«Gilets jaunes» en Bretagne: Qui est le porte-parole Maxime Nicolle?

SOCIAL Le Costarmoricain fait partie des huit « communicants officiels » désignés par le mouvement…

Jérôme Gicquel

— 

Maxime Nicolle a été invité à deux reprises sur le plateau de Cyril Hanouna pour parler des revendications des «Gilets jaunes».
Maxime Nicolle a été invité à deux reprises sur le plateau de Cyril Hanouna pour parler des revendications des «Gilets jaunes». — Capture d'écran
  • Originaire de Dinan dans les Côtes-d’Armor, Maxime Nicolle fait partie des huit porte-parole désignés par les « Gilets jaunes ».
  • Il a été reçu deux fois sur le plateau de Cyril Hanouna pour parler des revendications du mouvement.
  • Dans les Côtes-d’Armor, sa nomination passe mal chez certains. D’autant que « personne ne l’a vu » sur le terrain, selon un représentant local des « gilets jaunes ».

Il lui aura suffi d’une apparition sur le plateau de Cyril Hanouna pour se faire un nom. Le 20 novembre, Maxime Nicolle prenait la parole devant près de deux millions de téléspectateurs pour pousser un coup de gueule contre le traitement médiatique réservé aux «gilets jaunes» et accuser Facebook de « censurer » le mouvement. Profitant de la tribune qui lui était offerte, il réclamait en direct « la destitution du Président ».

Une semaine plus tard, l’intérimaire de 31 ans, origine de Dinan-Léhon (Côtes-d’Armor), a pris du grade chez les « gilets jaunes ». Avec sept autres collègues, il a été désigné lundi «communiquant officiel» du mouvement.

Dans les Côtes-d’Armor, « on ne l’a jamais vu »

Très suivi sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme Fly Rider, le Breton a annoncé la nouvelle lundi sur Facebook. « Nous ne sommes pas des leaders, des chefs ou des décisionnaires. Nous sommes là pour porter des messages. Il était important de désigner des personnes, pour éviter toute tentative de récupération de notre mouvement par des partis politiques, des syndicats et toute autre personne ayant un ego trop fort », a-t-il indiqué dans une vidéo vue plus de 300.000 fois.

Un peu plus tard, Maxime Nicolle a de nouveau été invité sur le plateau de Touche pas à mon poste pour expliquer la démarche de structuration du mouvement.

Dans les Côtes-d’Armor, le département dont il est originaire, la nomination de Maxime Nicolle passe mal chez certains « gilets jaunes ». « On sait que son surnom sur Facebook est Fly Rider mais on ne l’a jamais vu. Personne ne l’a vu. On ne veut pas être représenté par lui, on le rejette complètement », a indiqué à l’AFP Tristan Lozach, porte-parole du collectif «Le pouvoir du peuple 22».