Calais: Il souhaite que les migrants profitent de l’esprit de Noël

SOLIDARITE Un jeune Parisien a pu acheter des cadeaux aux migrants de Calais grâce aux fonds d’une cagnotte en ligne…

Mikael Libert

— 

La préfecture estime à 450 le nombre de migrants présents à Calais (illustration).
La préfecture estime à 450 le nombre de migrants présents à Calais (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Un jeune homme a récolté des fonds pour aider les migrants de Calais.
  • Avec l’argent, il a pu acheter du matériel pour leur permettre de subsister en hiver.
  • La distribution sera assurée par l’association l’Auberge des migrants.

C’est l’histoire d’un mec qui voulait s’impliquer. Jean Gagnaire, un Parisien de 25 ans, a décidé de jouer au Père Noël afin de rendre la période des fêtes de fin d’année moins difficile pour les migrants de Calais. Sans hotte ni traîneau, le jeune homme a récolté des fonds pour offrir de quoi subsister à ces centaines de personnes en grande précarité.

Il y a deux ans, Jean était étudiant à Londres, en Grande-Bretagne. « Mon implication a débuté lorsque je me suis rendu compte à quel point il m’était facile de traverser la frontière grâce à mon passeport. Ce qui n’était pas le cas pour les migrants », explique-t-il. Il s’est d’abord engagé avec l’ONG Britannique Care 4 Calais, puis auprès de l’Auberge des Migrants.

Un Noël dans le camp de la Linière

« J’ai passé Noël 2016 comme bénévole avec les occupants du camp de la Linière, à Grande-Synthe. Mais je me suis rendu compte que ma vraie valeur ajoutée en tant que citoyen était la possibilité que j’avais de lever des fonds auprès de mon entourage pour aider les migrants », poursuit Jean.

L’idée a fait son chemin et Jean a ouvert une cagnotte en ligne : « Avec les 3.900 euros, je suis allé acheter de l’équipement chez Décathlon après avoir négocié une grosse réduction. » Une centaine de sacs de couchage, des après-ski, des polaires, des bonnets… La cagnotte est d’ailleurs toujours ouverte.

Le tout a été livré directement aux entrepôts de l’Auberge des migrants, à Calais, pour être ensuite distribué. « On ne va pas faire de paquets cadeaux ni se déguiser en Père Noël, d’autant que ça ne leur parle pas », assure le jeune homme. Et son Réveillon, Jean va le passer à Calais : « Il faut remédier au manque de bénévoles pendant les fêtes », reconnaît-il.