Nantes: La controverse continue autour du faux panneau séparant hommes et femmes, la mairie «prépare la suite»

EGALITE Une photo prise dans les rues de Nantes, dans le cadre d'un happening organisé par la mairie, suscite un vif débat...

Julie Urbach
— 
Le débat s'enflamme autour du faux panneau installé par la mairie de Nantes
Le débat s'enflamme autour du faux panneau installé par la mairie de Nantes — Capture d'écran Instagram / Big city life
  • La photo d'un panneau séparant les hommes et les femmes dans une rue de Nantes suscite des réactions contrastées.
  • Lundi, la mairie de Nantes n'a pas souhaité commenté les proportions qu'a pris cette «action de sensibilisation», qui doit se poursuivre cette semaine.

Le panneau n’est resté que deux heures, jeudi soir, mais les réactions continuent d’affluer. Tout le week-end et encore ce lundi, une initiative de la mairie de Nantes donne lieu à des débats enflammés, notamment entre internautes. Au cœur des discussions, une pancarte placée au milieu de la rue de la Paix, en plein quartier Bouffay.

Bleue d’un côté, rouge de l’autre, elle indiquait aux hommes de marcher à gauche et aux femmes de se placer à droite, dans le cadre d’une « zone d’expérimentation ». Il s’agissait en fait d’« un happening » sur le thème de l’égalité hommes-femmes, s’est rapidement justifiée la ville de Nantes, qui ne souhaitait pas s’étendre sur le sujet, ce lundi. Un message difficilement audible dans le tourbillon des réseaux sociaux.

Un post sur Instagram

Tout a commencé jeudi, après que la photo a été postée sur le compte Instagram de Big city life, un média associatif culturel, partenaire de la ville sur certains événements. « C’est bien triste d en arriver là !! », « Quelqu’un m’explique la démarche svp », « Bordel… », ont alors réagi de premiers internautes. La mairie de Nantes a posté un message pour tenter d’expliquer la démarche. « C’est un fake bien sûr », a aussi écrit Big City life, qui publie ce lundi une mise au point.



Car la controverse est montée d’un cran quand l’AFP factuel (le service de fact-checking de l’agence de presse) s’en est saisie. Dans deux tweets distincts publiés vendredi, l’agence a d’abord expliqué que la photo était « bien vraie », avant de rapporter les arguments de la mairie de Nantes. Le second est passé inaperçu (82 retweets) mais le premier a été partagé près de 700 fois, notamment par le président des Patriotes Florian Philippot ou encore Thierry Mariani, et par plusieurs comptes de la « fachosphère » allant jusqu’à dénoncer « l’application de la charia » et « l’apartheid ».

« Bonjour, cette action de sensibilisation est volontairement caricaturale pour montrer que la solution pour l’égalité et lutter contre les violences faites aux femmes n’est pas dans la séparation entre femmes et hommes mais dans la mobilisation, ensemble », a une nouvelle fois tenté de répondre la mairie de Nantes sur Twitter.

Un clip en caméra cachée

Ce lundi, la ville de Nantes n’a pas souhaité faire davantage de commentaires sur les proportions qu’a pris cette affaire, mais « assure préparer la suite ». Jeudi soir, un clip aurait en fait été tourné en caméra cachée afin de montrer les réactions étonnées des passants et devrait être bientôt diffusé…

D’autres internautes, qui ont compris le second degré, s’interrogent cependant sur le procédé. « Cet affichage ruine le message et le rend inintelligible, masqué par une prétention boursouflée à faire de la com' », écrit par exemple l’un d’entre eux.