«Gilets jaunes» en Languedoc-Roussillon : Péage incendié, automobilistes «naufragés»... Un samedi mouvementé

MANIFESTATION « 20 Minutes » fait le point sur la mobilisation des « gilets jaunes », samedi...

N.B.
— 
Des gilets jaunes (illustration).
Des gilets jaunes (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

Trois semaines après le début de la grogne des « gilets jaunes », les manifestants étaient largement mobilisés samedi, aux quatre coins du Languedoc-Roussillon. Et la journée fut particulièrement mouvementée. 20 Minutes fait le point.

Un péage incendié dans l’Aude

Dans l’Aude, au péage de Narbonne Sud, les dégâts sont considérables. Des bâtiments, dont celui du peloton de gendarmerie, et des véhicules de la société Vinci Autoroutes ont été incendiés dans la nuit de samedi à dimanche « par des casseurs », indique le procureur, en marge d'une manifestation des « gilets jaunes ». Une enquête a été ouverte, et une plainte déposée par la société qui gère l'autoroute.

« Les salariés, les ouvriers logés sur place et leurs familles avaient été évacués et pris en charge au cours de la nuit. Aucun d’entre eux n’a été blessé », a indiqué la société.

Cinq personnes ont été interpellées, a annoncé le préfet de l'Aude, dimanche.

Ces évènements se sont produits quelques heures après une manifestation de « gilets jaunes » qui a mobilisé samedi à Narbonne 800 personnes, et au cours de laquelle un groupe s’en était déjà « pris à la sous-préfecture », brisant « portail et fenêtres ».



L’autoroute coupée dans l’Hérault

Dans l’Hérault, la mobilisation était forte, samedi. Les « gilets jaunes » étaient présents sur de nombreux ronds-points, notamment le rond-point du Zénith à Montpellier, mais aucun incident n’était à déplorer. La manifestation a entraîné la fermeture de l’A9.

Vinci Autoroutes annonce par ailleurs ce dimanche matin que la situation « est encore très difficile sur l’autoroute ». L’axe est coupé dans les deux sens à hauteur de Sète à cause des manifestations et les entrées entre Roquemaure et Lunel sont fermées.

Selon Métropolitain, des panneaux d’indications routiers installés sur la RD 600, après le péage de l’autoroute A9 de Poussan, ont été saccagés et incendiés.

A Montpellier, samedi soir, plusieurs centaines de motards ont rejoint l'hôtel de ville, où ils ont discuté avec Philippe Saurel (divers gauche), maire et président de la métropole.

Une opération escargot dans le Gard

A Nîmes (Gard), plus de 2.000 personnes ont manifesté, du stade des Costières jusqu’à la préfecture. Après une opération escargot qui a perturbé le trafic sur le périphérique, les agriculteurs ont pris la tête du cortège. Des banderoles ont été accrochées sur les grilles de la préfecture, et la statue du torero, près des arènes, a été vêtue d’un gilet jaune, mais aucun affrontement ni dégât ne sont à déplorer, rapporte France Bleu.


Des automobilistes « naufragés » à la frontière

Dans les Pyrénées-Orientales, si aucun incident n’était à déplorer, le mouvement des « gilets jaunes » a lourdement perturbé le trafic, notamment à la frontière entre la France et l’Espagne. Samedi, en début de soirée, près de 20 km de voitures étaient à l’arrêt, du péage du Boulou jusqu’en Espagne. « Compte tenu de la négociation infructueuse avec les gilets jaunes, Vinci Autoroutes commence le ravitaillement des véhicules légers naufragés dans le sens Espagne-France », indiquait la société, samedi soir.

Selon la préfecture, « les véhicules légers » ont finalement « été extraits sur une voie roulante » et leur évacuation était en cours, samedi, aux alentours de 19h30.