Violences sexuelles: Une plateforme de signalement en ligne sera lancée mardi

VIOLENCES SEXUELLES Cette plate-forme en ligne permettra aux victimes ou aux témoins d’échanger avec un policier ou un gendarme spécialement formé pour les aider dans leurs démarches, a annoncé Edouard Philippe...

20 Minutes avec AFP

— 

Une illustration d'une agression sexuelle
Une illustration d'une agression sexuelle — AIMI/LEHTIKUVA OY/SIPA

Après une mobilisation efficace, un outil accessible à toutes et à tous. Une plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles sera lancée mardi par le gouvernement, a annoncé dimanche le Premier ministre Edouard Philippe, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Initialement attendue pour octobre, cette plateforme sera « opérationnelle 24H/24 via le site service-public.fr », a précisé le chef du gouvernement dans une tribune publiée sur Facebook. « Elle permettra aux victimes ou aux témoins d’échanger avec un policier ou un gendarme spécialement formé pour les aider dans leurs démarches », a ajouté Edouard Philippe.

« C’est le premier des jalons, technique et politique, pour éradiquer les violences sexistes et sexuelles », a-t-il estimé. « Désormais quelques clics peuvent aider chacune à prendre un nouveau départ : pour soi, pour sa famille. Et peut-être pour éviter le pire », a insisté le Premier ministre.

En 2016, une femme à été tuée tous les trois jours par son conjoint

Promise il y a un an par le président Emmanuel Macron, la plateforme doit être lancée en présence de la secrétaire d’Etat à l’Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa et des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Christophe Castaner et Nicole Belloubet. Le gouvernement pourrait à cette occasion rendre public le chiffre des féminicides pour l’année 2017.

En 2016, 123 femmes avaient été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Samedi, 50.000 personnes selon les organisatrices, dont 30.000 à Paris (12.000 selon la préfecture de police), ont manifesté contre les violences faites aux femmes dans le cadre du mouvement #NousToutes.

« C’est la plus grosse mobilisation (féministe) qu’on ait connue en France », s’est félicitée son instigatrice, Caroline De Haas, Marlène Schiappa saluant une « grande manifestation » qui « doit être vue et entendue ».