«Gilets jaunes» à Paris: Le nombre de manifestants attendus revu à la baisse

INFO 20 MINUTES Selon une source ministérielle, un peu moins de 30.000 « gilets jaunes » sont désormais attendus, samedi, à Paris. Les services de renseignements redoutent que des militants de l’ultra-droite et de l’ultra-gauche en profitent pour s’affronter…

Thibaut Chevillard

— 

80 à 120 militants de l’ultra droite et 100 à 200 militant "de la mouvance contestataire radicale" sont attendus à Paris
80 à 120 militants de l’ultra droite et 100 à 200 militant "de la mouvance contestataire radicale" sont attendus à Paris — FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Le chiffre a été revu à la baisse par la place Beauvau. Selon une source ministérielle, moins de 30.000 «gilets jaunes » sont désormais attendus, samedi, à Paris. Une nouvelle note de la DRPP (direction des renseignements de la préfecture de police), que 20 Minutes s’est procurée, indique que les manifestants sont susceptibles de se réunir dans neuf lieux de la capitale : au Champs de Mars, mais aussi place de la Concorde, aux abords de l’Elysée, près de la place de l’Etoile et des Champs Elysées, de l’Assemblée nationale, des places de la Madeleine, de la République et de la Nation, ainsi que de la porte Maillot.

Interrogé sur BFM TV, le préfet de police, Michel Delpuech, a pourtant rappelé que la manifestation des « gilets jaunes » devait se tenir, pour des raisons de sécurité, uniquement sur le Champs de Mars, comme l’a décidé le ministère de l’Intérieur. La place de la Concorde et le bas Champs-Elysées seront fermés au public, a-t-il également indiqué. De nombreux effectifs de policiers et de gendarmes seront mobilisés dans le haut de la plus belle avenue du monde afin de pouvoir intervenir si des manifestants s’y réunissaient.

Les autorités estiment que 100 à 200 chauffeurs VTC et quelques chauffeurs de taxi vont se joindre au mouvement. Ils s’attendent également à la présence d’élements perturbateurs. Parmi eux, 80 à 120 militants de l’ultra droite et 100 à 200 militants « de la mouvance contestataire radicale qui devraient chercher à se livrer à des violences et à des dégradations ». « Des affrontements entre les deux mouvances sont susceptibles de survenir », redoute la DRPP dans sa note.

Les policiers remarquent en outre que la Fédération des motards en colère a lancé des appels « à des blocages sur le boulevard périphérique ou des opérations escargots ».