient. Entre 200 et 300 manifestants se sont ensuite rendus devant le centre des finances publiques où ils ont tenté d’allumer un nouveau feu, avant d’être évacués. Samedi dernier, la préfecture de la Haute-Loire y avait été incendiée et ses locaux en partie vandalisés.

19h40 : Mélenchon appelle au respect des forces de l’ordre

Jean-Luc Mélenchon appelle au respect des forces de l’ordre. « Ne vous trompez jamais d’adversaire. Le maniement des forces de police n’est pas l’affaire des policiers. C’est l’affaire des politiques qui donnent les ordres. Le devoir des forces de police est de servir et d’obéir. Et les ordres sont politiques », a tweeté le chef de file de la France insoumise.

 

19h35 : «Il faut retisser l’unité nationale, par le dialogue, par le travail, par le rassemblement», explique Edouard Philippe

Lors de ce point presse, le Premier ministre Edouard Philippe a souligné que « la vigilance et la mobilisation restaient de mise, car des casseurs sont toujours à l’œuvre à Paris et dans certaines villes de province (…) Nous avions, pour faire face à cette journée, conçu un plan exceptionnel, par l’ampleur de la mobilisation des forces de l’ordre, et un dispositif axé sur leur mobilité permanente », a déclaré le Premier ministre. « Il faut retisser l’unité nationale, par le dialogue, par le travail, par le rassemblement. Le président de la République s’exprimera et proposera (…) des mesures qui permettront à la nation française de se retrouver », a ajouté Edouard Philippe.

19h30 : Christophe Castaner se félicite d’avoir mis «un coup d’arrêt à la violence»

Christophe Castaner s’est également félicité du changement de mode de maintien de l’ordre, qui « a porté ses fruits » et « montré sa portée dissuasive » et s’est également félicité d’avoir mis « un coup d’arrêt à la violence » (…), qui demeure « à un niveau inacceptable ».

19h25 : 125.000 manifestants dans toute la France,  118 blessés, 1.385 interpellations et 974 gardes à vue

Christophe Castaner s’est exprimé à 19h25, aux côtés du premier ministre Edouard Philippe et du secrétaire d’Etat Laurent Nunez. Il a annoncé que 125.000 personnes avaient manifesté ce samedi dans toute la France, dont 10.000 à Paris. Il a aussi annoncé que 118 personnes avaient été blessées, dont 17 du côté des forces de police (contre 201 manifestants et 284 policiers blessés la semaine dernière). Il y a également eu 1.385 interpellations « et ce chiffre va encore progresser », ainsi que 974 gardes à vue.

 

19h10 : Des affrontements, place de la République à Paris

Les tensions s’apaisent dans la capitale, sauf place de la République, où les casseurs parviennent à tenir leurs positions face aux CRS.

 

19h : Emmanuel Macron devrait s’exprimer lundi soir à la télévision

Selon Le Parisien et Le Figaro, le président de la République Emmanuel Macron devrait s’exprimer lundi soir à la télévision. Il devrait faire des annonces en matière de pouvoir d’achat et de justice fiscale.

18h55 : Christophe Castaner rend hommage aux forces de l’ordre

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a rendu hommage sur Twitter aux forces de l’ordre. «Ils n’ont pas le même uniforme. Mais ils partagent le même engagement : protéger leurs compatriotes et garantir l’ordre républicain. Avec Edouard Philippe nous avons dit notre fierté et notre gratitude aux gendarmes et policiers mobilisés en ce 8 décembre», a tweeté Christophe Castaner.

 

18h45 : «Les gilets jaunes croient en l’Etat nation», estime Steeve Bannon

Steve Bannon, l’ex-conseiller de Donald Trump a estimé que les «gilets jaunes» étaient « exactement le même genre de personnes qui ont voté » pour le président américain ou le Brexit. Ils « croient en l’Etat nation et à la valeur de la citoyenneté dans l’Etat nation », a-t-il affirmé, en marge d’un meeting auquel il participait avec la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, et le parti nationaliste flamand Vlaams Belang.

18h40 : «Une très triste journée à Paris», estime Donald Trump

Le président américain Donald Trump s’est à nouveau exprimé ce samedi en fin de journée au sujet du mouvement des « gilets jaunes ». « Une très triste journée et nuit à Paris. Peut-être est-il temps d’arrêter le ridicule et très coûteux accord de Paris et de rendre l’argent aux gens par le biais de baisses d’impôts ? Les États-Unis sont bien en avance sur ce point, il s’agit du seul pays dans lequel les émissions ont été réduites l’an dernier », a tweeté Donald Trump.

 

18h35 : Au moins un blessé grave lors de heurts avec la police à Bordeaux

Le cortège des « gilets jaunes », qui a rassemblé pacifiquement plusieurs milliers de personnes dans les rues de Bordeaux samedi après-midi, a dégénéré en fin de parcours sur la place face à l’Hôtel de Ville, où au moins une personne a été grièvement blessée lors de heurts avec la police.Lors d'affrontements violents, un homme jeune a été touché à la main, apparemment arrachée par une grenade. D'autres personnes ont été blessées.

18h30 : Une soixantaine de blessés hospitalisés à Paris

Une soixantaine de personnes ont été accueillies samedi dans les hôpitaux parisiens pour des blessures, majoritairement sans gravité, lors de la journée de mobilisation des « gilets jaunes », selon un décompte établi à 17h par l’AP-HP. « Nous n’avons pas de cas en urgence absolue. La majorité sont des blessures légères, en tout cas au vu du nombre de gens qui sont rapidement ressortis des hôpitaux », a précisé une porte-parole de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

 

18h25 : 3.000 personnes ont marché pour le climat à Lille, rejointes par les «gilets jaunes»

Au moins 3.000 personnes ont participé samedi à Lille à une marche pour le climat, avant de rejoindre les « gilets jaunes » pour lancer un « appel commun à changer le système ». La marche, partie de la Porte de Paris, près du Beffroi de l’hôtel de ville, a ensuite rejoint la place de la République en face de la préfecture, où elle a fait la jonction avec la manifestation des « gilets jaunes ». Selon la préfecture du Nord, au moins 3.000 personnes ont pris part à la marche pour le climat et environ 1.500 à la manifestation des « gilets jaunes ».

 

18h20 : L’actrice Uma Thurman pose avec des «gilets jaunes» à Paris

L’actrice américaine Uma Thurman a posé ce samedi après-midi devant des «gilets jaunes» à Paris. « Paris aujourd’hui. Des fumigènes et la police anti-émeute arrivent », a écrit la star américaine en légende d’une photo postée sur Instagram.

 

18h12 : Situation tendue à Caen entre manifestants et CRS

La situation est tendue à Caen, où un millier de manifestants font face à des CRS sur le parking d’un centre commercial de Mondeville, après avoir été délogés du périphérique de la cité normande plus tôt dans l’après-midi.

 

18h10 : Le premier ministre Edouard Philippe auprès des forces de l’ordre

« Reconnaissance, admiration et soutien », a tweeté le chef du gouvernement, Edouard Philippe, présent « auprès de nos forces de l’ordre ».

 

18h05 : 17.000 à 25.000 participants à Paris pour la marche pour le climat

La marche pour le climat parisienne a rassemblé samedi 17.000 personnes selon la police et 25.000 selon les organisateurs, une mobilisation équivalente aux précédentes manifestations environnementales, malgré les craintes liées à l'« acte 4 » des « gilets jaunes ». Le cortège, parti de Nation, dans l’est de la capitale, est arrivé vers 16h place de la République, et s’est dispersé une heure plus tard. Comme dans d’autres villes de France, les participants ont insisté sur la nécessité de concilier environnement et pouvoir d’achat, plutôt que de chercher à opposer les revendications des « gilets jaunes » à l’action pour le climat.

18h : Plusieurs milliers de manifestants et des heurts à Toulouse

Des heurts ont éclaté samedi après-midi entre manifestants et forces de l’ordre à Toulouse, où plusieurs milliers de personnes refoulées hors du centre-ville à coups de gaz lacrymogènes ont érigé et incendié des barricades, a constaté notre journaliste sur place. Notre reportage à lire par ici.

 

17h50 : La maison de François de Rugy taguée dans le Finistère

La résidence secondaire de François de Rugy sur l’île d’Ouessant a été taguée la nuit dernière de slogans anti-gouvernementaux, a indiqué samedi la préfecture du Finistère, confirmant une information de Ouest-France. La façade et les fenêtres de la maison du ministre de la Transition écologique ont été dégradées, a précisé de son côté le maire d’Ouessant Denis Palluel, citant parmi les inscriptions lisibles « Gilet jaune », « Vendu ». Le maire a déploré un acte « désolant », regrettant « la volonté d’abîmer une maison ». Il a jugé « inadmissible de s’attaquer à des biens personnels ». « C’est surtout cela qui me choque, entrer dans une maison, chez quelqu’un ».

 

17h45 : Des incidents en marge de la manifestation à Saint-Etienne

Une centaine de jeunes ont affronté samedi les forces de l’ordre qui voulaient les empêcher d’accéder à la préfecture de la Loire, située en plein centre-ville de Saint-Etienne. Aux jets de pierres et de bouteilles, les forces de l’ordre ont répliqué par des gaz lacrymogènes. Une voiture de police a été renversée et incendiée à une cinquantaine de mètres de l’Hôtel de Ville, situé dans le même périmètre.

 

17h40 : Echauffourées sur la Canebière à Marseille entre forces de l’ordre et manifestants encagoulés

Des échauffourées ont éclaté samedi à la tombée de la nuit sur la Canebière à Marseille entre les forces de l’ordre et des centaines de manifestants encagoulés, à l’issue d’une marche pour le climat et d’une manifestation de « gilets jaunes » qui s’étaient déroulées auparavant dans le calme. Des centaines de jeunes gens, pour la plupart masqués ou encagoulés, qui descendaient vers la Canebière par une avenue perpendiculaire, ont été dispersés vers 17h par des jets de gaz lacrymogènes lancés par les policiers. Un blindé bleu de la gendarmerie est intervenu en renfort, suivi de plusieurs mini-cars des forces de l’ordre, tandis qu’un hélicoptère survolait la zone.

 

17h30 : Des blocages sur les autoroutes en Auvergne/Rhône-Alpes

Sur l’A6, au niveau de Villefranche-sur-Saône, l’autoroute était coupée dans les deux sens, et ce depuis 4h30, selon un porte-parole d’Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR). Cet axe était également fermé au niveau de Mâcon, près de la bifurcation avec l’A40, selon APRR, qui n’envisageait pas de retour à la normale "avant la fin de journée". Toujours, en Auvergne/Rhône-Alpes, sur l’A89 entre Clermont-Ferrand et Lyon, l’entrée Thiers Ouest était également interdite à la circulation, précisait Vinci Autoroutes.

17h25 : Neuf interpellations à Nantes et un policier blessé

Neuf personnes ont été interpellées samedi à Nantes et un policier blessé après des incidents lors de la marche pour le climat qui a rassemblé près de 3.000 personnes, la police faisant usage de la force pour contrer des « tentatives de forcer des barrages » policiers, a indiqué la préfecture. La manifestation a été marquée par des jets de projectiles et des dégradations de mobilier urbain. « L’usage de la force a été rendu nécessaire en raison de tentatives de forcer les barrages de police devant la préfecture, de jets de projectiles contre les forces de l’ordre et de dégradations, notamment de mobilier urbain », a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique.

 

17h20 : 737 personnes interpellées à Paris

La préfecture de police a indiqué que 737 personnes ont été interpellées à Paris en marge du mouvement des «gilets jaunes».

17h15 : Des sénateurs LR reprennent l’idée d’une prime défiscalisée

Des sénateurs LR ont repris dans une proposition de loi l’idée portée par le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand d’une prime exceptionnelle défiscalisée versée par les entreprises aux salariés. Cette « prime d’encouragement et de performance », selon l’intitulé du texte, serait « libre de cotisation sociale et d’imposition fiscale », jusqu’à un montant total annuel de prime de 1.000 euros. L’idée, déjà avancée fin novembre par les chefs d’entreprise du mouvement Ethic et mise sur la table mercredi par Xavier Bertrand, a reçu l’aval d’Édouard Philippe, du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire et de son homologue des Comptes publics, Gérald Darmanin.

17h10 : Des échauffourées à Lyon, neuf interpellations

La manifestation de plusieurs milliers de « gilets jaunes » à Lyon a été marquée samedi par de violentes échauffourées entre groupes armés de bouteilles et fumigènes lancés contre les forces de l’ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes. Aux cris de « Macron démission », « Macron rend le pognon », le cortège avait défilé dans un calme relatif dans la Presqu’île, au centre de la ville, entre Rhône et Saône, en début d’après-midi. Puis la tension est rapidement montée quand la manifestation a voulu se diriger vers la préfecture sur la rive opposée du fleuve. Neuf interpellations avaient eu lieu vers 16h, « un nombre appelé à évoluer », selon la préfecture.

 

17h05 : Marine Le Pen demande à Macron des «réponses fortes» à la «souffrance» des «gilets jaunes»

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a demandé samedi au président français Emmanuel Macron des « réponses fortes » à la « souffrance sociale » exprimée par les « gilets jaunes ». « Il faut qu'(Emmanuel Macron) prenne conscience de la souffrance sociale et y apporte des réponses très fortes et immédiates », a-t-elle affirmé à Bruxelles en marge d’un meeting avec le parti nationaliste flamand Vlaams Belang. « J’appelle une nouvelle fois le président de la République à tenir compte de la souffrance qui est exprimée et à apporter une réponse, à sortir de l’Élysée, à arrêter de se claquemurer, de s’enfermer à l’Élysée », a-t-elle insisté.

17h : 673 personnes interpellées et 55 personnes blessées à Paris

La préfecture de police de Paris fait état d’un nouveau bilan des incidents autour de la manifestation des gilets jaunes à Paris : 673 personnes ont été interpellées dont 551 placées en garde à vue. On compte 55 personnes blessées, en urgence relative, dont trois parmi les forces de l’ordre.

16h50 : Julien Coupat, l’ancien leader du «groupe de Tarnac», placé en garde à vue

Julien Coupat, l’ancien leader du « groupe de Tarnac », a été placé en garde à vue ce samedi matin, indique Le Parisien. Il a été interpellé en région parisienne dans le cadre d’un contrôle routier en marge du dispositif de sécurité installé pour le mouvement des gilets jaunes. Son avocat Jérémy Assous a confirmé son interpellation, mais évoque « une erreur ».

16h45 : De nombreux heurts à Toulouse

Des heurts ont éclaté samedi après-midi entre manifestants et forces de l’ordre à Toulouse, où plusieurs milliers de manifestants participant à trois défilés distincts ont fusionné en un seul cortège que la police tentait de repousser hors du centre-ville. Dans le quartier de Compans-Cafarelli, les manifestants jetaient toutes sortes de projectiles, canettes, cailloux ou bouteilles, sur les forces de l’ordre, celles-ci répliquant par des jets de grenades de gaz lacrymogène sur la foule. Selon la préfecture, quelque 2.000 personnes défilaient dans Toulouse en début d’après-midi, et une vingtaine de personnes avaient été interpellées.

 

16h40 : «Il n’y a jamais eu d’hostilité des «gilets jaunes» pour les écologistes», déclare Yannick Jadot

L’eurodéputé Yannick Jadot a estimé samedi qu'« il n’y a jamais eu d’animosité » des « gilets jaunes » à l’encontre des écologistes, lors de la marche pour le climat à Paris à laquelle se sont joints des « gilets jaunes ». Leur mouvement n’est « très clairement pas » anti-écologiste, a affirmé le chef de file EELV pour les élections européennes. « Il n’y a jamais eu d’animosité des « gilets jaunes » à l’égard des écologistes. L’animosité des « gilets jaunes », y compris sur la question des taxes, c’est vis-à-vis du gouvernement comme des précédents sur la question de l’injustice fiscale », a-t-il affirmé.

 

16h35 : Plus de 1.600 «gilets jaunes» défilent dans le calme à Narbonne

Plus de 1.600 manifestants ont convergé à Narbonne et fusionné avec la marche pour le climat, accompagnés d’une centaine de motards et d’une dizaine de tracteurs avec des « remorques pleines de gilets jaunes ».

 

16h30 : Des heurts avec les forces de l’ordre à Bordeaux

Le cortège des « gilets jaunes », qui a rassemblé pacifiquement plusieurs milliers de personnes dans les rues de Bordeaux samedi après-midi, a dégénéré en fin de parcours sur la place face à l’Hôtel de Ville, où des manifestants ont lancé des cocktails Molotov. Sur la place Pey-Berland, bordée par la mairie et la cathédrale Saint-André, des éléments incontrôlés se sont affrontés aux forces de l’ordre, alors que certains « gilets jaunes », partisans d’une manifestation pacifique, tentaient de les dissuader, certains se mettant à genoux. La grille donnant accès à la cour de la mairie, objet des attaques de « gilets jaunes » ces deux derniers samedis, était protégée par des véhicules de la police. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes tandis que des manifestants allumaient des feux.

 

16h20 : La vidéo d’un manifestant touché par un tir de flash ball devient virale

La vidéo d’un manifestant portant un « gilet jaune », immobile, bras écartés devant les forces de l’ordre, et qui reçoit un tir de flash ball dans l’abdomen, a été visionnée près de 400.000 fois et partagée plus de 7.000 fois.

 

16h15 : Près de 1.000 interpellations et plus de 720 gardes à vue en France

Sur l'ensemble du territoire, près de 1.000 personnes ont été interpellées. Parmi elles, 720 ont été placées en garde à vue. 

16h10 : Eric Drouet entendu par la police judiciaire de Versailles

L’un des porte-parole Eric Drouet, qui avait appelé à prendre l’Elysée sur BFMTV a été entendu sur ces propos par la police judiciaire de Versailles ce samedi matin et laissé libre, sans poursuite judiciaire.

15h55 : Des poids lourds bloqués à la frontière franco-italienne

Des «gilets jaunes» bloquent, dans les deux sens, le passage des camions entre la France et l’Italie dans les Alpes-Maritimes, au niveau de Vintimille, indique France Bleu.

 

15h50 : Tirs de flashball, matériel confisqué… Le difficile travail des journalistes

Les journalistes, reporters et photographes, ont dû travailler dans des conditions très tendues ce samedi. « Je me suis fait confisquer mon casque de moto, mon masque à gaz et mes lunettes de protection à Bastille. Je n’ai pas de carte de presse, mais je leur ai montré des mails de la rédaction prouvant que j’étais envoyé par eux. Ils n’ont rien voulu savoir », a raconté Boris Allin, alias Boby, le photographe envoyé par Libération. D’autres journalistes ont été blessés, comme Paul Conge, reporter à Explicite, qui a posté sur Twitter une photo de sa cuisse touchée par « un plot de grenade désencerclante ».

Deux journalistes du Parisien ont également été touchés par un tir de flashball.

D’autres journalistes ont vu leur matériel endommagé, à l’image de celui du Figaro, qui affirme avoir été pris à partie par des casseurs près des Champs-Elysées.

15h40 : Erdogan dénonce la «violence disproportionnée» des autorités françaises

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué samedi la « violence disproportionnée » selon lui des autorités françaises face aux manifestations de « gilets jaunes », ajoutant qu’il suivait la situation « avec préoccupation ». « Le désordre règne dans les rues de nombreux pays européens, à commencer par Paris. Les télévisions, les journaux regorgent d’images de voitures qui brûlent, de commerces pillés, de la riposte des plus violentes de la police contre les manifestants », a déclaré Erdogan. La Turquie est « à la fois contre les scènes de chaos provoquées par les manifestants et contre la violence disproportionnée qui leur est opposée », a poursuivi le chef de l’Etat turc lors d’un discours à Istanbul, ajoutant qu’il suivait la situation « avec préoccupation ».

15h35 : «Urgence climatique» et «urgence sociale» à la marche pour le climat

Des milliers de personnes participent ce samedi à des marches pour le climat dans plusieurs villes de France, dont une partie portant des « gilets jaunes », avec des slogans appelant à lutter dans un même élan contre « l’urgence climatique » et l’urgence sociale. A Paris, un cortège de plusieurs milliers de personnes, dont certaines revêtues de «gilets jaunes» a quitté en début d’après-midi la place de la Nation, dans une ambiance familiale, aux cris de « Fin du monde, fin du mois, même combat », et « on est plus chaud, plus chaud, plus chaud que le climat ».

 

15h30 : Près de 400 «gilets jaunes» dans les rues de Metz

Près de 400 « gilets jaunes » dans les rues de Metz ont scandé « Macron démission » sous le regard des passants venus faire leurs courses de Noël.

 

15h28 : Les pompiers mobilisés pour circonscrire plusieurs feux de véhicules

La BSPP (Brigade de sapeurs-pompiers de Paris) a dû intervenir afin de circonscrire plusieurs feux de véhicules rue de Courcelles dans le VIIIe arrondissement parisien.

15h25 : 615 interpellations et 508 placements en garde à vue à Paris

La préfecture de police annonce que 615 personnes avaient été interpellées et que 508 d’entre elles se trouvaient en garde à vue à 15 heures.

15h15 : L’unité équestre déployée rue de Bretagne à Paris

Plusieurs policiers à cheval sont intervenus afin de refouler des manifestants, rue de Bretagne à quelques centaines de mètres de la place de la République à Paris.

 

15h10 : Trente personnes blessées à Paris, dont trois parmi les forces de l’ordre

Trente personnes ont été blessées à Paris, dont trois parmi les forces de l’ordre, lors des manifestations des « gilets jaunes », selon un premier bilan provisoire.

14h55 : « La dissolution s’approche comme une issue raisonnable » à la crise, estime Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a de nouveau évoqué « la dissolution » de l’Assemblée nationale, qui « s’approche comme une issue raisonnable et tranquille » à la crise des « gilets jaunes ». Deux « légitimités », celle des « gilets jaunes » et celle du gouvernement, « s’arc-boutent », et « le président de la République doit maintenant raccourcir les délais, s’il ne veut pas bouger », a déclaré le chef de file de La France insoumise à la presse lors de la convention de son mouvement à Bordeaux.

14h49 : Environ 2.000 participants dont quelques « gilets jaunes » à la marche climat à Paris

La marche parisienne pour le climat a débuté samedi en début d’après-midi dans une ambiance bon enfant, avec environ deux mille participants dont certains qui arboraient des «gilets jaunes».

 

14h47 : Des véhicules blindés et des chars à eau sur le Vieux-Port à Marseille

Les «gilets jaunes» qui manifestaient rue de la République à Marseille redescendent actuellement vers le Vieux-Port après avoir été bloqués par des camions de police au niveau de Sadi-Carnot, indique La Provence. Des véhicules blindés et des chars à eau sont positionnés sur le Vieux-Port, au niveau de la grande roue, pour prévenir d’éventuels débordements. Dans le même temps, la marche pour le climat remonte la Canebière, avec de nombreux manifestants.

14h35 : Une voiture incendiée boulevard de Courcelles à Paris

Les manifestants ont mis le feu à une voiture stationnée boulevard de Courcelles, dans le VIII arrondissement de Paris.

 

14h30 : Des tensions et incidents dans plusieurs lieux de la capitale

Des tensions et incidents ont éclaté dans plusieurs lieux de la capitale : à Richelieu-Drouot/Grands boulevards, sur l’avenue Marceau, sur l’avenue Niel, sur l’avenue de Friedland, rue Arsene-Houssaye, rue Beaujon, sur l’avenue des Champs-Elysées, dans le secteur de la place du Châtelet, sur le boulevard Sébastopol/rue Réaumur et à Strasbourg-Saint-Denis.

14h25 : Des heurts ont éclaté sur l’avenue Marceau à Paris

Des heurts ont éclaté sur l’avenue Marceau entre le 8e et le 16e arrondissement de Paris. Des « gilets jaunes » ont déchaussé les pavés à l’aide d’une grille de protection d’arbres. Les forces de l’ordre ont dépêché un canon à eau sur place.

 

14h20 : 598 interpellations depuis le début de la journée à Paris

La préfecture de police de Paris a indiqué que 598 personnes ont pour l’instant été interpellées à Paris. Parmi les personnes arrêtées, 475 ont été placées en garde à vue.

14h15 : Deux photographes du Parisien blessés par des tirs de flashball

Deux photographes du Parisien blessés par des tirs de flashball. Le premier se trouvait dans la foule sur les Champs-Elysées lorsqu’il a été la cible d’un tir dans le dos à deux mètres de distances par un policier. « J’ai perdu connaissance quelques secondes au sol puis j’ai été aidé par plusieurs manifestants, que je remercie, à me relever. J’ai cru à un pavé. Je suis évacué à l’hôpital », a-t-il indiqué sur son compte Twitter. Une photo montre également que la mousse de casque de protection a été déchirée.

 

14h14 : Plus de 400 personnes placées en garde à vue à Paris

La préfecture de police indique que 581 personnes ont été interpellées à 13h30, et 423 personnes ont été placées en garde à vue. Le précédent bilan faisait état de 272 mises en garde à vue.

14h12 : Plus de 1.500 «gilets jaunes» au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

Plus de 1.500 « gilets jaunes » ont défilé dans le calme samedi matin au Puy-en-Velay (Haute-Loire), où la préfecture avait été incendiée la semaine dernière lors du dernier rassemblement de cette contestation sociale, a-t-on appris auprès de la préfecture. Le cortège de manifestants a été rejoint par une dizaine de tracteurs. Une vingtaine de manifestants ont également formé une chaîne humaine devant la préfecture et se sont agenouillés, les mains sur la tête, pour rappeler l’interpellation, jeudi, de 151 jeunes aux abords d’un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines).

14h10 : Le Drugstore de Publicis attaqué sur les Champs-Elysées

En début d’après-midi, plusieurs manifestants ont arraché les planches de protection de plusieurs commerces dont le Drugstore de Publicis afin de créer une barricade au milieu de l’avenue. Une boutique de téléphonie a également été prise pour cible et fait l’objet d’une tentative de pillage.

 

14h05 : A Toulouse, les commerces du centre-ville souffrent des manifestations

Les commerces du centre-ville de Toulouse, forains ou sédentaires, souffrent des manifestations à répétition, ces dernières semaines. « Cela fait sept ans que je fais ce marché, et je n’ai jamais connu ça. C’est pire que l’année des attentats [en 2015] », explique notamment un commerçant. Le reportage de notre journaliste est à lire par ici.

 

14h : Près de 400 manifestants à Bruxelles, une centaine d’arrestations

Une centaine de personnes ont été arrêtées samedi à Bruxelles à l’occasion d’une manifestation de «gilets jaunes», qui réunissait environ 400 manifestants en début d’après-midi, a-t-on appris auprès de la police locale. «Il y a eu une centaine d’arrestations», dont la plupart en amont de la manifestation, lors de contrôles préventifs, a expliqué Ilse Van De Keere, porte-parole de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles. Certains «gilets jaunes» ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre à hauteur du quartier des institutions européennes, entièrement fermé à la circulation des véhicules et des piétons, mais la situation s’est rapidement calmée après des arrestations, a-t-elle ajouté.

13h55 : Donald Trump réagit au mouvement des «gilets jaunes» sur Twitter

Le président des Etats-Unis Donald Trump a de nouveau réagi au mouvement des gilets jaunes, indiquant que « les accords de Paris ne semblaient pas bien fonctionner pour Paris. » « Protestations et incidents à travers toute la France. Les gens ne veulent pas payer de telles sommes, qui pour la plupart iront à des pays du tiers-monde (gérés de manière aléatoire), au lieu de vraiment travailler à protéger l’environnement. », a tweeté Donald Trump. Le président américain a conclu son message en affirmant « aimer la France » et que des manifestants scandaient « nous aimons Trump ! »

13h50 : Les dons du Téléthon en baisse à cause du mouvement des «gilets jaunes»

Le compteur du Téléthon dépassait samedi à la mi-journée les 12 millions d’euros, en léger recul par rapport à l’édition 2017, le marathon télévisuel étant bousculé par la mobilisation des «gilets jaunes». « Nous sommes un peu en retard par rapport à l’année dernière, on ne peut pas faire abstraction du contexte », a déclaré Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM-Téléthon, l’association qui organise depuis 1987 cet événement caritatif unique en son genre, avec ses 30 heures de diffusion en direct à la télévision. Des animations et défis prévus à Paris, Bordeaux ou Rouen ont dû être annulés en prévision de l’acte IV des «gilets jaunes», alors que l’édition 2017 avait eu lieu en même temps que l’hommage à Johnny Hallyday.

13h45 : Des gendarmes mobiles et blindés présents place Saint-Augustin

Un détachement de gendarmes mobiles, avec notamment deux blindés, sont présents place Saint-Augustin, dans le VIIIe arrondissement de Paris.

 

13h40 : A Toulouse, les manifestants se dirigent vers la place Arnaud-Bernard

 

13h35 : Une trentaine de «gilets jaunes» au domicile de Jean Terlier, député LREM du Tarn

Une trentaine de « gilets jaunes » se sont rendus au domicile du député LREM du Tarn, Jean Terlier. Ils se sont arrêtés devant le portail du député en criant et chantant. « Je suis allé les voir et nous avons parlé pendant une demi-heure », explique le député à France Bleu Occitanie.

13h30 : Situation tendue sur les Grands Boulevards

La situation est tendue au niveau des Grands Boulevards à la limite des 2e et 9e arrondissements de Paris. Des « gilets jaunes » ont notamment utilisé du mobilier urbain et de la végétation pour monter une barricade.

 

13h28 : Le calme à Paris marque « l’échec du pouvoir », estime Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon s’est « réjoui de la façon avec laquelle la journée a commencé dans tout le pays ». « Les campagnes d’intimidation et d’affolement n’ont pas empêché la mobilisation de se faire », s’est-il félicité, soulignant le côté « bon enfant, moqueur et blagueur » des rassemblements. D’après lui, l’absence de violences dans les rues de Paris « va naturellement fortifier le mouvement ». « Si bien qu’à cette heure, la situation marque un échec du pouvoir et de sa tentative depuis mardi dernier de faire reculer la mobilisation », estime-t-il.

13h25 : Fesneau accuse Mélenchon et Wauquiez d'« irresponsabilité politique »

Le chef des Républicains Laurent Wauquiez et le leader des Insoumis Jean-Luc Mélenchon font preuve d'« irresponsabilité politique » dans la crise des « gilets jaunes », leur reproche le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau dans une interview samedi. « Il est très facile d’agiter les foules et de faire monter la colère, mais il est bien plus difficile de les éteindre, de discuter et de réconcilier les Français pour améliorer la situation », dénonce le ministre MoDem dans une interview au Point.

13h20 : Plus de 700 interpellations dans toute la France

Le secrétaire d’Etat Laurent Nunez a par ailleurs indiqué sur France 2 que plus de 700 interpellations ont été effectuées depuis ce matin, dont 575 à Paris.

13h15 : 31.000 manifestants recensés dans toute la France

31.000 manifestants recensés en France contre 36.000 la semaine dernière à la même heure, a indiqué le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nunez. A Paris, près de 8.000 manifestants ont été comptabilisés.

13h10 : Nombreux blocages sur les routes et autoroutes en France

Echangeurs bloqués, déviations, sorties obligatoires : le réseau routier et autoroutier français connaissait de nombreux points de perturbations. Dans un tweet, la gendarmerie nationale signalait en milieu de journée que plus de 5.000 personnes avaient été contrôlées sur les axes et péages avec de « nombreuses interpellations d’individus violents porteurs d’objets dangereux ».

 

13h05 : Un manifestant percuté dans le Vaucluse

Un véhicule aurait forcé un barrage de « gilets jaunes » à Morières-les-Avignon dans le Vaucluse, rapporte LCI. Un homme âgé d’une cinquantaine d’années aurait été blessé, il a été transporté à l’hôpital.

 

13h : La place de l’Étoile fermée toute la journée

Les Champs-Élysées restent accessibles par les rues adjacentes mais la place de l’Étoile devrait rester complètement fermée toute la journée.

12h55 : Des manifestants sur le périphérique parisien

La préfecture de police fait état de la présence de manifestants sur le boulevard périphérique de Paris à hauteur de la porte Maillot à 12h50.

12h50 : Des «gilets jaunes» aussi en Allemagne, en Bulgarie, en Serbie et en Irak…

Le mouvement des «gilets jaunes» s’exporte un peu partout en Europe, en Allemagne, en Bulgarie, en Serbie… mais aussi en Irak. Le premier rassemblement de « gilets jaunes » en Allemagne a été organisé samedi dernier porte de Brandebourg à Berlin. En Serbie, Bosko Obradovic, député et patron de la formation de droite nationaliste Dveri, a revêtu mardi un « gilet jaune » pour protester contre les prix du carburant. « Nous voulons des prix normaux de l’essence, ou vous aurez des gilets jaunes dans les rues de Belgrade et de Serbie », a-t-il prévenu.

A Bassorah en Irak, des centaines de personnes habillées d’un « gilet jaune » se sont rassemblées mardi pour réclamer de meilleurs services de première nécessité, comme l’électricité et l’eau.

 

12h45 : La place de la Concorde bouclée

La place de la Concorde, qui donne directement sur les Champs-Élysées, a été entièrement bouclée par les forces de l’ordre.

12h40 : Près de 70 arrestations à Bruxelles

Environ 70 personnes ont été arrêtées samedi en amont d’une manifestation de « gilets jaunes » à Bruxelles, où le quartier des institutions européennes a été entièrement bouclé. « On compte environ 70 arrestations suite aux contrôles qu’on fait de manière préventive », a expliqué Ilse Van De Keere, porte-parole de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles. Quelques dizaines de personnes étaient rassemblées en fin de matinée dans deux endroits de la capitale belge (Arts-Lois et Porte de Namur), mais aucune violence n’avait été constatée.

 

12h35 : Des « gilets jaunes » sur le boulevard Haussmann

Plusieurs centaines de « gilets jaunes » ont investi le boulevard Haussmann à Paris, où les grands magasins (Printemps et Galeries Lafayette) ont décidé de rester fermés aujourd’hui. Le cortège a été bloqué par les CRS.

 

12h30 : 554 interpellations à Paris

Selon la préfecture de police de Paris, 554 personnes ont été interpellées à Paris à la mi-journée. Parmi elles, 335 ont été placées en garde à vue.

12h25 : Deux mille «gilets jaunes» défilent dans le calme à Marseille

Deux mille « gilets jaunes » ont défilé samedi matin dans le calme à Marseille depuis le Vieux Port vers la préfecture de région, précédés d’une dizaine d’ambulanciers qui ont rejoint le mouvement avec leurs véhicules, gyrophares allumés. « Macron, démission », scandaient les manifestants à la mi-journée, devant la préfecture où une délégation les représentant a été reçue.

12h20 : Périphérique parisien coupé par des « gilets jaunes »

Quelques centaines de « gilets jaunes » ont envahi samedi le périphérique parisien à proximité de la Porte Maillot, bloquant la circulation à deux reprises en fin de matinée. Après quelques minutes de blocage, ils ont été repoussés par les forces de l’ordre dans une ambiance calme. « On bloque le périph pour se distinguer des casseurs. Sur le périph, il n’y a rien à casser. Notre intention, c’est de nous faire entendre, pas de casser », a expliqué Laetitia Dewalle, porte-parole du Val d'Oise. « Voyez, c’est bon enfant, ça chante, il y a des drapeaux ».

12h15 : Un des leaders des « gilets jaunes » interpellé à Grenoble

Un des leaders des « gilets jaunes » de Grenoble, Julien Terrier, a été interpellé samedi au motif qu’il serait l’organisateur de la manifestation non autorisée qui se déroule dans la ville, a-t-on appris auprès de la préfecture de l’Isère. Une quinzaine de personnes ont été interpellées depuis le début de la matinée à Grenoble, où la situation est tendue, a-t-on ajouté de même source.

12h10 : La députée LFI Clémentine Autain veut travailler à une «convergence» entre «gilets jaunes», écologistes et lycéens

La députée LFI Clémentine Autain veut travailler à une « convergence », selon elle en train de s’établir, entre le mouvement des « gilets jaunes », les participants à la marche pour le climat et le mouvement des lycéens. « On souhaite travailler à une convergence entre les « gilets jaunes », la marche pour le climat, les lycéens. Ce qui m’intéresse et me motive c’est cette convergence qui est en train de s’établir », a-t-elle déclaré samedi matin lors d’un rassemblement devant la gare Saint-Lazare à Paris. La députée de Seine-Saint-Denis était accompagnée de « Gilets jaunes » de sa circonscription.

12h05 : Les centres commerciaux de Saint-Etienne fermés

La plupart des centres commerciaux de l’agglomération stéphanoise, bloqués par des « gilets jaunes » qui menacent d’y pénétrer, n’ont pas ouvert leurs portes samedi ou les ont fermées en milieu de la matinée. C’est notamment le cas du centre commercial de La Varizelle à Saint-Chamond, qui comprend un hypermarché Leclerc, un Gamm Vert et un Leroy-Merlin, a indiqué le directeur de cette enseigne de bricolage. A l’entrée Est de Saint-Etienne, le centre commercial Monthieu, n’a pas ouvert ses portes samedi matin, a indiqué la direction de la FNAC qui y est également installée. Des opérations « barrières levées » sont par ailleurs en cours sur plusieurs péages des autoroutes A72 et A89.

11h58 : De plus en plus de monde près de Saint-Lazare à Paris 

 

11h52 : 494 interpellations à Paris 

11h34 : Plusieurs groupes disséminés à Paris

Des gilets jaunes se trouvent désormais sur les Champs-Elysées, à bastille mais aussi place de la République et dans le Marais.

11h12 : Le périphérique parisien bloqué au niveau de la Porte Maillot

11h00 : Edouard Philippe s’exprime depuis la place Beauvau à la sortie de la cellule de crise

« A l’heure où nous parlons, nous avons procédé à 481 interpellations et 211 personnes sont placées en garde à vue », a indiqué le Premier ministre.

« Il s’agissait pour moi de faire le point sur le dispositif exceptionnel organisé aujourd’hui », a-t-il dit. « Je voudrais une fois de plus remercier tous ceux, responsables politiques, syndicaux et citoyens qui ont appelé au calme pour que les Français qui veulent manifester ne se mélangent pas à ceux qui veulent casser et s’en prendre aux forces de l’ordre », a déclaré Edouard Philippe.

10h25 : Premières tensions sur les Champs-Elysées, des premiers gaz lacrymogènes utilisés

Des manifestants commençaent à se regrouper rue Arsène Houssaye, une rue perpendiculaire aux Champs-Elysées. Les forces de l'ordre ont alors fait usage pour la première fois ce samedi de gaz lacrymogènes face aux manifestants qui s'étaient engouffrés dans l'impasse pour aller au contact. La foule est retrounée sur l'avenue des Champs-Elysées. 

10h24 : 354 interpellations, 127 gardes à vue à Paris

10h20 : Un syndicat lycéen porte plainte après l’arrestation de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie

Le syndicat lycéen UNL-SD a déposé une plainte après l’arrestation jeudi de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie dans des conditions controversées, notamment pour « violences sur mineurs de 15 ans et plus par personne dépositaire de l’autorité publique », ont annoncé samedi ses avocats dans un communiqué.

Cette plainte, déposée auprès du procureur de la République de Versailles, vise également des faits d'« actes de torture et de barbarie sur mineurs par personne dépositaire de l’autorité publique et en réunion », « violations de libertés individuelles » et « diffusion illégale d’images de personnes identifiables mises en cause dans une procédure pénale ».

10h11 : Edouard Philippe se rend au ministère de l’Intérieur

Le Premier ministre s’est rendu à 10h00 au ministère de l’Intérieur, place Beauvau, a annoncé son entourage au début de la mobilisation à haut risque des « gilets jaunes » samedi.

Le chef du gouvernement doit « faire un premier point de situation avec le ministre (de l’Intérieur Christophe Castaner), le préfet de police et l’ensemble des préfets de zone de défense », indique Matignon.

10h09 : Un Téléthon 2018 entre « gilets jaunes » et victoires médicales

Le compteur du Téléthon dépassait samedi matin les 5 millions d’euros, un marathon télévisuel bousculé par la mobilisation des « gilets jaunes » pour cette édition célébrant les premières « victoires » sur les maladies rares.

« Très clairement, ce sera un Téléthon différent », a déclaré à l’AFP Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM-Téléthon, l’association qui organise depuis 1987 cet événement caritatif unique en son genre, avec ses 30 heures de diffusion en direct à la télévision.

La crainte de nouveaux débordements lors des manifestations de « gilets jaunes » a en effet entraîné plusieurs annulations d’événements et fermetures de lieux publics, à Paris et dans les régions.

9h59 : Battes de baseball, boules de pétanque, masques à gaz… Les policiers multiplient depuis ce matin les saisies aux péages près de Paris

 

9h56 : L'évêque de Périgueux Mgr Philippe Mousset appelle au dialogue plutôt qu'à la violence, rapporte Sud-Ouest

9h55 : 70 personnes manifestent pacifiquement à Saint-Yorre

 

9h54 : L'A10 coupée dans le sens Bordeaux-Paris

 

9h46 : Un millier de « gilets jaunes » sont réunis sur les Champs-Elysées, indique la préfecture de police

9h45 : L’autoroute A6 est à nouveau coupée dans la vallée de Rhône

Selon APRR, la circulation est interrompue entre Mâcon et Villefranche-sur-Saône comme les samedis précédents.

9h43 : Une centaine de personnes à présent réunies place de la Bastille

9h38 : Six interpellations avaient eu lieu samedi dernier à la même heure pour des violences. Ce samedi, 317 interpellations ont déjà eu lieu

9h36 : Gilets jaunes, verts, orange, rouges… Comment s’y retrouver face à la multiplication des mouvements ?

Parallèlement à l’essor des « gilets jaunes », plusieurs mouvements « périphériques » ont vu le jour sur les réseaux sociaux ces derniers jours, chacun arborant sa propre couleur.

On vous dit tout par ici.

9h30 : Aucun bus autorisé à  entrer ou sortir de Toulouse

Les transports en commun fonctionnent, pour l'instant, et seront interrompus si la préfecture estime que la situation l'exige, indique notre journaliste à Toulouse.

 

9h28 : Des objets destinés à servir de projectiles ont été retrouvés par les forces de police en marge de la manifestation parisienne

Des objets destinés à servir de projectiles retrouvés en marge de la manifestation du 8 décembre
Des objets destinés à servir de projectiles retrouvés en marge de la manifestation du 8 décembre - Préfecture de police

9h15 : 317 interpellations ont eu lieu ce samedi matin 

8h58 : Christophe Castaner est auprès des forces de l’ordre pour observer le dispositif de sécurité à Paris

Interrogé par Brut sur la fuite d’une partie du dispositif de sécurité, le ministre de l’Intérieur a déclaré : « Ce sont des documents administratifs envoyés à plus de 2.000 personnes. Ce n’est pas un secret d’Etat mais un plan d’action. Ce n’est pas une fuite. Mais ce n’est pas normal qu’ils (ces documents) se retrouvent là alors j’ai demandé une enquête administrative au préfet de police », a expliqué Christophe Castaner. « C’est à minima une anomalie », a-t-il conclu.

Concernant l’important dispositif déployé ce samedi, le ministre a rétorqué : « Ce qui est impressionnant c’est la violence à laquelle nous avons assisté.. Nous avons voulu apporter une réponse forte. Donc nous avons fait le choix de la prévenance. Les casseurs ne sont forts que parce qu’ils se déguisent en gilets jaunes. La violence n’est jamais une façon de revendiquer. Le gouvernement a tendu la main, a fait des propositions. La taxe sur les produits pétroliers a été supprimée, maintenant il faut se mettre autour de ta table et discuter. »

 

8h46 : Ce samedi, à 8h40, 278 interpellations ont eu lieu, indique la préfecture de police

8h44 : Une partie du dispositif de sécurité a fuité sur internet

Une partie du dispositif de sécurité des forces de police prévu pour faire face à la mobilisation attendue des « gilets jaunes » a fuité sur internet, a confirmé ce samedi à l’AFP la préfecture de police, précisant que le procureur avait été saisi.

« Une note de service de la DSPAP (Direction de la sécurité et de proximité de l’agglomération) relative au dispositif a été divulguée sur internet. Il s’agit d’une note technique qui fait l’objet d’une large diffusion », a précisé cette source.

Selon cette même source, cette note ne concerne « qu’une partie du dispositif, en l’occurrence les équipes les plus légères et les plus mobiles qui ont vocation à rayonner rapidement sur l’ensemble du territoire ».

8h30 : 177 personnes ont été interpellées, 32 placées en garde à vue, indique la préfecture de police

8h23 : « Les violences abîment les revendications », estime Benoît Hamon

« Je pense que la violence abîme d’abord les revendications et le mouvement parce que depuis qu’il y a des violences on parle beaucoup de maintien de l’ordre, on voit beaucoup le ministre de l’Intérieur », a déclaré Benoît Hamon sur Europe 1.

8h09 : Une enquête judiciaire après la fuite du dispositif de sécurité

D’après nos confrères du Parisien, une enquête a été confiée à la police judiciaire après la fuite sur les réseaux sociaux du dispositif de sécurité de la préfecture de police de Paris visant à encadrer les manifestations.

7h55 : 121 personnes interpellées en marge de la mobilisation des « gilets jaunes »

Sur ces 121 personnes interpellées avant 7h30 ce samedi matin, 65 l’ont été pour des vérifications d’identité et 32 ont été placées en garde à vue, indique FranceInfo citant la préfecture de police de Paris. La plupart d’entre elles ont été interpellées pour « participation à un groupement en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction ou dégradation de biens », selon la préfecture de police.

7h50 : Le palais de l’Elysée protégé

Des barrières de sécurité ont été dressées dans les rues qui donnent accès au palais de l’Elysée.

 

7h46 : 34 personnes ont été placées en garde à vue, selon une source policière

Trente-quatre personnes ont été placées en garde à vue quelques heures avant le début d’une nouvelle mobilisation à haut risque des « gilets jaunes » notamment à Paris, a indiqué samedi une source proche du dossier à l’AFP.

Ce sont principalement des gens venus de région, âgés d’une trentaine d’années sur lesquels ont été retrouvés des masques, des frondes, des marteaux ou des pavés, a précisé la même source.

7h45 : « Les forces de l’ordre sont éprouvées, car elles sont mises à rude épreuve depuis un moment »

Alors qu’une nouvelle manifestation des « gilets jaunes » est organisée ce samedi à Paris, policiers et gendarmes, mis à rude épreuve depuis le début de la mobilisation, redoutent le pire, comme l’explique Grégory Joron, du syndicat Unité SGP-Police FO.

Retrouvez son interview par là​.

7h35 : Des véhicules ont été déployés dans la capitale, notamment place de la Bastille

Comme le notent plusieurs journalistes sur place et comme l'avait indiqué  le ministre de l'Intérieur Chistophe Castaner vendredi.

 

7h30 : Déplacements difficiles dans la capitale

A Paris, les abords de l’Elysée, de la place de la Concorde ou de l’Assemblée nationale sont interdits d’accès. PLusieurs stations de métro sont fermées. Le trafic est en outre interrompu sur une partie des lignes 1, 6, 8, 9, 12, 13 ainsi que des RER C et E.

7h00 : Un samedi sous très haute tension à Paris

Bienvenue dans ce live. Signe que les autorités sont sur les dents pour l’acte IV des « gilets jaunes », dans la capitale, 2.000 éléments de mobilier urbain ont été démontés. Dans un large périmètre autour des Champs-Elysées, on s’oriente vers une ville morte samedi : la tour Eiffel, le Louvre et plusieurs grands magasins seront fermés samedi, tout comme de nombreux commerces et restaurants.