Lyon: «Tout le monde prend un peu ça comme un jeu»… Dix-neuf interpellations en marge des rassemblements lycéens

MOBILISATION De nombreux lycées de l'agglomération lyonnaise ont été bloqués une partie de la journée, ce mardi...

Jérémy Laugier

— 

Une trentaine de personnes des forces de l'ordre ont été mobilisées ce mardi devant le lycée Branly, dans le 5e arrondissement de Lyon.
Une trentaine de personnes des forces de l'ordre ont été mobilisées ce mardi devant le lycée Branly, dans le 5e arrondissement de Lyon. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • La préfecture du Rhône vient d’annoncer que 19 interpellations avaient été effectuées, ce mardi, en marge des rassemblements lycéens de l’agglomération lyonnaise.
  • 20 Minutes se trouvait ce mardi matin aux abords du lycée Branly (Lyon 5e), où la situation était plus calme entre jeunes et forces de l’ordre.

Dix-neuf jeunes ont été interpellés et trois policiers blessés, ce mardi, en marge des rassemblements lycéens de l’agglomération lyonnaise. La situation a notamment été très tendue aux abords du lycée Jean-Paul-Sartre à Bron, avec des affrontements entre des casseurs et les forces de l’ordre, ou à Vénissieux (lycée Sembat-Seguin) avec une voiture incendiée.

En raison de l’absence de casseurs, la matinée a été nettement plus calme au lycée Branly (Lyon 5e), où se trouvait 20 Minutes. A partir de 7h30, des dizaines de lycéens ont bloqué l’entrée principale, laissant « seulement les BTS rentrer ». Environ 200 jeunes se sont donc retrouvés devant l’entrée principale pendant environ trois heures, certains malgré eux.

« Les manifestants ne savent limite même pas qui est le président »

« On aurait voulu aller en cours mais on ne va tout de même pas escalader les grilles pour rentrer, indique Jeanne [16 ans]. Les manifestants de Branly n’ont pas de banderoles, ils ne savent limite même pas qui est le président, ils sont juste là pour s’amuser. » Un sentiment partagé par de nombreux lycéens, alors que des départs de feux de poubelle et des lancers de cailloux et de pétards ont émaillé la matinée.

Les forces de l'ordre ont eu recours à des gaz lacrymogènes à plusieurs reprises, ce mardi devant le lycée Branly (Lyon 5e).
Les forces de l'ordre ont eu recours à des gaz lacrymogènes à plusieurs reprises, ce mardi devant le lycée Branly (Lyon 5e). - Jérémy Laugier/20 Minutes

Les forces de l’ordre ont peu à peu reçu des renforts (une trentaine de policiers sur les lieux au total) et ont encerclé les jeunes, utilisant à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes. « Nous sommes beaucoup à être spectateurs aujourd’hui, à en profiter pour louper des cours qui nous intéressent moins, sourit Steven, élève de terminale. Il n’y a pas de but fondé dans cette démarche. Tout le monde prend un peu ça comme un jeu. »

« Et pourquoi Giroud est en équipe de France alors qu’il est nul ? »

Un jeu qui n’a jamais dégénéré ce mardi devant le lycée Branly, le personnel de l’établissement parvenant à convaincre quasiment tout le monde de revenir en cours vers 10h30. Il n’empêche que certains d’entre eux ne comptent pas s’arrêter là, même si leurs revendications partent légèrement dans tous les sens.

Les lycéens de Branly ont quasiment tous rejoint leur établissement vers 10h30 ce mardi.
Les lycéens de Branly ont quasiment tous rejoint leur établissement vers 10h30 ce mardi. - Jérémy Laugier/20 Minutes

« On a trop peu d’années pour passer le bac, on a trop de cours, la cantine coûte trop cher, et l’essence aussi, hurlent en chœur plusieurs jeunes. Et pourquoi Giroud est en équipe de France alors qu’il est nul, pourquoi pas Ballon d'Or aussi ? ». A priori, Emmanuel Macron ne pourra pas satisfaire tous leurs problèmes.