VIDEO. «Gilets jaunes» à La Réunion: Appel à un blocage total pour l'arrivée d'Annick Girardin

COLERE Une quarantaine de barrages bloquaient des routes lundi, un record depuis le début de la mobilisation des « gilets jaunes »…

20 Minutes avec AFP
— 
Des gilets jaunes manifestent à La Réunion.
Des gilets jaunes manifestent à La Réunion. — Richard BOUHET / AFP

Les « gilets jaunes » appellent au blocage total de l’île de La Réunion mercredi, jour de l’arrivée de la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

L’appel circule sur les réseaux sociaux, avec une injonction à remettre en place tous les barrages mercredi matin. Les auteurs de l’appel initial voulaient atteindre le chiffre de 300 barrages dans toute l’île et ont demandé à la population : « restez chez vous ou venez aux barrages ».

Une ministre sur les barrages

Une quarantaine de barrages bloquaient des routes lundi, un record depuis le début de la mobilisation le 17 novembre. Aucune violence urbaine significative n’a été notée dans la nuit de lundi à mardi, alors que des affrontements entre les CRS et des manifestants ont fait plusieurs blessés la semaine dernière. Le port-est, seul port marchand de l’île, est toujours paralysé et les rayons des commerces, y compris ceux d’alimentation, se vident.

La ministre a indiqué lundi qu’elle irait à la rencontre des « gilets jaunes » sur les barrages et ferait des annonces concernant l’emploi et le coût de la vie. Son engagement semble apprécié par les « gilets jaunes » qui ne veulent plus du préfet pour interlocuteur. Les revendications des « gilets jaunes » réunionnais sont très larges : de la suppression des charges sociales à une meilleure prise en compte « des besoins des Réunionnais » en passant par la fin de l’octroi de mer.

130 millions d’euros d’exonérations de charges

Le vote d’une mesure mardi soir à l’Assemblée nationale va permettre aux entreprises d’Outre-mer de bénéficier d’une exonération supplémentaire des charges sociales à hauteur de 130 millions d’euros pour relancer l’emploi et « lutter contre le chômage ». 

Interrogée un peu plus tôt, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, avait annoncé qu’elle porterait cet amendement qui prévoit « 130 millions de plus que ce qui était prévu dans l’exonération des entreprises pour répondre aux jeunes ».