Blocage des «gilets jaunes»: Un peu plus de 106.000 manifestants sur 1.619 lieux en France... 130 interpellations sur tout le territoire...

MANIFESTATION Revivez la journée de mobilisation des « gilets jaunes » de samedi à Paris et en régions…

C.Ape, H.B.

— 

Les incidents se sont poursuivis une bonne partie de la soirée aux abords des Champs-Elysées.
Les incidents se sont poursuivis une bonne partie de la soirée aux abords des Champs-Elysées. — Bertrand GUAY

L’ESSENTIEL

  • Confrontés à une mobilisation qui s'essouffle après plusieurs jours de blocages, les «gilets jaunes» préparent l'«acte 2» de leur mouvement, avec notamment un rassemblement samedi à Paris, mais aussi en régions.
  • A Paris, le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'ils auront le droit de se réunir sur l'esplanade du Champ-de-Mars. La préfecture de police craint que que les manifestants se réunissent plutôt place de la Concorde, aux abords de l’Elysée, près de la place de l’Etoile et des Champs Elysées ainsi que de la porte Maillot. 
  • Le 17 novembre, au moins 282.000 personnes avaient répondu à l'appel à bloquer des routes et des sites stratégiques.

 

A LIRE AUSSI

 

EN IMAGES

 

On ferme ce live. Merci d'avoir suivi la mobilisation des «gilets jaunes» avec nous. Bonne fin de soirée.

22h50: Plainte de journalistes toulousains contre les «gilets jaunes» pour violence

Trois journalistes de C-News et BFM-TV ont porté plainte samedi pour «violences aggravées» et «tentative d'agression en réunion» sur la place du Capitole à Toulouse où s'achevait une manifestation des «gilets jaunes».
«Je suivais la manifestation au Capitole et je me suis fait courser», a raconté à l'AFP le journaliste de BFM-TV Jean-Wilfrid Forquès, qui a porté plainte avec son collègue reporter d'images Maxime Sounillac pour «tentative d'agression en réunion». «C'était un véritable lynchage, et la cible c'était BFMTV», a-t-il déclaré.

Le journaliste de C-News Jean-Luc Thomas raconte avoir lui subi l'assaut d'un groupe de 50 à 100 manifestants qui criaient «journalistes collabo» alors qu'il se trouvait avec «5 ou 6 journalistes».

 

21h55 : Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est rendu sur les Champs-Elysées

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d’Etat Laurent Nunez, sont allés sur les Champs-Elysées pour remercier les forces de l’ordre.

 

21h40 : Nouvel appel à manifester sur les Champs-Elysées le samedi 1er décembre

Un événement intitulé « Acte 3 Macron démissionne ! » a été créé par la page Facebook officielle des « gilets jaunes » pour inciter à manifester samedi prochain, le 1er décembre, sur les Champs-Elysées. « Pour le 1er décembre, il faudra faire ça proprement. Aucune casse & 5 millions de Français dans la rue !! Notre mouvement prend de l’ampleur !!!! Il ne faut rien lâcher !!!!! », peut-on lire sur la page Facebook. Près de 6.000 personnes promettent de s’y rendre et plus de 31.000 personnes se déclarent intéressées.

 

21h20 : Plusieurs vitrines de magasins parisiens vandalisées

Plusieurs vitrines de magasins parisiens ont été vandalisées en marge de la manifestation des « gilets jaunes ».

 

21h10 : Anne Hidalgo remercie les forces de l’ordre pour «leur professionnalisme»

« Je tiens à remercier les forces de l’ordre qui se sont mobilisées toute la journée avec un grand professionnalisme pour garantir la sécurité des Parisiens et des manifestants, dans des conditions très difficiles », a tweeté la maire de Paris Anne Hidalgo.

 

20h30 : Gérard Larcher appelle à une «sortie de crise» rapide

Le président du Sénat Gérard Larcher a appelé à une « sortie de crise » rapide. « Ces scènes de violences sur les #champselysees sont intolérables, je les condamne, rien ne peut justifier de tels débordements. L’exécutif doit rapidement trouver les voies d’une sortie de crise », a-t-il tweeté.

 

20h15 : Nouveau bilan de 24 blessés dont cinq agents des forces de l’ordre à Paris

La préfecture de police de Paris fait état d’un nouveau bilan de 24 blessés dans les incidents survenus à Paris aux abords du Champs-Elysées, dont cinq agents des forces de l’ordre.

 

19h55 : Plainte du journal Midi Libre après l’agression d’un journaliste par des manifestants

Deux journalistes du quotidien régional Midi Libre ont déposé plainte samedi à Béziers (Hérault) pour dégradation de l’agence locale et des coups portés par des « gilets jaunes » sur l’un d’eux, a déclaré Olivier Biscaye, rédacteur en chef. Environ 300 « gilets jaunes », qui s’étaient donné rendez-vous devant le théâtre de Béziers, ont fait une halte au niveau de l’agence biterroise du quotidien régional, en plein centre-ville, accusant le média d’être « à la botte du gouvernement » et « vendu à Macron », rapporte dans un communiqué la Sojomil (société des journalistes de Midi Libre). Constatant l’arrivée des « gilets jaunes », le chef d’agence, Guilhem Richaud, est sorti pour échanger avec eux, après avoir fermé la porte de l’agence derrière lui. Les débats se sont envenimés et l’un des journalistes de l’agence, Jean-Pierre Amarger, présent aux côtés de Guilhem Richaud, a été bousculé par les manifestants, selon Olivier Biscaye.

19h50 : «Macron et le gouvernement méprisent les gens», dénoncent les manifestants

Ce deuxième samedi de mobilisation a eu un goût amer pour de nombreux « gilets jaunes » à Paris. Appelés à manifester en plusieurs endroits de la capitale, ils ont été confrontés à un léger essoufflement de leur mouvement et à des tensions entre forces de l’ordre et casseurs qui ont conduit à une dispersion des manifestants. Le reportage de notre journaliste est à lire par ici.

19h40 : Aux Champs-Elysées, « nous gérons la fin de la manifestation avec des groupes qui cherchent à nous harceler »

« Les Champs-Elysées, c’est un terrain d’action qui est compliqué, avec beaucoup de commerces et de touristes », a expliqué Laurent Nunez lors du point presse. « A l’heure qu’il est, nous gérons la fin de cette manifestation, avec des groupes qui cherchent à nous harceler », a indiqué de son côté le préfet de police de Paris Michel Delpuech. « Nous resterons le temps qu’il faudra, le temps que la situation revienne au calme ».

 

19h35 : Laurent Nunez parle d'« un usage de la force proportionné avec des canons à eaux et des gaz lacrymogènes »

« On a vu toute la difficulté qu’on eue nos forces de sécurité à se mobiliser pour assurer la sécurité des manifestants. Face aux violences, face aux provocations, ils ont su garder leur sang-froid », a ajouté Christophe Castaner. Laurent Nunez, secrétaire d’Etat, a quant à lui parlé d’un « usage de la force proportionné, avec des canons à eaux et des gaz lacrymogènes, pour éviter un trop grand nombre de blessés. »

19h30 : « Les réseaux d’ultra-droite étaient très mobilisés à Paris », indique Christophe Castaner

« On peut se féliciter qu’on ait eu une baisse du nombre de blessés, mais il y a eu des incidents graves. Je pense à Villefranche, où nos services sont en train de reprendre un pont où des manifestants organisent des caillassages. Et évidemment, il y a ce qu’on a pu constater à Paris », a déclaré Christophe Castaner. « Les réseaux d’ultra-droite étaient très mobilisés, et sont intervenus dès 10h30 à Paris », a indiqué le ministre de l’Intérieur.

19h25 : 130 personnes interpellées au total dans toute la France

Quarante-deux personnes ont été interpellées à Paris, et 130 au total dans toute la France, a précisé Christophe Castaner lors d'un point presse.

19h22 : «Pas de place pour ces violences dans la République», a tweeté Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a réagi dans un tweet aux incidents qui ont émaillé la manifestation « des gilets jaunes sur les Champs-Elysées ». « Merci à nos forces de l’ordre pour leur courage et leur professionnalisme. Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République », a tweeté le président de la République.

 

19h20 : 106.301 manifestants en France sur 1.619 lieux contre 282.710 samedi dernier, selon le ministère de l'Intérieur

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, a annoncé dans un nouveau bilan que le décompte final faisait état de 106.000 manifestants dans toute la France (sur 1.619 lieux), soit environ trois fois moins que la semaine dernière.

 

19h10 : Un journaliste de BFMTV pris à partie par des manifestants à Toulouse

Une équipe de la chaîne d’informations en continu BFMTV a été agressée verbalement à Toulouse. L’un des journalistes a été poursuivi par une cinquantaine de personnes avant de se réfugier dans une boutique.

18h50 : Les affrontements se poursuivent sur les Champs-Elysées

Les affrontements se poursuivent sur les Champs-Elysées et aux abords de l’avenue, où des barricades sont toujours improvisées, constate notre journaliste sur place.

 

18h45 : Nouveau bilan de 42 interpellations et 30 personnes en garde à vue à Paris

 

18h35 : De fortes perturbations sur l’A6 au nord de Lyon

De fortes perturbations causées par des actions des «gilets jaunes» à hauteur de Villefranche-sur-Saône (Rhône) ont entraîné samedi la déviation du trafic sur l’autoroute A6 du nord de Lyon jusqu’à Mâcon, selon le gestionnaire de cet axe routier. «Dans le sens nord-sud, le trafic a été dévié à la demande des autorités via l’A40 en direction de Bourg-en-Bresse et dans le sens sud-nord, on déconseille de passer par Villefranche avec un détournement via l’A42», à l’est de Lyon, a précisé le directeur général adjoint d’APRR, Xavier Rigo.

18h25 : Trente personnes interpellées et 19 personnes blessées à Paris

La préfecture de police de Paris vient de communiquer un nouveau bilan de 19 blessés dont quatre agents des forces de l’ordre. Trente personnes ont également été interpellées, et il resterait 400 personnes sur le secteur des Champs Elysées, a indiqué la préfecture de police à 20 Minutes.

 

18h10 : Des radars dégradés dans les Bouches-du-Rhône

Plusieurs radars ont été pris pour cible par des manifestants dans les Bouches-du-Rhône, rapporte le quotidien La Provence. Un radar de vitesse a notamment été recouvert d’un sac-poubelle sur l’A51 à proximité de Plan-de-Campagne et un radar feu rouge placé dans un conteneur à Saint-Loup (Marseille).

17h50 : Opération escargot autour de l’aéroport d’Orly

Selon la préfecture de police, des chauffeurs de VTC ont entamé une opération escargot autour de l’aéroport d’Orly.

17h40 : Des «gilets jaunes» refoulés de l’hôtel-de-ville à Bordeaux

Plusieurs centaines de « gilets jaunes » ont défilé dans le centre de Bordeaux, malgré l’interdiction de la préfecture. Certains ont tenté d’entrer dans l’hôtel-de-ville, mais ont été refoulés par les forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène.

17h30 : L'élu FN Jean-Lin Lacapelle accuse le gouvernement de «tendre un piège» à son parti en «caricaturant» les «gilets jaunes»

Le vice-président groupe Rassemblement national (RN) au Conseil Régional d’Île-de-France, Jean-Lin Lacapelle, a accusé sur Twitter le gouvernement de « tendre un piège » à son parti en « caricaturant » les « gilets jaunes ». « C’est le peuple français qui compose ce grand mouvement soutenu par près de 80 % des Français et Macron devrait écouter leur cri de colère plutôt que de le mépriser », a-t-il expliqué.

 

17h20 : La bourde d’Anne Hidalgo sur Twitter

Oups ! Un tweet publié par Anne Hidalgo a suscité la polémique ce samedi après-midi. Il a été publié quelques instants sur le réseau social mais très rapidement supprimé. La maire de Paris y invitait « les Parisiens à admirer les décorations de Noël des Champs-Elysées ». Au moment même ou la célèbre avenue parisienne est le théâtre de graves incidents entre manifestants et forces de l’ordre…

 

17h15 : Plusieurs deux-roues et vélos en feu sur les Champs-Elysées

 

17h : La gauche critique les propos de Christophe Castaner

Christophe Castaner a accusé ce midi les « séditieux » de l’ultradroite et les manifestants de « suivre les consignes de Marine Le Pen ». Plusieurs personnalités politiques ont dénoncé ces propos. Au-delà du Rassemblement national et de la France insoumise, plusieurs élus de gauche ont critiqué ces propos. « Quand un mouvement est soutenu par les 3/4 des Français on lui répond, on ne cherche pas à le résumer à une poignée de casseurs », a tweeté le premier secrétaire du PS, Olivier Faure. Pour l’ancien socialiste Emmanuel Maurel, « les gilets jaunes ne sont pas, majoritairement, des séditieux d’extrême droite », mais représente une « grande hétérogénéité », avec « beaucoup de femmes, de retraités, etc... ». « Ne caricaturons pas ce mouvement ! ».

 

16h50 : 26 interpellations à Paris, indique la préfecture de police

Vingt-six personnes ont été interpellées à Paris, a indiqué la préfecture de police à 20 Minutes.

 

16h45 : 1.700 manifestants dans le Pas-de-Calais

La préfecture du Pas-de-Calais a annoncé 1.700 manifestants dans le département, rapporte sur Twitter un journaliste de La Voix du Nord. Une cellule de crise a été mise en place pour la journée.

 

16h40 : Le nouveau secrétaire général de FO demande un «moratoire sur les taxes»

Le nouveau secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier a demandé samedi un « moratoire sur les taxes », le temps que se tiennent des négociations permettant de « généraliser la prime transport », en réponse à la colère des « gilets jaunes ». « FO appelle à la réunion rapide d’une commission tripartite » réunissant les syndicats, le patronat et le ministère du Travail « afin d’examiner les conditions de la mise en œuvre de négociations permettant de généraliser la prime transport ». Pour Yves Veyrier, élu jeudi à la tête du troisième syndicat français, ces négociations « devraient porter sur un cadrage minimum au niveau des branches », ce « afin de s’assurer que tous les salariés concernés bénéficieront d’une prime transport et que les entreprises ne se réfugieront pas derrière le risque de distorsion de compétitivité ».

16h35 : « Les gens ont en marre du "deux poids deux mesures" du gouvernement », estime Adrien Quatennens

« La plupart des gens présents n’ont jamais manifesté, ils mettent ce gilet jaune pour se rendre visible. Ils n’ont pas d’autre choix au quotidien que de prendre leur voiture, ils en ont marre du « deux poids deux mesures » du gouvernement » et du « matraquage fiscal », a déclaré le député de la France insoumise Adrien Quatennens.

16h30 : Près de 2.000 personnes à la marche des « gilets jaunes » à Limoges

Près de 2.000 personnes ont manifesté à Limoges, selon France Bleu Limousin. Une partie des manifestants a déposé du fumier devant l’hôtel de régions.

16h15 : « Les Champs-Elysées c’est pas la France », explique Nicolas Dupont-Aignan

« Les Champs-Elysées c’est pas la France » a déclaré sur BFMTV Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, rappelant que hors de Paris, les manifestations étaient calmes. « Ce n’est jamais bon cette frustration du peuple » a-t-il ajouté.

 

16h10 : Fabien Roussel dénonce « l’importante responsabilité » du gouvernement dans les violences à Paris

Fabien Roussel, qui devrait devenir dimanche le nouveau secrétaire national du PCF, a dénoncé samedi « l’importante responsabilité » du gouvernement dans les violences à Paris lors de la manifestation samedi des « gilets jaunes », qui expriment « une légitime indignation populaire ». Le PCF n’a pas, contrairement à La France insoumise, appelé à participer aux manifestations des « gilets jaunes » de samedi et du 17 novembre.

16h01 : 35 personnes ont été interpellées et 22 personne placés en garde-à-vue

Au total, 35 personnes ont été interpellées, 22 ont été placés en garde-à-vue, et huit personnes ont été blessés (dont deux gendarmes), a indiqué le ministère de l'Intérieur.

16h : 80.976 manifestants dans toute la France dont 8.000 à Paris

Le ministère de l'Intérieur vient de communiquer un nouveau bilan de 80.976 manifestants dans toute la France, dont 8.000 à Paris (contre 244.000 samedi dernier à la même heure).

 

15h45 : Le Théâtre Marigny annule une représentation de « Peau d’âne »

Le Théâtre Marigny a annoncé que la représentation de 16h du spectacle « Peau d’âne » était annulée en raison des incidents sur les Champs-Élysées.

15h40 : Jean Lassalle avec les manifestants sur le Champ-de-Mars

Certains « gilets jaunes » sont présents sur le Champ-de-Mars, lieu où le gouvernement a autorisé les rassemblements. Parmi les manifestants, le député Jean Lasalle.

 

15h35 : La tension monte sur les Champs-Elysées

«La tension monte sur les #ChampsElysees : une poignée de jeunes jettent des bouteilles sur les forces de l’ordre qui chargent avec tirs de lacrymo», fait remarquer notre journaliste sur place.

 

15h30 : Près de 700 personnes à la manifestation des « gilets jaunes » à Lille

La manifestation des « gilets jaunes » à Lille se déroule dans le calme, constate notre journaliste sur place. Près de 700 personnes sont présentes.

 

15h20 : Dix-huit personnes ont été interpellées à Paris

Dix-huit personnes ont été interpellées à Paris, principalement sur les Champs-Elysées, a indiqué la préfecture de police à 20 Minutes. Un véhicule est également en feu au niveau du rond point des Champs-Elysées.

15h15 : Deux barricades en feu sur les Champs-Elysées

La préfecture de police dénombre deux barricades en feu sur les Champs-Elysées.

 

15h10 : Entre 150 et 200 « gilets jaunes » à Douai

Entre 150 et 200 «gilets jaunes» sont rassemblés à Douai, indique la Voix du Nord.

 

15h : «Les professionnels du désordre doivent être sanctionnés», estime la députée LREM Yaël Braun Pivet

« Terribles images aux Champs-Elysées. Une violence et une casse qui ne serviront personne. Soutien à nos forces de l’ordre et à ceux qui manifestent pacifiquement. Les professionnels du désordre doivent être sanctionnés », a tweeté la députée LREM Yaël Braun Pivet.

 

14h45 : Treize personnes ont été interpellées à Paris

Treize personnes ont été interpellées à Paris dans la manifestation des « gilets jaunes », a indiqué la préfecture de police à 20 Minutes.

14h40 : Une cagnotte de soutien aux «gilets jaunes»

La cagnotte lancée sur Leetchi pour aider à payer les frais de justice des «gilets jaunes» arrêtés a atteint ce samedi 2.600 euros.

14h35 : Les «gilets jaunes» mettent le feu à une autre barricade sur les Champs-Elysées

 

14h30 : Le Champ-de-Mars vide

Il y a très peu de gilets jaunes sur le Champ-de-Mars, constate notre journaliste sur place.

 

14h15 : De graves incidents sur les Champs-Elysées

Sur les Champs-Elysées, une boulangerie Paul fait face à un incendie.

 

14h10 : «Christophe Castaner invente un "péril jaune fluo" d’extrême droite», estime Alexis Corbière

Le député LFI Alexis Corbière a réagi sur Twitter aux déclarations du ministre de l’Intérieur. Il a accusé Christophe Castaner d’être « irresponsable » et l’accuse d’inventer « un » péril jaune fluo « d’extrême droite pour seulement insulter le peuple en colère ».

14h04 : Trafic interrompu sur la ligne 6 du métro parisien

 

14h : La circulation est ralentie sur le périphérique parisien

Selon nos confrères du Parisien, le trafic est ralenti sur le périphérique intérieur à hauteur de la porte de Clichy. « Quelques groupes de motards » en sont à l’origine, sans que la circulation soit pour l’instant bloquée, selon la préfecture de police.

13h49 : On reste dans la bonne humeur à Bandol 

 

13h45 : Une neuvième interpellation a eu lieu 

13h43 : Jean-Luc Mélenchon réagit aux propos de Christophe Castaner

 

13h25 : Toute autre ambiance du côte d'Aurillac

 

13h23 : « Il faut que Macron enlève les bouchons qu’il a dans les oreilles »

« Il faut que Macron enlève les bouchons qu’il a dans les oreilles et qu’il entende le peuple », a déclaré samedi le député de La France Insoumise, François Ruffin, venu défiler aux côtés des « gilets jaunes » sur les Champs-Elysées avant que des violences n’éclatent.

« Moi je ne viens pas pour jeter des pavés sur les CRS mais Macron a dit qu’il fallait qu’on vienne le chercher. Les gens viennent en tout cas pour lui passer clairement un message : c’est qu’il faut qu’il change de politique », a affirmé sur LCI le député de la Somme.

 

13h20 : La place de la Concorde, qui fait partie du secteur sécurisé, reste vide, constate notre journaliste sur place

 

13h08 : Un gendarme mobile blessé à la main

Selon nos informations, un gendarme mobile a été blessé à la main sur les Champs-Elysées.

13h03 : Une remorque est en feu sur les Champs-Elysées

 

13h01 : Un groupe de «gilets jaunes» qui se présentait devant le Sénat a été évincé

12h57 : Accalmie à la Réunion toujours sous couvre-feu

L’île de la Réunion, secouée par une flambée de violences en marge du mouvement des « gilets jaunes », a connu une accalmie dans la nuit de vendredi à samedi, la préfecture évoquant la possibilité d’un retour « progressif » à la normale. Des manifestants parmi le millier rassemblé devant la préfecture à Saint-Denis (nord) ont demandé au préfet Amaury de Saint-Quentin, venu samedi matin pour la première fois à la rencontre de protestataires, de lever le couvre-feu en vigueur depuis mardi soir et prolongé jusqu’à dimanche matin. Seuls quelques feux de poubelle et de palettes ont été signalés samedi. Quatre personnes ont été interpellées pour des faits mineurs, soit 139 personnes depuis le début de la mobilisation le 17 novembre, selon la préfecture. Un gendarme mobile a été légèrement blessé, portant à 39 les blessés parmi les forces de l’ordre.

12h52 : La situation sur les Champs-Elysées en images

 

12h49 : Deux nouvelles interpellations ont eu lieu, soit huit au total, indique la préfecture de police de Paris

12h47 : Ça bloque toujours sur des autoroutes dans tout le pays

Vinci recense des mouvements sur l’A7, A8, A10, A11, A20, A28, A61, A63, A64, A62, A85, A89 ou A 13.

12h46 : Des fumigènes à l’intérieur de la station de métro Charles de Gaulle-Etoile

Selon un journaliste du Parisien, le métro est à l’arrêt.

12h40 : « Si j’avais voulu appeler à manifester sur les Champs-Elysées, j’aurais appelé à manifester sur les Champs-Elysées », affirme Marine Le Pen

La cheffe du Rassemblement national se défend d’avoir appelé à manifester sur les Champs-Elysées. « J’ai posé une question à laquelle je n’ai pas eu de réponse », a-t-elle souligné. « Christophe Castaner réagit comme un militant politique pas comme un ministre », a taclé Marine Le Pen. Interrogée par BFMTV pour savoir si elle appelait à la fin des violences, Marine Le Pen a déclaré : « ça me parait une évidence ». « Je condamne ces violences comme je les condamne toujours. »

12h36 : La mobilisation en baisse au niveau national

A 11 heures, "23.000 personnes sont mobilisées au niveau national contre 124.000 à la même heure la semaine dernière », a indiqué Christophe Castaner ce samedi en fin de matinée.

On compte 8.000 manifestants à Paris dont 5.000 sur les Champs-Elysées, a indiqué le ministre.

12h33 : Marine Le Pen répond aux déclarations de Christophe Castaner

Faisant le point sur la situation à Paris, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a dénoncé « les séditieux » d’ultradroite qui ont répondu selon lui à l’appel à manifester sur les Champs-Elysées de Marine Le Pen. La cheffe de file frontiste s'était intérrogée sur Twitter après l'interdiction de manifester sur l'avenue.

Et elle n’a pas tardé à répondre sur le même réseau social aux déclarations du ministre.

 

12h30 : Six interpellations à Paris

Six personnes ont été interpellées ce samedi en marge de la manifestation des « gilets jaunes », a indiqué à 20 Minutes la préfecture de police de la capitale.

 

12h25 : Des actions pacifiques en région

Des nombreuses actions, pacifiques, se tenaient également un peu partout en France, avec des manifestations, opérations escargots ou péages gratuits notamment aux abords des péages et axes autoroutiers.

De nombreux « gilets jaunes » ont en effet choisi de rester dans leurs régions, faute de moyens ou par crainte d’éventuelles échauffourées à Paris.

Rassemblements dans les préfectures et sous-préfectures (Lyon, Lille, Toulouse, Limoges, Carcassonne…), barrages filtrants sur des axes routiers ou des zones commerciales, et autres actions « spectaculaires » ont été annoncées.

Au péage de La Gravelle, près de Laval, environ 200 manifestants ont ouvert les barrières du péage. « Allez-y, c’est gratuit ! C’est Macron qui paye ! », lançaient les manifestants aux automobilistes, selon une journaliste de l’AFP.

12h15 : Le ministre de l’Intérieur fait le point sur la situation nationale et la situation à Paris

« Ce que nous constatons c’est, à la fois l’affaiblissement du mouvement à l’échelle nationale. On compte 23.000 personnes mobilisées au niveau national contre 124.000 à la même heure la semaine dernière », a déclaré Christophe Castaner ce samedi en fin de matinée.

On compte 8.000 manifestants à Paris dont 5.000 sur les Champs-Elysées, a indiqué le ministre.

« Sur Paris on voit une évolution à l’appel de Marine Le Pen. On constate que l’ultra-droite est mobilisée et tente de dresser des barricades » a lancé Chrisophe Castaner.

La cheffe de file frontiste s’était interrogée sur Twitter sur l’interdiction de manifester sur les Champs-Elysées.

« Nos forces de sécurité avaient anticipé ces débordements et avancent avec des outils qui permettent d’éviter les blessés et de repousser les assaillants »

« Je demande à celles et ceux qui veuulent manifester à se retirer de ces mouvements de violence », a-t-il demandé.

11h45 : Une partie des Champs-Elysées saccagée par des casseurs

Des casseurs ont démonté un chantier pour récupérer des barrières, déscellé des pavés et des blocs de béton pour dresser des barricades et jeter des projectiles sur les forces de l’ordre.

 

11h43 : Anne Hidalgo sifflée par des sympathisants du mouvement

La maire de Paris, présente porte de Saint-Ouen lors de l’inauguration de la ligne T3 du tramway, a été huée par une dizaine de chauffeurs de VTC qui n’ont pas revêtu de gilets jaunes mais se disent solidaires du mouvement, rapporte le Parisien.

11h38 : Des membres de l’ultra-droite identifiés parmi les manifestants

Une centaine de membres de l’ultra-droite a été identifiée parmi les manifestants présents sur les Champs-Elysées.

 

11h36 : Une personne a été interpellée sur les Champs-Elysées

La préfecture de police a indiqué qu'une personne avait été interpellée sur les Champs-Elysées.

11h25 : Les manifestants reculent sur les Champs-Elysées, d'autres continuent de faire face aux CRS

Les lacrymogènes ont produit l'effet escompté. Les manifestants reculent et retournent sur le haut de l'avenue des Champs-Elysées. Certains manifestants s'attaquent au mobilier urbain, et utilisent des pieds de biche pour récupérer des pavés sur les Champs-Elysées avant de lancer des projectiles sur les forces de l'ordre. 

11h22 : On fait le point sur l’état du trafic dans l’Ouest

Les principales difficultés recensées actuellement concernent :

  • Sur la N1338, perturbations aux abords du pont Flaubert (rond-point de la Motte) à Rouen
  • Sur la N182 perturbations aux abords du Pont de Tancarville (circulation réduite à 1 voie par sens)
  • Sur la N171, perturbations aux échangeurs à hauteur de Trignac et Saint Nazaire.

11h13 : Ralentissements au rond-point de la zone d’activité d’Haguenau, dans le Bas-Rhin

Une cinquantaine de « gilets jaunes » se trouve sur place dans une ambiance détendue, note notre journaliste sur place.

 

11h08 : Des « gilets jaunes » se sont introduits chez la députée de l’Aude Mireille Robert

L’élue La République en marche Mireille Robert a indiqué sur Twitter que 40 hommes cagoulés se sont introduits chez elle, menaçant sa famille. L’élue a annoncé avoir déposé plainte.

 

10h55 : Les forces de l'ordre font usage de grenades lacrymogènes pour disperser la foule sur les Champs-Elysées

Il y a eu quelques tentatives de poussées sur les barages sur les Champs, selon la préfecture de police. Les forces de l'ordre ont eu recours à des grenades lacrymogène au niveau du rond point des Champs. Usage et à des lances à eau après des poussées sur les barages.
Pour l'heure, aucun manifestant n'est dans la zone interdite par arrêté près de l'Elysée, du ministère de l'Intérieur et de la Concorde. 

10h40 : Opération péage gratuit à Gerzat, près de Clermont-Ferrand

 

10h30 : Les « gilets jaunes » bravent l’interdiction de se rassembler sur les Champs-Elysées

Une partie (le haut) des Champs-Elysées était ouverte aux piétons. Mais il était interdit de s’y rassembler. Pour l’heure, plusieurs dizaines de « gilets jaunes » se rassemblent sur l’avenue et font face aux forces de l’ordre, bravant ainsi l'interdit.

Les manifestants sont hors du périmètre interdit par arrêté, indique la préfecture de police.

Des camions anti émeute sont déployés près du palais présidentiel et du ministère de l'Intérieur.

10h06 : Blocages et manifestations dans le Var

Si vous êtes dans le Var, voici l’état des secteurs à éviter ce samedi, des opérations de filtrage sont en cours, indique la préfecture :

  • Bandol, filtrage échangeur de sortie vers Bandol
  • Fréjus, filtrage au rond-point Gargalon
  • Le Muy, filtrage au rond point entrée autoroute A8


Des manifestations sont également en cours :

  • Brignoles, manifestation au rond point d’accès à l’autoroute A8
  • Puget-Ville, manifestation au péage
  • La Valette, rassemblement de personne sur le parking de Leroy Merlin
  • Toulon, manifestation place de la Liberté.

10h03 : Le point sur la situation en Haute-Garonne

Des manifestations sont en cours dans le département de la Haute-Garonne et entraînent des difficultés de circulation, indique la préfecture.
Une mobilisation est en cours en centre-ville de Toulouse. Les manifestants marchent sur les voies de circulation. La circulation est ralentie sur l’agglomération toulousaine et proches alentours.
Des barrages filtrants ont été mis en place sur les péages suivants :
• A68 Toulouse Est
• A64 Muret
• A 62 Eurocentre et St Jory : blocage des poids-lourds.

9h55 : Des « gilets jaunes » sur les Champs-Elysées empêchés d’accéder à l’Elysée

De nombreux « gilets jaunes » ont investi le premier tiers des Champs-Élysées, où il est possible de se rendre à pied. Le bas de l’avenue, qui donne accès du palais présidentiel notamment, est interdit d’accès.

 

9h50 : Important dispositif de sécurité mis en place 

Au total, ce samedi, 2.800 gendarmes mobiles et CRS sont déployés sur Paris. Ils sont épaulés par 200 forces de l'ordre de la préfecture de police de Paris pour sécuriser la capitale

A titre de comparaison, la semaine dernière, il y avait 3.000 forces de l'ordre déployées sur l'ensemble du pays. 

9h40 : On refait le point sur la situation dans la capitale

Selon la préfecture de police de Paris, il y a toujours plusieurs rassemblements épars dont un sur la place de l’étoile.

9h35 : Pour dialoguer avec le gouvernement, le mouvement doit-il se structurer ?

Les « gilets jaunes » toujours sur le pont. Une semaine après la première mobilisation, le mouvement de protestation contre la hausse du prix du carburant et la baisse du pouvoir d’achat appelle à une seconde journée de manifestation à Paris et en régions ce samedi. Les annonces du gouvernement pour apaiser la gronde n’ont pas suffi. 

Mais la question de la représentativité du mouvement ne fait pas l'unanimité chez les «gilets jaunes». La suite de l'analyse de notre journaliste politique est à lire par ici.

9h25 : Opération péage gratuit à Toulouse

Des dizaines de motards « jaunes » (près de 250) sont postées au péage de Muret, au sud de Toulouse, le même péage qui hier a été débloqué par les forces de gendarmerie.

 

9h15 : Plusieurs barrages filtrants mis en place sur les autoroutes

Ce samedi matin, plusieurs manifestations sont en place sur le réseau VINCI Autoroutes, explique la société.

Dans le détail, des barrages filtrants sont en cours notamment sur la barrière de Vienne sur l’A7, sur l’A9 au niveau de la frontière espagnole, à la Barque sur l’A8, à Saint-Arnoult en Yvelines sur l’A10 et peuvent entrainer des ralentissements.

9h10 : Un « gilet jaune » blessé dans l’Aisne

Toujours selon BFMTV, un conducteur a forcé un barrage de « gilets jaunes » à Hirson (Aisne) dans la nuit. Un manifestant a été blessé.

9h05 : Des heurts dans la nuit à Hénin-Beaumont

Des « gilets jaunes » encagoulés ont pris à partie cette nuit les forces de l’ordre à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), selon BFMTV. Un véhicule de police a été incendié et sept policiers ont été légèrement blessés, souligne la chaîne.

8h55 : Des rassemblements ont dégénéré cette nuit à Chaleroi, en Belgique

A Charleroi, le rassemblement de « gilets jaunes » a dégénéré dans la nuit de vendredi à samedi. Deux personnes ont été interpellées, plusieurs blessées, rapportent les médias locaux.

 

8h40 : Les alentours du palais de l’Elysée et de l'Assemblée nationale bloqués

Les Champs-Elysées sont toujours accessibles aux piétons mais les alentours du palais présidentiel et de l’Assemblée nationale sont bouclés. Un important dispositif de sécurité a été mis en place pour éviter toute incursion.

8h35 : Une charte de bonne conduite circule à Alès parmi les « gilets jaunes »

Comme le rapportent nos confrères de Midi Libre, une charte de bonne conduite circule parmi les « gilets jaunes » à Alès pour éviter les incidents.

 

8h20 : Petit point sur la situation à Paris

D’après la préfecture de police de Paris quelques petits groupes épars de « gilets jaunes » sont comptabilisés dans la capitale. Place de la Concorde, un périmètre de sécurité a été mis en place par les forces de l’ordre conformément à l’arrêté. Il n’y a pour l’instant aucun gilet jaune présent.

8h15 : Un forcené « dangereux » se rend à la police à Angers

Un forcené « dangereux », vêtu d’un gilet jaune et muni d’une charge explosive, s’est rendu à la police vendredi soir après plusieurs heures de négociations sur le parking d’un centre commercial d’Angers, a constaté un photographe de l’AFP.

L’homme de 45 ans, connu des services de police et qui demandait que les « gilets jaunes » soient reçus à l’Élysée, s’est rendu vers 22h30 après six heures de négociations avec les policiers du RAID et le préfet de Maine-et-Loire.

8h00 : Combien de « gilets jaunes » sur Paris et où ?

Bienvenue dans ce live qui va nous occuper toute journée. Les « gilets jaunes » pourraient finalement être moins de 30.000. C’est une source ministérielle qui l’a révélée à 20 Minutes vendredi. Une nouvelle note de la direction des renseignements de la préfecture de police indique que les manifestants sont susceptibles de se réunir au Champs de Mars, mais aussi place de la Concorde, aux abords de l’Elysée, près de la place de l’Etoile et des Champs Elysées, de l’Assemblée nationale, des places de la Madeleine, de la République et de la Nation, ainsi que de la porte Maillot. Le détail est à lire dans cet article.