La Seine-Saint-Denis adresse une facture de 347 millions d’euros à Emmanuel Macron

SOLIDARITE NATIONALE Le département de la Seine-Saint-Denis estime payer la solidarité nationale à la place de l’Etat…

F.H.

— 

Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, présente la «facture d'égalité»  de 347 millions envoyée à Emmanuel Macron par le département, le 29 novembre 2018.
Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, présente la «facture d'égalité» de 347 millions envoyée à Emmanuel Macron par le département, le 29 novembre 2018. — Conseil départemental de Seine-Saint-Denis

Une « facture de l’égalité ». C’est ce que va envoyer le département de la Seine-Saint-Denis au président de la République. Et celle-ci se monte à 347 millions d’euros ! Pourquoi ? « Depuis des années, c’est la Seine-Saint-Denis, malgré ses difficultés, qui paie la solidarité nationale à la place de l’Etat qu’il s’agisse des allocations de solidarité, des mineurs non accompagnés ou des enfants revenus de Syrie », explique le conseil départemental dans un communiqué.

Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis adécidé d'envoyer une «facture de l'égalité» de 347 millions d'euros au président de la République.
Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis adécidé d'envoyer une «facture de l'égalité» de 347 millions d'euros au président de la République. - F. Hernandez / 20 Minutes

La Seine-Saint-Denis a décidé d’émettre des titres de recettes à l’encontre de l’Etat. L’un s’élève à 192,821 millions d’euros pour « la juste compensation du revenu de solidarité active​ [RSA] ». Pour la compensation de l'allocation personnalisée d'autonomie (Apa), c’est un titre de recette de 85,915 millions d’euros qui a été émis.

En 2017, le département avait refusé de verser le RSA à la CAF

Deux autres avis mentionnent des sommes à payer de plus de 32 millions d’euros pour l’accueil des mineurs non accompagnés et prestation de compensation du handicap (PCH) sont adressés à l’Etat. Enfin, un dernier courrier demande 2,5 millions d’euros à l’Elysée pour l’accueil des enfants syriens.

Le département rappelle que « les rapports sur les inégalités territoriales qui frappent la Saine-Saint-Denis s’accumulent, les cris d’alarme des élus ou des acteurs du terrain se multiplient, sans aucune réaction massive du gouvernement, qui poursuit assidûment le tourisme ministériel sur notre territoire ».

En octobre 2017, le conseil départemental de Seine-Saint-Denis avait décidé de ne pas verser le RSA à la CAF pour le mois de décembre pour dénoncer le manque de compensation de l’Etat.