C'est l'heure du BIM: Macron s’exprimera «la semaine prochaine», arrestations choquantes de lycéens et fin de «l'Aquarius»

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

P.B.

— 

Emmanuel Macron s'exprimera la semaine prochaine sur la crise des «gilets jaunes».
Emmanuel Macron s'exprimera la semaine prochaine sur la crise des «gilets jaunes». — LUDOVIC MARIN / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

«Gilets jaunes»: Macron s'exprimera «en début de semaine prochaine»

Il va parler, mais après les manifestations du week-end. En pleine crise des « gilets jaunes » Emmanuel Macron s’exprimera « en début de semaine prochaine », le chef de l’Etat ne souhaitant « pas mettre d’huile sur le feu » avant les manifestations de samedi, a annoncé vendredi le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand à l’AFP. « Après différents échanges et un tour d’horizon, le Président, lucide sur le contexte et la situation, ne souhaite pas mettre d’huile sur le feu et par conséquent n’a pas l’intention de s’exprimer avant samedi », a déclaré Richard Ferrand. « A l’inverse, en début de semaine prochaine, il sera amené à s’exprimer », a-t-il ajouté.

L'arrestation de lycéens à Mantes-la-Jolie fait scandale

Une douzaine de lycéens, menottés, à genoux, la tête contre un mur. Une cinquantaine d’autres, alignés, eux aussi à genoux, les mains sur la tête. Ils sont gardés par une dizaine de policiers, matraques sorties. « Voilà une classe qui se tient sage », s’exclame l’homme qui filme. Ces images ont fait le tour du Web, jeudi soir, choquant plusieurs personnalités politiques, et l’AFP a confirmé leur authenticité. Elles ont été filmées au voisinage du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, où 153 personnes ont été interpellées, la plupart des lycéens. Des dizaines d’entre eux ont été rassemblés dans le jardin d’un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération.

MSF et SOS Méditerranée vont «mettre un terme» aux activités de l'Aquarius

«L’Aquarius», c’est fini. Médecins sans frontières et SOS Méditerranée ont annoncé jeudi devoir « mettre un terme » aux opérations de sauvetage de leur navire humanitaire, devenu le symbole de la crise politique autour de l’accueil des migrants et privé de pavillon depuis deux mois. « Renoncer à "l’Aquarius" a été une décision extrêmement difficile à prendre », a déclaré dans un communiqué Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée, en déplorant « les attaques incessantes dont le navire et ses équipes ont fait l’objet ».