Var: De nombreux lycéens dispersés par des gaz lacrymogènes

MOBILISATION Une centaine de lycéens ont bloqué le centre-ville de Toulon lundi matin, et à la Seyne-sur-Mer, les échauffourées gagnent les abords de la cité Berthe…

C.D.

— 

Une banderole devant un lycée de Rennes,  le 12 novembre 2018. (Photo d'illustration)
Une banderole devant un lycée de Rennes, le 12 novembre 2018. (Photo d'illustration) — DAMIEN MEYER / AFP

A la mi-journée, la circulation était interrompue dans le centre-ville de Toulon (Var), en raison du blocage des lycéens pour protester contre des réformes en cours dans l’Éducation nationale.

De source policière, ils étaient une centaine à manifester, principalement du lycée Bonaparte, et « quelques échauffourées » ont eu lieu, certains lançant des pavés. Les forces de police ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser la manifestation.

A la Seyne-sur-Mer et Hyères, une situation tendue

Vers midi, l’attention des forces de l’ordre se portait sur la Seyne-sur-Mer, où la situation était plus tendue. Les violences atteignent la cité Berthe, de source policière. Selon Var-Matin, « les fumigènes et les grenades assourdissantes de la police ont répondu aux jets de pierre sur les forces de l’ordre » devant le lycée Langevin, rejoints plus tard par les élèves du lycée Beaussier.

A Hyères, les lycéens ont aussi manifesté dans la matinée. La situation s’est tendue vers le lycée Jean-Aicard, point de départ de la manifestation ce lundi matin, qu’ils ont occupé durant une demi-heure environ avec les gilets jaunes, relate Var-Matin.