Transition énergétique: La PPE «menace la sécurité d'approvisionnement du pays»

EDF Le comité central d’entreprise d’EDF estime que les fermetures « anticipées » de réacteurs nucléaires sont « injustifiées »…

20 Minutes avec AFP
— 
Plus de 800 salariés de EDF travaillent à la centrale de Fessenheim, en plus de 330 contractuels d'entreprises prestataires.
Plus de 800 salariés de EDF travaillent à la centrale de Fessenheim, en plus de 330 contractuels d'entreprises prestataires. — S. Bozon / AFP.

Pour le comité central d’entreprise (CCE) d’EDF, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), présentée ce mardi par Emmanuel Macron, « va à l’opposé de l’intérêt général » et « menace la sécurité d’approvisionnement du pays ».

S’agissant de la sécurité d’approvisionnement, le CCE, qui rassemble les élus des quatre syndicats représentatifs (CGT, CFE-CGC, CFDT, FO), « rappelle » dans un communiqué, publié ce jeudi, « l’importance » des moyens de production « pilotables », c’est-à-dire disponibles à toute heure, comme les centrales à charbon.

« Un gâchis industriel, économique et social »

Le président a confirmé la fermeture en 2022​ des quatre dernières centrales à charbon, dont deux sont dans le giron d’EDF, celles du Havre et de Cordemais (Loire-Atlantique), pour laquelle un « projet de conversion biomasse » avait été présenté, souligne le CCE. Quant aux fermetures « anticipées » de réacteurs nucléaires, elles sont « injustifiées si elles ne reposent pas sur une demande de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ou pour des raisons économiques invoquées par l’exploitant », avance l’instance.

Il s’agit d'« un gâchis industriel, économique et social », estime le CCE. Outre le « manque à gagner » pour EDF, ces fermetures entraîneront « a minima 7.000 suppressions d’emplois de salariés EDF », souligne le CCE. Sans compter les prestataires. Concernant enfin la réflexion engagée sur la structure d’EDF, le CCE « rappelle tout l’enjeu d’une entreprise nationale intégrée pour répondre aux missions du service public ».