Violences sexuelles: «L’excision concerne aussi plein de jeunes femmes qui vivent en France»

INTERVIEW Fatoumata Gassama, étudiante nantaise de 20 ans, se mobilise contre l'excision...

Propos recueillis par Julie Urbach

— 

Fatoumata Gassama veut briser le tabou autour de l'excision
Fatoumata Gassama veut briser le tabou autour de l'excision — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Fatoumata Gassama, jeune Nantaise de 20 ans, a monté l'exposition «Excision, femmes mutilées»
  • Un moyen de parler et de lutter contre cette pratique, alors que des marches contre les violences sexistes et sexuelles se déroulent en France, ce samedi après-midi.

A 20 ans, Fatoumata Gassama a trouvé son combat. Cette Nantaise, étudiante en première année de droit, milite pour faire connaître l' excision, cette mutilation faite aux femmes qui consiste, dans certains pays, en l’ablation partielle ou totale des organes sexuels externes.

Pour en parler, elle a monté à la rentrée « Excision, femmes mutilées », une exposition itinérante à destination des jeunes. Elle est visible à la maison de quartier de Nantes-nord, jusqu’à la fin du mois, alors que des défilés contre les violences faites aux femmes, se tiennent un peu partout en France, ce samedi.

Pourquoi avoir monté cette exposition ?

L’objectif est de briser le tabou qui existe autour de l’excision, et du sexe féminin d’une manière générale. Je veux aussi déconstruire cette idée que cette pratique ne concerne que certaines femmes africaines alors qu’elle est pratiquée dans d’autres pays, en Indonésie ou en Amérique latine par exemple.

Ça touche aussi plein de jeunes femmes qui vivent en France [où c’est interdit et puni par la loi], excisées par exemple lors de vacances quand elles rentrent dans leur pays… Elles sont plus de 60.000, selon l’ONU. Moi j’en ai pris conscience quand j’avais 11 ans : au centre aéré, une copine excisée a raconté à une animatrice que j’allais l’être aussi. C’était complètement faux mais la police a été prévenue. Aujourd’hui, 70 % de mes proches sont excisées.

Comment parlez-vous l’excision ?

Derrière ce que l’on présente comme une tradition, il y a une agression, une mutilation qui a des conséquences physiques et psychiques très graves. Les personnes à qui l’on coupe le clitoris n’éprouvent plus de désir ni de plaisir, dans leur sexualité. 75 % des femmes qui meurent en couche ont été excisées.

Pour moi, c’est donc une forme de contrôle que l’on exerce sur les femmes, dans certaines sociétés patriarcales. Aucune religion ne dit qu’il faut la pratiquer. Mais il y a encore beaucoup de croyances autour de la pratique, comme le fait que la femme sera plus féconde si on lui retire le clitoris. Il y a une grosse méconnaissance de l’anatomie, mais aussi un poids du social, de la famille…

Comment lutter contre ?

Expliquer, en parler. Dire aux jeunes femmes qui l’ont été qu’elles peuvent protéger leurs filles. Je suis vraiment touchée car grâce à cette exposition, beaucoup de copines sont venues vers moi. Certaines venaient de comprendre que ce qu’elles avaient subi, quand elles étaient enfants ou adolescentes, n’était pas normal. D’autres ont compris que si elles ne se sentaient pas bien avec leur corps, ça pouvait être à cause de leur excision.

On m’a aussi posé des questions sur la chirurgie réparatrice, qui consiste à faire ressortir un bout du clitoris, un organe beaucoup plus long qu’on le croit. J’encourage les filles à le faire, en plus c’est remboursé par la sécurité sociale. Mais la démarche est difficile : dire que l’on a été mutilée, c’est pour certaines une façon de montrer une forme de vulnérabilité.