Un passe Navigo. (Illustration)
Un passe Navigo. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

TRANSPORTS

Ile-de-France: Pécresse vise la disparition du ticket de métro «fin 2021»

La présidente de la région Ile-de-France annonce également qu’elle fera voter « la gratuité totale des parkings-relais en dehors de Paris pour tous les détenteurs du passe Navigo »…

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (LR) vise la disparition du ticket de métro fin 2021, avec dès l’an prochain le lancement du « Smart navigo », dit-elle dans un entretien au Journal du dimanche.

« L’an prochain démarre le "Navigo Easy", carte magnétique anonyme sur laquelle vous chargerez vos tickets+. Ce sera un porte-monnaie électronique pour les voyageurs occasionnels qui, contrairement au ticket, ne se démagnétisera pas », explique Valérie Pécresse, dans un entretien sur les projets du conseil régional pour 2019.

Pour les voyageurs plus réguliers, « le "Navigo Liberté" permettra d’être débité à la fin du mois du montant des trajets effectués (…)», précise-t-elle. Enfin, l’expérimentation du passe Navigo rechargeable sur smartphone Android avec Orange, va se poursuivre. « Nous sommes en négociations avec SFR, Bouygues et Apple. Nous espérons déployer ce système universel à partir de l’été 2019 », souligne-t-elle.

« Gratuité totale des parkings-relais en dehors de Paris »

Valérie Pécresse annonce également qu’elle fera voter, au prochain budget d’Île-de-France Mobilités (ex-syndicat des transports d’Île-de-France), « la gratuité totale des parkings-relais en dehors de Paris pour tous les détenteurs du passe Navigo ».

Au total, à l’horizon 2021, 28.000 places « seront gratuites, alors que le tarif moyen s’élève aujourd’hui à 40 euros par mois. C’est une économie d’environ 500 euros par an pour chaque usager », promet-elle. La présidente de région ajoute que l’Île-de-France testera l’an prochain « des véhicules sans conducteur sur les autoroutes franciliennes, et même sur le périphérique ».

Enfin, en matière de santé, la région lancera l’année prochaine « avec Action Logement, la construction de 10.000 logements pour les infirmiers et les aides-soignants », a-t-elle expliqué. « Le but est de les retenir, car nous sommes en pénurie et ils ont, en moyenne, trois heures de transport par jour », précise Valérie Pécresse.