«Gilets jaunes» à Paris: A quoi faut-il s'attendre le 1er décembre?

MOBILISATION Les « gilets jaunes » manifesteront, une nouvelle fois, ce samedi, à Paris…

T.C. avec AFP

— 

Les « gilets jaunes » ont manifesté samedi 24 novembre sur les Champs-Elysées
Les « gilets jaunes » ont manifesté samedi 24 novembre sur les Champs-Elysées — BERTRAND GUAY / AFP
  • Eric Drouet, l’un des porte-parole des « gilets jaunes », a appelé à une nouvelle manifestation samedi, sur les Champs-Élysées.
  • 5.000 forces de l’ordre seront mobilisées pour éviter que l’avenue soit, comme la semaine dernière, le théâtre de nombreuses échauffourées.
  • De nombreux commerçants pensent à fermer leur établissement ce samedi.

Des barricades enflammées au beau milieu de l’avenue, des boutiques saccagées par des casseurs, des forces de l’ordre qui répliquent par des tirs de gaz lacrymogène et des lances à eau… La manifestation des «gilets jaunes », le 24 novembre dernier, sur les Champs-Elysées, a été marquée par de nombreux débordements. Une semaine plus tard, alors que la météo prévoit de la pluie, les « gilets jaunes » se donnent une nouvelle fois rendez-vous à Paris. A quoi faut-il s’attendre ? 20 Minutes fait le point.

Qu’ont prévu les « gilets jaunes » ?

La semaine dernière, environ 8.000 « gilets jaunes » avaient convergé vers Paris. Eric Drouet, l’un des deux porte-parole des « gilets jaunes » reçus mardi soir par le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a appelé à une nouvelle manifestation samedi, sur les Champs-Élysées. « Les Français n’ont pas du tout été convaincus » par les annonces d'Emmanuel Macron, a-t-il déclaré à l’issue de la réunion de près de deux heures au ministère.

« On avait plus de souhaits que ça, on n’était pas que sur la transition écologique, on était sur un débat beaucoup plus grand », a-t-il dit. La manifestation de samedi prochain à laquelle appellent certains « gilets jaunes » est du coup « maintenue ». « Le souhait de tous les "gilets jaunes" c’est de continuer chaque samedi comme ça, aux Champs-Elysées », a ajouté Eric Drouet.

Quel dispositif sera mis en place ?

Jets de projectiles, feux de barricades de barrières de chantiers… Les Champs-Elysées, ont été le théâtre de nombreuses échauffourées, le 24 novembre dernier. Des manifestants ont jeté des projectiles sur les gendarmes et les policiers qui ont répliqué en tirant des cartouches de gaz lacrymogène et en utilisant un canon à eau. Les heurts ont fait 24 blessés, dont 5 côté forces de l’ordre, 103 personnes ont été interpellées, dont 101 ont été placées en garde à vue.

Le gouvernement a donc décidé, pour éviter les débordements ce samedi, de fermer l’avenue à la circulation. « Les Champs-Elysées seront ouverts aux piétons dans un dispositif très resserré, très hermétique », a déclaré Christophe Castaner, jeudi, sur France 3. Les piétons, qu’il s’agisse de « manifestants » ou de « touristes », feront l’objet de « contrôles d’identité systématiques » et leurs sacs seront fouillés, a insisté le ministre de l’Intérieur.

« Nous aurons des forces d’interpellation sur le site et dès qu’il y aura des dégâts, des provocations, nous sanctionnerons, nous interpellerons et nous livrerons à la justice », a ajouté Christophe Castaner. Selon plusieurs sources policières contactées par l’AFP, le dispositif samedi pourrait mobiliser une cinquantaine d’unités de forces mobiles, soit environ 5.000 hommes. Par rapport à la semaine dernière, cela représente 2.000 hommes de plus.

« Nous sommes en train de retirer tout ce qui pourrait servir de projectiles », a également indiqué ce vendredi Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Les boutiques seront-elles ouvertes ?

Plusieurs commerçants, rencontrés par 20 Minutes, pensent fermer leur établissement ce samedi. « On se dirige fortement vers une fermeture de notre établissement. La police est passée pour nous le conseiller fortement. Globalement, je pense qu’une grosse partie des commerces de l’avenue auront le rideau baissé et l’avenue sera totalement quadrillée », explique le salarié d’un café-restaurant situé près de la station de métro Franklin-Roosevelt.

Quelles sont les autres conséquences ?

Certaines stations Vélib' « sont temporairement fermées pour des raisons de sécurité à la demande de la préfecture de police de Paris », a prévenu la société sur Twitter.