Fête des lumières: Le maire de Saint-Etienne suggère à Gérard Collomb d’annuler les festivités

SECURITE Le maire de Saint-Etienne a interpellé l'édile lyonnais ce jeudi via les réseaux sociaux, estimant qu'il serait plus raisonnable d'annuler la Fête qui commence ce 6 décembre...

Elisa Frisullo

— 

Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne.
Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne. — J.P Ksiazek/ AFP
  • Le maire LR de Saint-Etienne a interpellé Gérard Collomb ce jeudi, estimant qu’il était plus raisonnable d’annuler la Fête des lumières, dans le contexte actuel des mobilisations.
  • Une question qui n’est pas vraiment d’actualité, la préfecture et la mairie de Lyon ayant présenté mercredi soir le dispositif prévu lors des quatre prochaines soirées de festivités.

Mobilisation des « gilets jaunes », grogne des lycéens, marche pour le climat… Ce week-end, alors que des certaines de milliers de spectateurs se presseront dans les rues de Lyon pour la Fête des lumières, de multiples mobilisations sont prévues dans la région Auvergne Rhône-Alpes. Un contexte particulier sur lequel s’est appuyé ce jeudi le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau​ pour suggérer à Gérard Collomb d’annuler la Fête des lumières.

« Ne serait-il pas plus raisonnable d’annuler la Fête des lumières dans le contexte actuel ? Cela permettrait une meilleure répartition des forces de l’ordre », s’est interrogé dans un tweet l’élu, dont la ville n’échappe pas aux mobilisations lycéennes et aux rassemblements des « gilets jaunes ». Des actions qui ont mal tourné à plusieurs reprises et nécessité la mobilisation et l’intervention de nombreuses forces de l’ordre le week-end dernier puis ces derniers jours.

Un dispositif de sécurité adaptable pendant la Fête

Une suggestion restée lettre morte pour l’heure, la mairie de Lyon ayant dévoilé mercredi avec la préfecture du Rhône le dispositif de sécurité prévu pour les quatre soirs de la Fête des lumières.

« Un dispositif de sécurité publique et civile complet, adaptable et évolutif », avait alors indiqué le préfet Pascal Mailhos, précisant qu’en cas de nécessité des effectifs supplémentaires étaient immédiatement mobilisables.

« Il faut pouvoir rassembler, pacifier, de manière à ce que la Fête des lumières puisse avoir lieu dans les conditions habituelles », avait souligné pour sa part Gérard Collomb, en rappelant les enjeux d’une telle fête pour les artistes, le public, les entreprises partenaires de l’événement et pour le rayonnement de la métropole.