Immeubles effondrés rue d'Aubagne: «Les assurances se défaussent», assurent les riverains

IMMOBILIER L'assureur Groupama est notamment accusé par le collectif du 5 novembre. Selon eux, il ne prendrait plus en charge le risque «effondrement» pour l'immeuble situé au 66, rue d'Aubagne...

Jean Saint-Marc

— 

Trois immeubles se sont effondrés rue d'Aubagne.
Trois immeubles se sont effondrés rue d'Aubagne. — SM Aedo / BMPM
  • Les riverains de la rue d’Aubagne estiment qu’ils ne sont pas suffisamment soutenus par leurs assureurs.
  • Groupama est accusé de supprimer la garantie « effondrement » pour un immeuble situé en face du 65, qui s’est effondré le 5 novembre dernier.

« C’est choquant. Il faut que j’appelle tout de suite mes parents ! » La nouvelle laisse Elizabeth sans voix. Cette habitante du 66, rue d'Aubagne, situé en face des trois immeubles qui se sont effondrés, vient d’apprendre que l'assureur​ de la copropriété ne prendra plus en charge, en 2019, le risque d’effondrement. C’est en tout cas ce que le syndic de l’immeuble a écrit dans un courrier que Virginie Vallier, propriétaire occupante, vient de recevoir poste restante… « Puisque nous n’avons plus de boîte aux lettres. »

« Quand j’ai vu le courrier, je me suis dit "enfin, ils se réveillent !" Et quand j’ai découvert ce que c’était… J’ai eu une montée de larmes, de colère, de rage », poursuit-elle. Dans le courrier, publié sur la page Facebook du collectif du 5 novembre, le syndic explique que la garantie effondrement se terminera au 31 janvier 2019 : « Cette garantie n’étant pas obligatoire, l’assureur a le droit de la retirer des garanties lors du renouvellement du contrat », écrit un salarié du syndic, qui assure avoir consulté d’autres assureurs dont les primes auraient été « multipliées par six ou sept ».

Un audit a été mené

Un courrier de Groupama, joint à ce pli, indique qu’un audit a été mené par des experts « à la suite des évènements survenus rue d’Aubagne. » Le service communication de l’assureur n’a pas répondu à nos sollicitations, ce mardi soir.

« Les assurances qui font monter les prix et qui se défaussent dans tous les sens, c’est ce qu’on craignait et c’est ce qu’ils font tous », peste à son tour Marie Batoux, du collectif du 5 novembre. Par exemple, quelques assureurs proposent 1.000 euros d’aide aux personnes évacuées… Mais la plupart ne le font pas. La bénévole conclut : « Ça va être un carnage financier pour tout le monde, locataires comme propriétaires ! »