Pour Xavier Niel, Emmanuel Macron est «un super président»

PLAIDOYER Emmanuel Macron « est en train de faire des lois fantastiques », a expliqué le patron de Free…

C. Ape.

— 

Xavier Niel, patron de l'opérateur Free, lors d'une émission de télévision sur la chaîne Canal +, le 25 juin 2015
Xavier Niel, patron de l'opérateur Free, lors d'une émission de télévision sur la chaîne Canal +, le 25 juin 2015 — BERTRAND GUAY AFP

Chahuté par le mouvement des « gilets jaunes », et alors que sa cote de popularité a atteint son plus bas niveau depuis son entrée en fonction, Emmanuel Macron peut compter sur certains soutiens. Ce jeudi, le président de la République a reçu l’appui de Xavier Niel, PDG fondateur du groupe Iliad, maison mère de Free.

Emmanuel Macron fait des lois « fantastiques »

« Je ne suis pas à la mode en disant cela, mais je crois qu’on a un super président, qui est capable de réformer la France », a déclaré Xavier Niel au micro de Nikos Aliagas sur Europe 1. Et de poursuivre à propos du président : « il faut qu’il réforme la France de tous les côtés. On a le sentiment qu’il l’a fait uniquement pour les plus aisés. Mais il est en train de faire des lois fantastiques ».

« Aujourd’hui, en France, j’ai gagné beaucoup d’argent. Si je veux donner cet argent à des fondations le jour où je 'dors', je n’en ai pas la possibilité. Ils (Emmanuel Macron et son gouvernement) sont en train de travailler sur une loi pour des gens comme moi, qui permet de redistribuer s’ils le souhaitent. Il crée des choses qu’aucun président ou aucun gouvernement n’a eu envie de faire. »

Toutefois, Xavier Niel concède qu’Emmanuel Macron « peut représenter quelque chose qui semble négatif, le "président des riches" ». De fait, « il faut virer ce marqueur ». « Je l’ai rencontré chez Hollande, il était différent, et je ne pense pas qu’il ait changé. On a quelqu’un qui a envie de faire évoluer le pays. Après, on peut faire des gaffes de fond, de forme. La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Mais j’espère qu’il continuera. »

Et Xavier Niel de conclure en riant : « Maintenant, on a besoin d’un marqueur de gauche, pour que les riches vous disent : "c’est un salaud de président de gauche. On en a marre !" Et tant mieux, ce sera une bonne chose. »