«Gilets jaunes» EN DIRECT: Une trentaine de stations de métros fermées à Paris... Des pays étrangers appellent à la prudence...

LIVE Suivez les événements de la journée en direct avec nous…

C. Ape.

— 

Edouard Philippe, le 31 octobre 2018 à Matignon.
Edouard Philippe, le 31 octobre 2018 à Matignon. — Thibault Camus/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • L’exécutif a annoncé mercredi une série de mesures en urgence, parmi lesquelles l’annulation de la hausse sur les taxes sur les carburants, initialement « suspendue » six mois.
  • Les annonces du Premier ministre n’ont pas suffi à calmer la grogne des « gilets jaunes » qui ont appelé à un « acte IV », ce samedi.
  • Après les violences qui ont eu lieu en marge de la mobilisation, samedi dernier, plusieurs secteurs – transports, agriculteurs ou étudiants – ont annoncé qu’ils rejoignaient les manifestations, laissant craindre des rassemblements « d’une grande violence », estime l’Elysée.

A LIRE AUSSI

 

20h22 : Les pays étrangers conseillent la prudence à leurs ressortissants

« Ne vous mêlez pas aux discussions et autres polémiques », « ne pas s’arrêter pour faire des photos ou des vidéos »… Plusieurs pays européens ont conseillé la prudence à leurs ressortissants de crainte de nouvelles violences ce week-end à Paris, tandis que les Américains sont encouragés à faire « profil bas ».

Et si la plupart des capitales se bornent à des appels à ne pas s’exposer, certains Etats incitent carrément à remettre à plus tard des visites prévues pour samedi et dimanche dans la capitale française en raison de la fronde des « gilets jaunes », comme la République tchèque, la Belgique ou le Portugal.

18h56 : Le CSA et le ministre de la Culture mettent les médias en garde

Franck Riester et le CSA en appellent ce vendredi à la « responsabilité » des médias à la veille d’une nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes », en insistant sur la nécessaire vérification des informations diffusées. « A la veille d’une journée particulièrement difficile pour le pays tout entier », le Conseil supérieur de l’audiovisuel en appelle dans un communiqué « à la responsabilité, lourde et complexe, des médias audiovisuels ».

S’adressant au public, le CSA demande également « à chacun » d’être « attentif au respect du travail des journalistes et des équipes de reportage ».

18h30 : Une trentaine de stations de métro fermées samedi à Paris

Une vingtaine de stations de métro seront fermées au public samedi à Paris en raison des manifestations de « gilets jaunes » prévues dans la capitale, a annoncé la RATP. Les stations Charles de Gaulle Etoile, Bastille, Concorde, Opéra, Madeleine seront notamment fermées dès 5h30.

La liste complète des stations et lignes de métro ou de RER touchées est disponible sur le site de la RATP. Une cinquantaine de lignes de bus seront également perturbées.

18h28 : Franck Dubosc ne soutient plus les « gilets jaunes »

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, l’humoriste et acteur s’en prend au mouvement et confirme regretter d’avoir apporté son soutien aux « gilets jaunes », « trop haineux, trop hargneux ». Un article à retrouver par ici.

18h15 : Un syndicat du pénitentiaire menace de se joindre aux « gilets jaunes »

Le syndicat national pénitentiaire Force ouvrière (SNPFO) a remporté les élections professionnelles dans l’administration pénitentiaire et menace de se joindre aux « gilets jaunes » si ses revendications ne sont pas entendues, a-t-on appris vendredi.

18h10 : 200 personnalités appellent au retrait des Flash-Ball

Les auteurs de la tribune appellent le gouvernement à cesser « immédiatement » d’utiliser des lanceurs de balles automatiques (Flash-Ball) pour réprimer les manifestations, en se déclarant « profondément choquées » qu’ils aient blessé des lycéens à la tête ces derniers jours.

« Les ados ne sont pas des cobayes du maintien de l’ordre (…) Nous demandons au ministre de l’Intérieur de retirer immédiatement, à titre conservatoire, les lanceurs de balles de la dotation » des forces de l’ordre, s’indigne ce collectif. Y figurent notamment le chef de la France Insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon, plusieurs autres députés LFI, mais aussi des écrivains, cinéastes, sociologues et historiens.

18h02 : Huit communes du Nord interdisent les manifestations

Le préfet du Nord a annoncé avoir interdit les manifestations de « gilets jaunes » pendant 48 heures, de vendredi soir à dimanche soir, dans quatre communes du département afin de « prévenir les risques d’incident » : Lomme, Loon-Plage, Dunkerque et Sainghin-en-Mélantois.

Le Pas-de-Calais a également interdit les rassemblements à Calais, Fresnes-les-Montauban, Gavrelle et Hénin-Beaumont.

17h28 : Marine Le Pen dénonce un « mépris de classe » mais n’appelle pas à renverser la Ve République

La présidente du Rassemblement national a réaffirmé ce vendredi son attachement à la Ve République et à la fonction présidentielle, en insistant pour une sortie de crise « politique », à la veille d’une journée à hauts risques de mobilisation des « gilets jaunes ».

Visant, sans le nommer, le chef de l’État Emmanuel Macron, la dirigeante d’extrême droite estime que « la France ne souffre pas de l’institution présidentielle. Elle pâtit du défaut d’incarnation de la fonction par un homme dénué d’empathie pour le peuple, engoncé dans la morgue des élites et le mépris de classe ».

 

17h18 : Nicolas Dupont-Aignan « ne se taira pas » après la plainte de Castaner

Le député de l’Essonne a réagi après l’annonce du ministre de l’Intérieur ce vendredi, assurant qu’il allait déposer plainte contre lui. La plainte vise les propos du président de Debout la France, qui a accusé les « petits casseurs de M. Castaner » d’avoir saccagé l’Arc de Triomphe le 1er décembre à Paris lors de la manifestation des « gilets jaunes ». « Je n’ai pas peur d’entendre la vérité », a conclu Nicolas Dupont-Aignan.

16h58 : A peine ouverte, la concertation divise patronat et syndicats

Les partenaires sociaux, réunis vendredi par le gouvernement pour apaiser la colère des gilets jaunes, se divisent sur les solutions à apporter, le principe d’une prime exceptionnelle volontaire versée par les entreprises étant jugé insuffisant par les syndicats.

Cinq ministres ont reçu les principales organisations patronales et syndicales, à l’exception de la CGT qui boycottait cette rencontre organisée au ministère du travail.

« Chacun a pu faire des propositions de court terme et de long terme dans cette grande négociation qui s’ouvre », s’est réjouie la ministre du Travail, Nicole Pénicaud, entourée de Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires et Relations avec les collectivités), Elisabeth Borne (Transports), Julien Denormandie (Ville et Logement) et Emmanuelle Wargon (secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique).

L’unanimité n’est en effet pas encore de mise.

16h23 : Réunion autour du Premier ministre à 16h30

16h11 : Le dépôt pétrolier de Lucciana (Haute-Corse) bloqué quelques heures

Le dépôt, situé à proximité de l’aéroport de Bastia, a été débloqué et son accès sécurisé par une compagnie de CRS, les manifestants restant sur place mais à distance, a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

L’intervention des forces de l’ordre n’a fait aucun blessé mais une personne a été interpellée et une voiture a été détruite par le feu, a précisé la préfecture.

Vendredi matin, une trentaine de personnes mêlant des « gilets jaunes » et des « jeunes citoyens » s’étaient rassemblées devant ce dépôt qui a déjà été brièvement bloqué à plusieurs reprises depuis le début de mouvement.

Une demi-douzaine d’individus avaient le visage grimé et étaient munis de manches de pioche et de pistolets de paintball, avait précisé une source proche de l’enquête. L’accès était bloqué par un amas de palettes.

16h01 : Jean-Luc Mélenchon appelle les Insoumis à « protéger » les lycéens

Jean-Luc Mélenchon a appelé vendredi les Insoumis à « protéger » les lycéens en créant « des services d’ordre bénévoles de citoyens » en « casque blanc » et à participer, de manière « non violente » aux manifestations des « gilets jaunes » samedi.

« Samedi évidemment il faut être dans l’action. Je vous recommande l’action non violente », dit le chef de file des Insoumis dans une vidéo postée sur Twitter, en soulignant que « la violence limite la capacité du mouvement, diminue le nombre de ceux qui s’y intègrent ».

« Il faut faire réussir l’approfondissement et l’élargissement du mouvement », poursuit-il. « Donc Insoumis et Insoumises, participez à ces mouvements, en particulier pour les jeunes, les lycéens. Aidez-les, faites des services d’ordre bénévoles de citoyens pour les encadrer, parce que les consignes données aux forces de sécurité semblent outrepasser les tâches traditionnelles de gardien de la paix », lance-t-il.

15h56 : La Belgique déconseille Paris à ses ressortissants

Le ministère belge des Affaires étrangères conseille sur son site internet à ses ressortissants de « reporter leur séjour » à Paris samedi et dimanche, par craintes d’incidents lors « des actions prévues par le mouvement des "gilets jaunes" ».

Il est recommandé aux Belges qui se rendraient malgré tout dans la capitale française de respecter certaines « mesures de précaution », en particulier d’éviter « les foules », « les lieux symboliques » ainsi que « les zones touristiques » et de privilégier « les arrondissements de la rive gauche », c’est-à-dire au sud de la Seine.

Le ministère déconseille par ailleurs « de venir en voiture dans le centre de Paris », où « beaucoup de feux de signalisation sont endommagés », ce qui occasionne « parfois une circulation chaotique ».

15h54 : Un député LREM reçoit une balle par courrier

Le député « marcheur » du Pas-de-Calais Benoît Potterie a reçu vendredi une balle par courrier à sa permanence, à la veille d’un nouveau temps fort de mobilisation des « gilets jaunes », a-t-il indiqué à l’AFP.

La balle était accompagnée d’un message manuscrit : « la prochaine fois tu la prends entre les deux yeux ». Le député a déposé plainte.

« Je suis surpris car j’ai toujours été dans le dialogue et l’apaisement, et suis allé à plusieurs reprises à la rencontre des 'gilets jaunes' », a-t-il souligné.

15h45 : Les « gilets jaunes libres » pas accueillis à l’Elysée, Matignon reste « disposé »

L’Elysée a opposé ce vendredi une fin de non-recevoir à la demande des « gilets jaunes libres » qui souhaitaient rencontrer Emmanuel Macron, mais a indiqué que Matignon restait « disposé » à les recevoir.

« Matignon a proposé de les voir à deux reprises. Ils n’ont pas répondu à cette main tendue. Mais Matignon reste disposé à les rencontrer », indique la présidence.

Les « gilets jaunes libres » avaient demandé jeudi à être reçus vendredi par Emmanuel Macron pour « calmer » la France qui se trouve « au bord de l’insurrection et de la guerre civile », selon l’un de ses représentants, Benjamin Cauchy.

15h17 : Le « gilet jaune » blessé à Toulouse toujours dans le coma

Le jeune homme grièvement blessé il y a une semaine lors d’une manifestation très tendue des « gilets jaunes » à Toulouse, était toujours dans le coma vendredi, ont annoncé sa famille et ses avocates.

Le jeune homme, Benoît, se trouvait samedi 1er décembre du côté de la gare Matabiau où « il a été victime d’un tir de projectile entre l’oeil et l’oreille, qui venait incontestablement des forces de l’ordre », précise un communiqué.

Les avocates, Claire Dujardin et Sara Khoury, dénoncent aussi « l’usage d’armes mutilantes, telles que LDB 40x46 (lanceur de balles de défense) ou grenades explosives, par les forces de l’ordre ».

15h14 : Une jeune fille « défigurée » par un tir policier à Grenoble

Doriana (16 ans) n’est pas près d’oublier cette semaine de blocage de lycées en France. Mardi, cette élève d’un établissement professionnel de Grenoble a été grièvement blessée par un tir de lanceur de balle de défense, lors d’une manifestation en centre-ville. « J’ai perdu deux dents et je risque d’en perdre d’autres, confie-t-elle au Parisien. J’ai été opérée pendant quatre heures. Les médecins ont été obligés de reconstruire ma mâchoire inférieure avec des plaques, des vis, des élastiques. »

Doriana assure n’avoir lancé aucun projectile contre les forces de l’ordre. « Ils se sont mis à charger. Et j’ai ressenti un grand coup dans ma bouche. Ils ont tiré alors qu’ils n’étaient qu’à 4 ou 5 mètres. J’étais en sang. Lorsque je me suis regardée dans un miroir, c’était affreux. J’avais un grand trou dans le menton par lequel je pouvais respirer, même avec la bouche fermée. »

15h13 : Douze interpellations et de violents débordements à Saint-Etienne

Douze jeunes hommes ont été interpellés et placés en garde à vue vendredi matin lors d’une manifestation de lycéens à Saint-Etienne (Loire)​, théâtre de violences pour le deuxième jour consécutif, a-t-on appris auprès du parquet de la ville.

Parmi ces douze personnes placées en garde à vue --mineures pour la plupart-- au commissariat central de la ville, cinq vont être poursuivies pour violence avec armes après avoir jeté des projectiles en direction des forces de l’ordre.

15h02 : La séance de dédicaces d’Iris Mittenaere prévue à la Fnac de Bordeaux est annulée

« Nous annoncerons une nouvelle date prochainement pour fin janvier 2019 », ont indiqué les éditions HarperCollins sur Instagram.

14h57 : Le concert de Bigflo et Oli prévu samedi soir à Paris reporté à dimanche

14h56 : Le Printemps et le BHV également fermés samedi à Paris

14h36 : Les Galeries Lafayette resteront fermées samedi

Selon une note adressée aux employés, le grand magasin situé boulevard Haussmann à Paris restera fermé samedi, « par principe de précaution et de façon exceptionnelle » indique Le Parisien. Le quotidien souligne qu’un appel à la grève avait été lancé pour permettre aux salariés inquiets de ne pas venir.

14h33 : La Voix du Nord condamne l’agression de deux de leurs journalistes en marge d’une manifestation de lycéens à Wingles

« Alors que notre journaliste leur demandait de faire preuve d’un peu de respect en l'éloignant prudemment, un des agitateurs a lancé dans [la direction des journalistes du quotidien] une bouteille contenant notamment de l’acide, qu’elles ont heureusement réussi à éviter avant qu’elle n’explose à quelques centimètres d’elles.

Si les deux journalistes s’en tirent avec plus de peur que de mal, on ne peut hélas que constater une très forte dégradation de nos rapports avec, heureusement, ce qui n’est qu’une infime partie des manifestants. C’est évidemment intolérable », déplore La Voix du Nord.

14h29 : « Y a plus important que le prix du carburant, y a MPG », la crise des « gilets jaunes » touche aussi le foot virtuel

La journée de Ligue 1 va être tronquée, et ça crée une polémique sans précédent dans le milieu de la fantasy league. On vous explique tout par ici.

 

14h18 : Martinez (CGT) déplore ne pas avoir été entendu sur les violences

Philippe Martinez, numéro un de la CGT, a déploré sur RTL que ses alertes sur « les problèmes » de violence autour des manifestations soient restées « sans réponse » depuis plusieurs années et estime que « le gouvernement a une lourde responsabilité » dans la situation actuelle.

« Depuis quatre ans - et vous vous rappelez certainement 2016 -, nous avons alerté quatre ministres de l’Intérieur successifs sur les problèmes autour des manifestations », a-t-il dit, faisant allusion aux manifestations contre la loi El Khomri sous le quinquennat Hollande et la manifestation du 1er mai cette année.

14h17 : Cinq thèmes de concertation entre gouvernement et partenaires sociaux

Le pouvoir d’achat des salariés, le transport, le logement, la fiscalité et l’accessibilité des services publics sont les cinq thèmes de concertation identifiés vendredi par les partenaires sociaux et le gouvernement, a indiqué Muriel Pénicaud à l’issue d’une première réunion vendredi.

En pleine crise des « gilets jaunes », le gouvernement, représenté par cinq ministres, recevait vendredi matin les principales organisations patronales et syndicales - à l’exception de la CGT qui boycottait la rencontre - « pour partager leur diagnostic de la situation ».

« Chacun a pu faire des propositions de court terme et de long terme dans cette grande négociation qui s’ouvre », s’est réjouie la ministre du Travail, entourée de Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires et Relations avec les collectivités), Elisabeth Borne (Transports), Julien Denormandie (Ville et Logement) et Emmanuelle Wargon (secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique).

14h16 : Des arrêtés préfectoraux pour éviter les engins incendiaires artisanaux

Plusieurs préfectures ont annoncé avoir interdit la vente et le transport de carburant, d’engins pyrotechniques et de produits inflammables ou chimiques, à la veille d’une journée de mobilisation des « gilets jaunes » et de possibles violences.

Dans un communiqué, la préfecture de Gironde indique vouloir « limiter l’achat et le transport de carburants et d’artifices de divertissement ainsi que des alcools non consommables et tous produits inflammables ou chimiques », valables de vendredi à lundi matin, dans le but manifeste de prévenir la confection d’engins incendiaires.

La Vienne et la Charente-Maritime, des départements marqués par des blocages de « gilets jaunes » depuis le début du mouvement, ont pris des dispositions similaires, ainsi que la Creuse où l’arrêté préfectoral restera valable jusqu’au 2 janvier 2019.

Le Var a pris des dispositions à peu près semblables, valables jusqu’à lundi, concernant notamment « la vente au détail et le transport dans tout récipient transportable de produits combustibles et ou corrosifs, carburants et gaz inflammables ».

Mesures du même type en Seine-Maritime et dans le Loiret, où un arrêté vise également « la vente à emporter et le transport de boissons alcooliques ».

La Vendée cible l’achat et la vente au détail, l’enlèvement ou le transport « de tout carburant, par jerricans, cubitainers, bidons, flacons ou récipients divers » et « de tout produit inflammable ou chimique, acides et corrosifs ».

14h13 : Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur lance une « déclaration de Marseille » contre « l’insurrection »

Entouré d’une cinquantaine d’élus locaux et de représentants des corps économiques et sociaux, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur Renaud Muselier a d’abord écouté deux lycéennes lire cette « déclaration », à l’ombre de l’arc de triomphe, Porte d’Aix, au cœur de la ville. Un texte dans lequel il exprime son refus « de voir le dialogue céder sa place à la violence, dans l’indifférence générale ».

« L’heure est grave, (…) et nous avons besoin de gestes politiques forts, d’un véritable Grenelle, au sens des discussions qui avaient suivi le chaos de mai 1968 », poursuit ce texte. « Afin d’éviter l’escalade, le président de la République doit immédiatement ouvrir ces discussions tant attendues », insiste Renaud. Muselier, via cette déclaration, en affirmant que « le temps du mépris a engendré le temps de la violence ».

13h52 : De nombreuses préfectures interdisent le transport d’engins incendiaires artisanaux

Plusieurs préfectures ont annoncé vendredi avoir interdit la vente et le transport de carburant, d’engins pyrotechniques et de produits inflammables ou chimiques, à la veille d’une journée de mobilisation des « gilets jaunes » et de possibles violences. Parmi elles : la Gironde, la Creuse, la Vienne, la Charente-Maritime, le Var, la Seine-Maritime, le Loiret et la Vendée. 

13h37 : De Stéphane Bern à Thierry Lhermitte, 175 personnalités lancent un appel au calme

Ils ont lancé ce vendredi un appel au calme sur le site du Parisien, avant la journée d’actions des « gilets jaunes » samedi. On compte parmi eux le philosophe Bernard-Henri Lévy, les ex-PDG Henri de Castries, Maurice Lévy et Jean-Marc Janaillac, l’avocat Jean-Pierre Mignard, le démographe Hervé Le Bras, le président du Festival de Cannes Pierre Lescure, les journalistes Guillaume Durand, Bruno Masure, Aida Touihri et Stéphane Bern.

13h30 : Le « gilet jaune » Éric Drouet visé par une enquête après son appel à « rentrer » dans l’Élysée, annonce le parquet de Paris

13h21 : Dispositif de sécurité renforcée dans les hôpitaux parisiens

Les hôpitaux de Paris anticipent d’éventuels débordements avant la quatrième journée de mobilisation des « gilets jaunes ». Ils ont mis en place « un dispositif de vigilance renforcé », avec « des renforts médicaux et non-médicaux ». « L’AP-HP a mis en place un dispositif de vigilance renforcé en coordination avec l’ensemble des acteurs à l’approche du week-end », a annoncé dans un communiqué adressé à l’AFP l’organisme qui comprend 39 hôpitaux.

12h56 : Le Défenseur des droits ouvre une enquête après les interpellations de jeunes à Mantes-la-Jolie

12h55 : Marielle De Sarnez (Modem) réclame un nouveau « contrat social et civique avec la nation »

« Ça ne suffira pas de prendre des mesures pour répondre à tout ce qui est accumulé depuis longtemps, de frustration, d’amertume, de colère, de souffrance, de sentiment de déclassement », a jugé la vice-présidente du Modem Marielle de Sarnez.

« Il faudra, au-delà des mesures, ouvrir une page nouvelle et réécrire ce que j’appelle un contrat social et civique avec la nation », a assuré la députée de Paris au micro de RMC.

« On a non seulement une fracture sociale, comme disait Chirac, qui s’est agrandie (…) on a une crise démocratique de la légitimité », a-t-elle diagnostiqué, en précisant que « beaucoup de Français ont le sentiment qu’il n’y a pas de légitimité de la représentation ».

12h36 : Vincent Cassel s’est exprimé sur les « gilets jaunes » dans « Quotidien »

 

12h30 : « Nous appelons à ne pas venir manifester à Paris. La France des oubliés s’exprimera en région », lance Benjamin Cauchy, figure des « gilets jaunes »

12h29 : Le point sur les fermetures et annulations d’événements publics

  • TÉLÉTHON

Le grand rendez-vous caritatif en faveur de la lutte contre les maladies rares a dû modifier son programme. Exit tout d’abord le grand plateau de France Télévisions qui devait être installé en extérieur, place de la Concorde, et donc en bas des Champs-Elysées. Il sera remplacé par un tournage en studios.

En outre, plusieurs événements ont été annulés par précaution, comme la « Marche des maladies rares » prévue samedi midi au Jardin du Luxembourg, à Paris, ou le « village du Téléthon » qui devait être implanté à Bordeaux.

12h28 : Le point sur les fermetures et annulations d’événements publics

  • MARCHES POUR LE CLIMAT

Le parcours de la marche pour le climat a été modifié, pour éloigner l’événement des Champs-Élysées où des « gilets jaunes » ont de nouveau appelé à manifester.

Elle partira à 14h00 de Nation et se terminera par un rassemblement place de la République, alors qu’elle devait à l’origine démarrer du Trocadero, en direction du Champ-de-Mars.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait appelé lundi à suspendre l’événement, après les heurts du week-end sur les Champs-Elysées, mais les initiateurs de la marche climat, prévue de longue date, lui avaient répondu par la négative.

12h27 : Le point sur les fermetures et annulations d’événements publics

  • SPORT

PSG-Montpellier, Toulouse-Lyon, Monaco-Nice, Saint-Etienne-Marseille puis Angers-Bordeaux et Nîmes-Nantes ont été reportés ce week-end sur fond de mouvement des « gilets jaunes » : c’est donc plus de la moitié de la 17e journée de L1 qu’il faudra reprogrammer dans un calendrier déjà surchargé.

12h26 : Le point sur les fermetures et annulations d’événements publics

  • CULTURE ET TOURISME

Après le Louvre, le Musée d’Orsay, le Grand Palais ou le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, d’autres établissements, comme le Centre Pompidou, le musée du quai Branly, le musée Marmottan mais aussi la Fondation Louis Vuitton ont indiqué vendredi qu’ils n’ouvriraient pas leurs portes.

Outre l’arc de Triomphe, objet de dégradation samedi dernier, le Panthéon, la Conciergerie, la Sainte-Chapelle, les Tours de Notre-Dame, la Chapelle expiatoire et le Palais Royal n’ouvriront pas leurs portes, a annoncé le Centre des monuments nationaux.

La Tour Eiffel, déjà fermée le samedi 24 novembre, ne sera pas ouverte non plus. De même que les Catacombes et plusieurs musées gérés par la Ville de Paris.

L’Opéra (Garnier et Bastille), le théâtre Marigny, la Comédie-Française (sauf le Vieux Colombier), l’Odéon (dans le VIe arrondissement) et le théâtre des Champs-Elysées ont annulé leurs représentations tout comme le théâtre du Rond-Point.

La Maison de la radio a annulé concert et visites.

La première édition du festival de musiques électroniques INASOUND, qui devait se tenir ce week-end au Palais Brongniart a été reportée au printemps.

En régions, la ville de Bordeaux a décidé de fermer une dizaine d’établissements culturels et lieux publics, dont la grande bibliothèque de Bordeaux-Mériadeck, le musée d’Aquitaine, le musée des Beaux-Arts, le musée des Arts Décoratifs et du Design, mais aussi le Jardin Botanique et l’opéra. Un salon du livre prévu au Grand Théâtre a également été annulé, et un « marché de Noël solidaire » reporté.

12h21 : « La violence est contraire aux valeurs de notre République. Samedi, prenez soin de Paris parce qu’elle appartient à tous les Français »

12h20 : « Nous sommes unis à vos côtés dans ces moments de vives inquiétudes. Je vous invite à faire preuve de prudence, de sérénité et de sang-froid. Votre sécurité est la sécurité absolue. »

12h16 : La maire de Paris fait le point sur les événements annulés samedi

« Nous sommes mobilisés et déterminés pour éviter au maximum les débordements », a indiqué la maire de Paris lors d’un point presse.

« Plus de 2.000 éléments de mobiliers urbains ont été enlevés. Neuf marchés alimentaires devant se tenir samedi ont notamment été annulés. 158 stations Vélib' vont être fermées par mesure de précaution. Les commerçants ont reçu des prescriptions de sécurité de la part de la préfecture de police », souligne la maire de Paris.

 

12h15 : Anne Hidalgo s’exprime à son tour

« J’ai décidé d’activer la cellule de crise de la ville de Paris qui suivra l’évolution de la situation, » annonce la maire de Paris, Anne Hidalgo. « Nous avons aussi enlevé plus de 2 000 éléments de mobiliers urbains pour éviter qu’ils soient utilisés comme projectiles. »

12h10 : La CGT lève également son appel, la grève des routiers annulée

La CGT, qui avait appelé les routiers à faire grève à partir de dimanche soir, alors que le mouvement des « gilets jaunes » secoue la France, a annoncé ce vendredi midi la levée de cet appel.

FO a annoncé plus tôt dans la journée la levée de cet appel après avoir consulté ses troupes et reçu des engagements écrits du patronat et du gouvernement sur un maintien de la rémunération des heures supplémentaires.

La grève des routiers est donc annulée.

 

12h01 : Le gouvernement rappelle dans un clip que manifester « n’est pas casser »

« Manifester est un droit. Alors sachons l’exercer. » A moins de 24 heures d’une mobilisation à hauts risques des « gilets jaunes », le gouvernement rappelle dans un clip diffusé vendredi sur les réseaux sociaux que « manifester, ce n’est pas casser ».

La vidéo s’ouvre sur l’image de « gilets jaunes » manifestant dans le calme. « L’expression des revendications est fondamentale en démocratie », peut-on lire alors que défilent les images de manifestations, parfois anciennes, notamment de camions des forces de l’ordre traversant une foule les applaudissant.

11h55 : Découverte d’engins explosifs ce matin sur le rond-point d’Aussonne à Montauban (Tarn-et-Garonne)​ dans un campement des gilets jaunes

La préfecture indique avoir découvert « 28 cocktails Molotov prêts à l’emploi dans une camionnette » ainsi que « trois bombes artisanales composées de bouteilles de désodorisant auxquelles ont été scotchés de gros pétards dans un abri sommaire constitué de palettes sur le rond-point d’Aussonne » à Montauban (Tarn-et-Garonne).

Une enquête a été ouverte.

11h53 : L’archevêque de Lille prône « apaisement » et « respect mutuel »

L’archevêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich, en pleine crise des « gilets jaunes », a prôné « l’apaisement » et le « respect mutuel », estimant que la France « n’arrivait pas à trouver son unité et à nourrir un certain goût pour l’avenir ».

Dans un communiqué de presse transmis à l’AFP, le prélat estime qu’une grande majorité des « gilets jaunes », « venant souvent des zones rurales et des petites villes », expriment « surtout la difficulté de vivre dans les conditions actuelles ».

Il existe « une situation d’abandon que beaucoup ressentent : les campagnes et les périphéries urbaines, en raison de choix anciens déjà d’aménagement du territoire, se sentent reléguées ».

 

11h40 : Les préfets des Hauts-de-France prennent des mesures préventives

Samedi, le mouvement des « gilets jaunes » a de nouveau prévu de se mobiliser dans toute la France. Outre une manifestation à Paris, des actions sont attendues notamment dans les Hauts-de-France. Ainsi, les préfectures de plusieurs départements de la région ont anticipé en prenant des arrêtés restrictifs.

 

11h29 : Un dispositif policier inédit mis en place

On vous fait le résumé en vidéo :

 

11h25 : Ambiance tendue dans le centre de Mulhouse, un policier grièvement blessé

Cocktail Molotov et gaz lacrymogènes, l’ambiance était déjà tendue ce jeudi à Mulhouse (Haut-Rhin). Un jour plus tard, la contestation de lycéens de la ville du sud de l’Alsace n’a pas baissé contre les réformes prévues pour ces établissements scolaires et leurs élèves. D’après L'Alsace, un nouveau blocage a notamment été mis en place devant le lycée Schweitzer ce vendredi matin.

Dans le centre-ville à proximité du centre commercial Porte jeune, la situation s’est envenimée peu après entre les manifestants et les forces de l’ordre. Selon nos confrères du quotidien régional, une voiture a été incendiée et une autre a été retournée. Sur l’avenue Kennedy, un policier a été blessé, après avoir été vraisemblablement renversé par un motard sans casque.

11h24 : Réunion de crise ce vendredi à Matignon

Tous les ministres doivent se rendre à Matignon ce soir à 18 heures mais ce n’est pas « une réunion de crise ». Ce sera « une réunion de débat », annoncent les services du Premier ministre.

11h20 : L'intervention de Christophe Castaner est à présent terminée

11h06 : Christophe Castaner s’engage à « rendre publiques les conclusions des enquêtes » qui seront menées au sujet de ces interpellations

11h05 : Castaner invite à « replacer dans un contexte » de violences commises par des jeunes les images des interpellations à Mantes-la-Jolie

Interrogé sur la vidéo de l’interpellation de 151 jeunes en marge des heurts et des manifestations lycéennes à Mantes-la-Jolie (Yvelines), le ministre invite à la « replacer dans un contexte » de violences commises par des jeunes ce jour-là.

 

11h00 : « Ces trois dernières semaines ont fait naître un monstre qui a échappé à ses géniteurs »

10h57 : Castaner annonce vouloir porter plainte contre Dupont-Aignan

« J’ai décidé de porter plainte à l’intention de Monsieur Dupont-Aignan qui sans vergogne a dit à l’Assemblée nationale que ce sont "les petits casseurs de Monsieur Castaner qui ont saccagé l’arc de triomphe". »

« On verra si ce monsieur osera nous opposer son statut de parlementaire. Il ajouterait alors la honte à l’indignité », précise Christophe Castaner.

 

10h55 : « Un dispositif de grande envergure » mis en place samedi

Christophe Castaner confirme qu’un « dispositif de grande envergure » sera mis en place dans tout le pays. Au total, 89.000 forces de l’ordre mobilisées, dont 8.000 à Paris, où des véhicules blindés de la gendarmerie seront aussi mobilisés.

« Je ne dévoilerai pas d’avantage le dispositif qui va être mis en place » pour des raisons de sécurité précise néanmoins le ministre, invitant les journalistes à ne pas « renseigner les casseurs ».

« Tout laisse à penser que des éléments radicaux vont tenter de se mobiliser » samedi.

10h53 : Ils sont à peu près « 10.000 (manifestants) dans toute la France. 10.000 ce n’est pas le peuple, c’est une petite minorité »

Le ministre note que le nombre de manifestants décroît. « 10.000 (manifestants), ce n’est pas le peuple, ce n’est pas la France, c’est une petite minorité. »

Christophe Castaner estime que les « gilets jaunes » ont « franchi les limites de la légalité Républicaine », égrainant les dégradations d’une préfecture, de l’arc de Triomphe ou les « agressions envers les journalistes » ou les députés LREM. Il pointe aussi du doigt une « haine nourrie par les complotistes de tout poil ».

10h51 : « Il faut distinguer l’expression pacifique de cette colère et les violences inacceptables »

« Il faut distinguer l’expression pacifique de cette colère et les violences inacceptables que nous avons vu se multiplier ces trois dernières semaines. Il est loin le 17-Novembre (…) où des gens ont occupé des ronds-points sans hargne, sans intention belliqueuse. »

10h48 : Une colère « entendue par le gouvernement »

« Cette colère je l’ai entendue, comme le gouvernement l’a entendue. Des gestes ont été faits. Le Premier ministre a ouvert sa porte et tendu la main. »

A présent, « la concertation doit se réaliser au plus près des territoires pour nous permettre d’apporter des réponses ».

10h47 : L’allocution de Christophe Castaner débute

10h40 : On attend toujours Christophe Castaner qui ne devrait plus être très long...

10h34 : FO lève son appel à la grève pour dimanche

10h30 : Valérie Pécresse souligne le « contexte d’extraordinaire tension » après l’interpellation de lycéens à Mantes-la-Jolie

Interrogée sur FranceInfo pour savoir si elle était choquée par les images de lycéens interpellés à Mantes-la-Jolie, la présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse s’est dite « choquée par la violence qui a déferlé sur les lycées de France depuis une semaine ».

Appelant à la « tolérance zéro », elle a fustigé la « complaisance d’un certain nombre de responsables politiques avec tous ceux qui aujourd’hui utilisent la violence ».

« L’obsession des policiers, c’est de ne pas blesser un lycéen », a défendu Valérie Pécresse, souhaitant plutôt « qu’on se félicite aujourd’hui qu’il n’y ait pas eu de blessé » à Mantes-la-Jolie, où « des bonbonnes de gaz ont été découvertes ».

10h13 : L’intervention d’Edouard Philippe sur TF1 a réuni près de 7 millions de téléspectateurs

L’interview en direct du Premier ministre Édouard Philippe jeudi soir sur TF1 a rassemblé 6,9 millions de téléspectateurs en moyenne, avec un pic à 7,1 millions en cours d’entretien, a annoncé ce vendredi la chaîne de télévision.

Le Premier ministre était l’invité du journal télévisé de 20H présenté par Gilles Bouleau, à la veille d’une nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes ».

10h00 : Blanquer « choqué » par les images des interpellations de lycéens à Mantes-la-Jolie

Le ministre de l’Éducation nationale a déclaré ce vendredi avoir été « choqué » par les images des 146 jeunes interpellés devant un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines), mais a tenu à rappeler le « contexte » de violence qui a mené à cette opération.

« L’image est forcément choquante. Il y a eu des images choquantes parce que nous sommes dans un climat de violence exceptionnelle. (…) Il faut faire très attention aux images découpées. Il faut savoir ce qui s’est passé avant, le contexte dans lequel elles se sont passées », a déclaré le ministre sur France Inter.

« Que s’est-il passé hier (jeudi) à Mantes-la Jolie ? Il y a des éléments extérieurs au lycée, des personnes de plus de 20 ans souvent, qui avaient accumulé des poubelles les jours précédents, ils ont coincé le lycée, rameuté des lycéens parfois venus d’autres départements, ils ont envahi un pavillon, volé des bonbonnes de gaz… Ils ont commis des exactions, attaqué les forces de l’ordre qui ont cherché à les neutraliser et en les neutralisant, ils les ont mis contre un mur avec les images que l’on voit », a-t-il poursuivi.

10h00 : Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’exprimera ce vendredi à 10h30

09h58 : Interdiction de manifester dans plusieurs points sensibles du Pas-de-Calais, annonce la préfecture

La préfecture du Pas-de-Calais a annoncé ce vendredi avoir pris des arrêtés d’interdiction de rassemblements de « gilets jaunes » samedi et dimanche, dans plusieurs points sensibles du département.

Ces arrêtés s’inscrivant « dans le cadre de la loi de la sécurité intérieure » concernent quatre endroits donnant notamment accès au réseau autoroutier, sur quatre communes, dont Calais, de vendredi minuit à dimanche midi.

09h45 : Les « gilets jaunes sincères ne peuvent pas servir de boucliers humains »

« Les gilets jaunes sincères ne peuvent pas servir de boucliers humains », a affirmé ce vendredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux au Parisien à la veille de la manifestation à hauts risques prévue à Paris, donnant comme « conseil » de ne pas se rendre dans la capitale.

« Des éléments politisés et radicalisés essaient d’instrumentaliser le mouvement. Ceux-là veulent renverser le pouvoir », estime Benjamin Griveaux. « À des attaques violentes, il y aura une réponse proportionnée et déterminée », promet-il, appelant en outre « à la responsabilité des télévisions sur la diffusion des images en direct afin de ne pas donner la position des forces de l’ordre ».

09h42 : Muriel Pénicaud « en appelle aux entreprises » face à l'« urgence sociale absolue »

La ministre du Travail en a appelé ce vendredi aux entreprises, soulignant que « tout le monde doit faire sa part » face à l'« urgence sociale absolue » dont témoigne la crise des « gilets jaunes ».

Muriel Pénicaud reçoit vendredi matin à son ministère les organisations syndicales et patronales avec cinq autres membres du gouvernement. Elle a confirmé que seraient sur la table des discussions, le sujet de la prime transport et le versement d’une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée de charges.

« On ne va pas imposer par la loi une augmentation générale des salaires, ça n’a pas de sens, on détruirait de la compétitivité et de l’emploi », a estimé la ministre vendredi matin sur BFM Business.

« Mais en revanche, ça va être le moment des négociations salariales, la loi Pacte va permettre d’augmenter aussi l’intéressement et la participation, la loi Avenir professionnel permet d’augmenter les salaires des femmes - enfin ! - pour que les femmes gagnent autant que les hommes à poste égal », a-t-elle énuméré.

09h41 : Les entreprises deviennent « le bouc émissaire », estime Roux de Bézieux

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a estimé ce vendredi que les entreprises étaient en train de devenir « le bouc émissaire d’une révolte fiscale », craignant des hausses d’impôts du gouvernement pour répondre à la crise des « gilets jaunes ».

« Je ne voudrais pas que cette révolte fiscale se transforme en mettant en accusation des entreprises qui font leur travail. On pointe du doigt les entreprises alors que c’est un problème d’impôt », a-t-il regretté au micro de France Inter.

09h40 : Elisabeth Borne appelle les syndicats à la responsabilité

Les routiers « voulaient un engagement des organisations patronales, ils l’ont eu. Moi je respecte le temps de leur décision, mais aussi je compte sur leur responsabilité », a déclaré Elisabeth Borne sur les ondes de Sud Radio.

« Il n’y aura aucun changement sur les heures supplémentaires », a-t-elle une nouvelle fois martelé.

Les syndicats CGT et FO du transport routier doivent annoncer ce vendredi s’ils lèvent ou non leur appel à la grève pour dimanche 22h00. Un tel mouvement, très redouté, signifierait de nouveaux barrages sur les routes françaises, en plein mouvement des « gilets jaunes ».

09h34 : Le parquet de Paris autorise les contrôles dans « tous les endroits sensibles »

Le procureur de Paris Rémy Heitz a annoncé vendredi avoir pris des réquisitions à l’approche de la nouvelle mobilisation des « gilets jaunes » samedi, afin de permettre aux policiers d’interpeller des personnes venues « en découdre avec les forces de l’ordre ».

« Nous avons déjà pris des réquisitions pour le week-end à venir permettant de contrôler l’identité des personnes » en amont des manifestations, a-t-il déclaré sur RTL.

« Elles arrivent dans une gare, les réquisitions prévoient qu’elles peuvent faire l’objet d’un contrôle de leurs affaires personnelles et notamment qu’elles doivent ouvrir leurs sacs », a-t-il expliqué.

09h30 : Bonjour et bienvenue dans ce live

A la veille d'une nouvelle journée de mobilisation, suivez avec nous en direct les événements de la journée.