Marseille: «Faire mieux, plus vite et plus simplement», Martine Vassal veut lutter contre l'habitat indigne

HABITAT INDIGNE A MARSEILLE Trois semaines après l'effondrement d'immeubles à Marseille, la présidente de la Métropole, Martine Vassal, présentait une stratégie contre l'habitat indigne...

Adrien Max

— 

Martine Vassal (UMP) élue présidente des Bouches-du-Rhônes, le 2 avril 2015 à Marseille
Martine Vassal (UMP) élue présidente des Bouches-du-Rhônes, le 2 avril 2015 à Marseille — BORIS HORVAT AFP
  • Trois semaines après l’effondrement d’immeubles à Marseille, Martine Vassal, la présidente de la Métropole et du département a annoncé une stratégie contre l’habitat indigne et dégradé.
  • Elle souhaite l’expropriation d’immeubles si des travaux ne sont pas faits grâce à une déclaration d’utilité publique.
  • Les effectifs dédiés à la lutte contre l’habitat indigne seront doublés à la métropole.
  • Plus généralement, elle souhaite une meilleure coopération, notamment avec l’Etat.

Ses annonces étaient attendues. Plus de trois semaines après la mort de huit personnes dans l’effondrement d’immeubles dans le quartier de Noailles à Marseille, la présidente de la Métropole Aix-Marseille et présidente du département, Martine Vassal, a annoncé une « stratégie territoriale de lutte contre l’ habitat indigne et dégradé », ce mercredi.

Cette stratégie vise à « ne plus jamais se retrouver dans cette situation », selon les mots de la présidente. Elle s’articule autour de « deux valeurs » : « La lutte contre l’inacceptable et un retour à l’ordre ». Derrière ces termes, la présidente souhaite une série de mesures afin de « mettre fin à l’incitatif, et de rentrer dans l’action ».

Expropriation d’immeuble

Parmi les plus significatives, l’engagement de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) sur les immeubles les plus dégradés. « Je vais réclamer l’expertise de 100 immeubles sur lesquels des arrêtés de péril ont été pris, afin de savoir quels travaux doivent être engagés pour régler la situation de manière pérenne. Soit les propriétaires font ces travaux, soit nous les exproprierons », a annoncé Martine Vassal.

Bien consciente du délai de ces procédures, elle souhaite un partenariat avec l’Etat pour ces (DUP) : « Il y aura un suivi hebdomadaire sur l’instruction de ces DUP, et je réclame un comité de suivi de l’Etat pour être sûr que les travaux engagés servent à quelque chose. »

Problème de compétences

Afin de mettre en place ces procédures, et d’assurer de leur suivi, les effectifs des services dédiés de la métropole vont être doublés. Une délégation spéciale contre l’habitat indigne sera confiée à Xavier Mery. Un guichet unique qui regroupera les services de la Métropole, du département et du médiateur de l’habitat sera créé pour les propriétaires, comme pour les locataires.

La députée LREM Alexandra Louis qui travaille sur la problématique de l’habitat indigne considère la création de ce guichet unique comme une bonne chose, mais elle a des réserves. « On a bien vu que ce n’était pas un problème d’effectifs des services, ils ont été doublés à la mairie après le rapport Nicol, mais un problème de compétence. Former des gens prend du temps, les associations qui œuvre dans ce domaine pourraient les accompagner », considère-t-elle. « Ce n’est pas un problème de législation, les lois existent. Même avec toutes les lois du monde, si personne ne fait rien… », avance Alexandra Louis.

Faire mieux, plus vite et plus simplement

La stratégie de la métropole est chiffrée à 600 millions d’euros, dont 230 millions financés par l’Etat même si rien n’est encore acté, le ministre du logement Julien Denormandie doit rencontrer Martine Vassal ce jeudi. Elle vise à renforcer le partenariat entre la Métropole et l’Etat, avec la création de plusieurs entités, qui pourraient remplacer celles existantes. Martine Vassal souhaite également une Grande opération d’urbanisme (GOU) sur le grand centre-ville et la création d’une zone franche urbaine (ZFU), sur ce même périmètre.

Les marchands de sommeil sont également dans le viseur de la métropole. Si Martine Vassal ne se dit pas opposée à un permis de louer, elle souhaite « un permis de confisquer ». Elle réclame tout simplement l’application des décrets de la loi ELAN, et la nomination d’un vice-procureur chargé de la lutte contre l’habitat indigne pour « accélérer le traitement des dossiers ». Grâce à cette stratégie, et à la simplification des démarches, elle veut « démontrer que nous pouvons faire mieux, plus vite et plus simplement qu’ailleurs ». Mais elle a reconnu que les choses ne se feront pas en « un claquement de doigts ».