«Gilets jaunes»: Des mesures économiques attendues après 13 jours de blocage à La Réunion

MOBILISATION L’île est toujours paralysée avec, selon la Direction régionale des Routes, au moins 28 barrages dressés sur les axes majeurs ce jeudi à la mi-journée...

20 Minutes avec AFP

— 

Annick Girardin est à La Réunion pour s'entretenir avec les «gilets jaunes»
Annick Girardin est à La Réunion pour s'entretenir avec les «gilets jaunes» — RICHARD BOUHET / AFP

Des mesures pour apaiser la grogne. La ministre des Outre-mer Annick Girardin, en visite à La Réunion pour répondre à la colère des «gilets jaunes», a confirmé ce jeudi qu’elle annoncerait en soirée des mesures économiques et d’emploi, après avoir présenté la veille des mesures sociales qui ont déçu les manifestants.

L’île est toujours paralysée avec, selon la Direction régionale des Routes, au moins 28 barrages dressés sur les axes majeurs jeudi à la mi-journée.

« Plan blanc »

Le « plan blanc », qui organise le système de santé lors de circonstances exceptionnelles, est par ailleurs activé par l’Agence de Santé Océan Indien (ARS) depuis mercredi.

Car après treize journées consécutives « de blocage intense des voies de circulation », il y a nécessité que « les directeurs d’établissements de santé publics puissent organiser, en fonction de chacun des contextes, la poursuite des activités hospitalières pour répondre aux situations d’urgence », a écrit l’ARS dans un communiqué.

Arrivée mercredi sur l’île, Annick Girardin se rend ce jeudi dans le sud, avec un premier arrêt à la sous-préfecture de Saint-Pierre, devant laquelle les tensions étaient fortes. Des manifestants ont forcé le portail du bâtiment avant d’être repoussés par les forces de l’ordre.

Doléances et critiques

Comme la veille à sa descente d’avion, la ministre a écouté les doléances et les critiques d’une délégation de « gilets jaunes », sur la vie chère, le chômage, l’octroi de mer (taxe appliquée aux produits importés), et a confirmé qu’elle ferait dans la soirée des annonces sur le volet économique et sur l’emploi, après de premières annonces, sociales, mercredi.

« Plus jamais La Réunion ne fonctionnera pareil : parce que vous avez pris la parole, parce que vous avez des propositions », a-t-elle déclaré.

Une manifestante lui a proposé de revêtir un gilet jaune, mais la ministre a répondu : « Avec tout le respect que j’ai pour le mouvement, non ».

Des premières annonces jugées décevantes

A la fin de la réunion, elle est allée à la rencontre des « gilets jaunes » restés à l’extérieur. A l’aide un mégaphone elle a renouvelé sa volonté d’agir pour la population.

La plupart des « gilets jaunes » ont exprimé leur déception après des premières annonces faites mercredi soir par Annick Girardin, car elles sont pour la plupart déjà incluses dans le Plan pauvreté voté en septembre et applicable dans toute la France en janvier 2019.

Mercredi soir, contre l’avis des syndicats de l'Education nationale, le rectorat a décidé de la réouverture des établissements scolaires. Mais si les collèges et lycées ont bel et bien rouvert, beaucoup de communes ont choisi de laisser les écoles et les crèches fermées, et les compagnies de transport scolaire ont quasiment toutes suspendu leurs rotations.