Féminicides: «Ces meurtres s’inscrivent dans une logique de domination des hommes sur les femmes»

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES Près de 123 femmes sont tuées chaque année par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours…

Propos recueillis par Hakima Bounemoura

— 

Illustration des violences faites aux femmes.
Illustration des violences faites aux femmes. — Isabellaquintana/pixabay
  • La journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes se déroule ce dimanche.
  • Une marche blanche est organisée à Aubervilliers en hommage à Marie, tuée à l’arme blanche par son mari devant ses enfants.
  • Près de 123 femmes sont tuées chaque année par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours.
  • Les associations de défense des femmes réclament que le féminicide soit inscrit dans le code pénal.

Marie n’avait que 28 ans. Elle a été tuée par son mari de plusieurs coups de couteau, devant ses enfants, le 15 novembre dernier à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). La jeune femme, mère de cinq enfants, a été retrouvée la carotide tranchée par sa fille de 8 ans, sur le palier de leur appartement. Comme Marie, près de 123 femmes sont tuées chaque année par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Et près de 220.000 femmes subissent chaque année des violences conjugales, selon des chiffres officiels publiés pour l’année 2017.

Pour la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, les habitants d’Aubervilliers ont décidé d’organiser ce dimanche après-midi une marche blanche en hommage à Marie. « A chaque fois qu’une femme meurt sous les coups de son mari dans le département, nous faisons une marche silencieuse », explique l’Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis. Ernestine Ronai, la responsable de l’observatoire et ancienne coordinatrice nationale « violences faites aux femmes » de la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences (MIPROF), a détaillé à 20 Minutes les mesures du protocole expérimental « féminicide » mis en place en Seine-Saint-Denis après la mort de Marie.

Après la mort de Marie à Aubervilliers, le parquet de Bobigny a immédiatement appliqué le protocole dit « féminicide ». En quoi consiste ce dispositif ?

C’est une procédure mise en place lors des violences faites aux femmes, homicide ou tentative d’homicide d’une particulière gravité, que j’ai moi-même créé en Seine-Saint-Denis. Elle permet une prise en charge et un accompagnement spécifique des enfants, souvent témoins des violences, avec notamment une évaluation immédiate de leur état au service pédo-psychiatrique de l’hôpital Robert-Ballanger. C’est un protocole unique en France. Les deux enfants aînés de Marie, âgés de 8 et 4 ans, ont assisté au meurtre à l’arme blanche de leur mère par leur père. Le meurtre a été atroce, et pour les enfants, c’est très traumatisant. Le fait qu’ils puissent tout de suite avoir des soins et parler de ce qu’ils ont vécu, c’est très important. Ils sont ainsi pris en charge par des professionnels pendant 8 jours, avant un placement soit auprès de leur famille, soit dans d’autres structures.

Pourquoi employer le terme de « féminicide », qui n’est pas inscrit dans le code pénal ?

On utilise le terme « féminicide » depuis 2008 en Seine-Saint-Denis. On a commencé à l’employer à la suite d’une enquête que nous avions menée avec le parquet de l’époque, composé du procureur François Molins et de son adjoint Patrick Poirret. J’avais insisté pour qu’on parle de « féminicide », et ce terme avait fait l’unanimité. Ça va faire maintenant 10 ans que nous l’utilisons en Seine-Saint-Denis. Ce terme est même rentré dans le vocabulaire du dictionnaire juridique en 2013, me semble-t-il. Il y a donc une certaine forme de reconnaissance… Quand on dit « féminicide », tout le monde comprend de quoi on parle.

Faut-il reconnaître le féminicide en tant que crime « spécifique », comme le font plusieurs pays d’Amérique du Sud ?

Le féminicide n’est malheureusement pas inscrit dans le code pénal, c’est vrai. Mais je pense que comme beaucoup de choses, ça finira par y rentrer. On voit bien que ce mot commence à être employé par tout le monde, ce n’est qu’une question de temps. J’ai entendu l’autre jour Marlène Schiappa [secrétaire d’Etat à l’égalité hommes-femmes] dire qu’il fallait employer ce terme pour désigner le meurtre d’une femme ou d’une jeune fille par un homme. C’est très important de faire cette nuance. Le féminicide est un véritable problème de société. Ces meurtres s’inscrivent dans une logique de domination des hommes sur les femmes. L’inscrire dans le code pénal permettrait, d’une certaine manière, de rendre davantage visible les femmes dans l’espace public. C’est le combat que nous menons depuis des années…

Les femmes sont aussi confrontées à de nouvelles formes de violences conjugales…

Nous avons noté un véritable essor des violences faites aux femmes via Internet et les applications mobiles. Les associations qui accueillent les femmes victimes de violences dans leur couple, et même les avocats, sont de plus en plus souvent confrontés à ce genre d’affaires. Ce sont souvent les hommes qui, au sein du couple, possèdent les mots de passe et connaissent le mieux les applications mobiles permettant de contrôler tout un tas de choses. Ils peuvent ainsi accéder au compte CAF de leur épouse, à leur compte en ligne d’assurance-maladie… Au sein même du domicile, certains hommes violents n’hésitent pas à installer des dispositifs de vidéosurveillance pour « fliquer » leurs compagnes, et parfois même, ils installent des dispositifs de géolocalisation via leur smartphone. Cette nouvelle forme de violences conjugales se développe énormément, et c’est très difficile d’y faire face car les nouvelles technologies ont envahi aujourd’hui tous les objets du quotidien.