VIDEO. Bretagne: Les «illettrées» de Gad se racontent dans un film poignant

DOCUMENTAIRE Le réalisateur Philippe Guilloux fait témoigner sept anciens salariés de l’usine de Lampaul-Guimiliau (Finistère)...

Jérôme Gicquel

— 

L'abattoir Gad a fermé ses portes le 11 octobre 2013, avec à la clé 889 licenciements.
L'abattoir Gad a fermé ses portes le 11 octobre 2013, avec à la clé 889 licenciements. — F. Tanneau / AFP
  • Le 11 octobre 2013, l’abattoir Gad fermait ses portes à Lampaul-Guimiliau dans le Finistère, laissant 889 salariés sur le carreau.
  • Sept d’entre eux ont accepté d’évoquer ces souvenirs douloureux dans un documentaire signé Philippe Guilloux.

Ils s’appellent Patrick, Joëlle, Olivier, Fabienne, Neil ou bien encore Hassina. Tous et toutes « illettré(e) s » de Gad, selon l’expression d’Emmanuel Macron. Interrogé sur l’antenne d’Europe 1 le 17 septembre 2014, le ministre de l’Economie de l’époque avait évoqué le sort de l’usine Gad à Lampaul-Guimilau (Finistère) qui avait fermé ses portes le 11 octobre 2013, avec 889 licenciements à la clé. « Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont pour beaucoup illettrées », avait-il lâché, déclenchant une grosse polémique.

Cette phrase est le point de départ du documentaire Les illettrées de Philippe Guilloux, actuellement diffusé dans les salles de cinéma en Bretagne. « Certaines n’ont peut-être pas été très loin en études mais ce n’est pas pour ça qu’elles ne faisaient pas leur travail. Et ce n’étaient pas des illettrées », indique Joëlle, 54 ans, arrivée en 1997 chez Gad.

Une fermeture vécue comme un traumatisme

Dans son film, le réalisateur ne cherche pas à comprendre les raisons qui ont conduit cette entreprise familiale prospère au naufrage. « Je voulais parler de l’après, de ce qui se passe dans la tête des salariés quand l’usine ferme et comment on rebondit », indique Philippe Guilloux. Pour beaucoup, cet après est violent. Un véritable traumatisme même. « Je ne voulais pas quitter ma seconde famille », assure Hassina.

Car si tous reconnaissent que le métier était difficile, ils n’en étaient pas moins fiers. « Les salariés ont donné leur vie pour cette entreprise. Et en une fraction de seconde, tout s’arrête, toute une vie de travail », raconte Olivier Le Bras, ancien délégué syndical FO qui a mené le combat des Gad. « Ils n’ont pas seulement perdu un métier. Mais aussi tout ce que cela représentait, une famille, des amis, des collègues », souligne le réalisateur.

Dans la seconde partie du documentaire, les anciens salariés de l’abattoir évoquent leur quête d’un nouvel emploi. Certains y sont parvenus assez facilement, d’autres attendent toujours. « On parle souvent du chômage mais sans donner les paroles aux chômeurs. C’est pour ça que j’ai voulu les faire témoigner », souligne Philippe Guilloux, qui espère que son film permettra de faire changer les regards sur le chômage.