Montauban: Hollande rencontre (encore) des «gilets jaunes» et espère une issue rapide

TOURNÉE François Hollande a rencontré de nouveaux «gilets jaunes» à Montauban. Il espère une issue rapide à cette crise qui «pèse» sur l'économie française...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien locataire de l'Elysée François Hollande
L'ancien locataire de l'Elysée François Hollande — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Rebelote. François Hollande continue de ponctuer la tournée de dédicaces de son livre par des rencontres avec des «gilets jaunes». Après l’Ardèche jeudi et avant le Tarn samedi, c’est à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, qu’il a échangé avec une délégation ce vendredi.

A l’issue de ces échanges, l’ancien chef de l’Etat a insisté sur le fait que ce mouvement ne devait pas durer « trop longtemps, parce qu’il pèse pour ceux qui le mènent et pour l’économie française ».

« Dans l’esprit de responsabilité, nous avons tous intérêt que ce mouvement trouve son issue. Il y a bientôt les fêtes de Noël, il y a des consommateurs, des entreprises qui ont besoin d’avoir des clients, un pays pacifié. Plus tôt on trouvera une issue et mieux cela sera », a-t-il poursuivi à sa sortie des locaux de la fédération PS du Tarn-et-Garonne.

« Cynisme »

Celui qui rappelle qu’il a lui-même « affronté les bonnets rouges ou d’autres mouvements sociaux » a donné son mode d’emploi : « Lorsqu’une mesure ne peut pas obtenir l’adhésion, il n’est pas utile de la prolonger ou de la maintenir. Il faut chercher le compromis en gardant l’objectif. Il ne peut pas y avoir d’adhésion à une politique si elle n’est pas juste », dit-il.

Après l’Ardèche, l’exécutif a plutôt mal réagi à l’irruption de François Hollande dans le débat. Depuis l’Argentine, Emmanuel Macron a parlé de « cynisme ». Christophe Castaner a invité l’ancien Président à « un peu de modestie », constatant qu’il avait « manifestement oublié son bilan ».