«Gilets jaunes» à Rennes: Cette entreprise a dû jeter 10 tonnes de champignons

ECONOMIE La champignonnière Lou basée en Ille-et-Vilaine n’arrive plus à livrer ses clients...

Camille Allain

— 

La société bretonne Lou a dû jeter 10 tonnes de champignons à cause des blocages des gilets jaunes.
La société bretonne Lou a dû jeter 10 tonnes de champignons à cause des blocages des gilets jaunes. — Lou

Elle « comprend et soutient les revendications des gilets jaunes ». Mais la société LOU n’en peut plus de voir sa marchandise moisir sur le bord des routes de France. Cette champignonnière basée à Poilley, au nord-est de Rennes (Ille-et-Vilaine), a dû jeter 10 tonnes de champignons depuis le début de la mobilisation des «  gilets jaunes ».

Dans un communiqué, la société « pousse un cri de détresse » et dénonce « les actions de blocage qui menacent la pérennité de l’entreprise et d’une centaine d’emplois ». Travaillant dans l’ultra-frais, l’entreprise bretonne sort 150 tonnes par semaine​. Mais elle a plusieurs fois vu sa marchandise être bloquée par des barrages filtrants. Des distributions gratuites ont été organisées sur son parking et des dons effectués aux associations, mais 10 tonnes de champignons ont été perdues.

La menace du chômage technique

La société fondée en 2015 déplore un manque à gagner considérable. Et brandit la menace d’un chômage technique généralisé pour ses 130 salariés. « Ceux qui souffrent de cette situation ne sont pas les coupables, mais bien les victimes. Vos emplois sont en danger. Le gouvernement s’en remettra. Nous, beaucoup plus difficilement », témoigne Emmanuelle Roze, cofondatrice de LOU, dans un communiqué.

Au-delà des barrages routiers, la Bretagne doit désormais faire face à un début de pénurie de carburant, notamment à l’Ouest. Les dépôts de carburant de Brest et Lorient bloqués, seul le site pétrolier de Vern-sur-Seiche alimente encore les stations service de la région.