Mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles: «La marche du 24 novembre pourrait être historique»

INTERVIEW Madeline Da Silva, l’une des organisatrices des manifestations qui auront lieu ce samedi dans toute la France, explique quelles sont les attentes des participants…

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

Une manifestante du mouvement #Noustoutes en septembre 2018 à Paris.
Une manifestante du mouvement #Noustoutes en septembre 2018 à Paris. — Zakaria ABDELKAFI / AFP
  • Déjà 160.000 femmes ont signé l’appel à manifester sur Internet, ce qui prédit un beau succès à la cinquantaine de marches organisées en France samedi.
  • Les organisateurs demandent une augmentation des fonds consacrés chaque année à l’aide aux femmes victimes de violences.
  • Ils ne craignent pas la mobilisation des « gilets jaunes », qui ont pourtant appelé à une mobilisation nationale samedi.

Depuis  #MeToo, beaucoup veulent que la peur change de camp et la manifestation du 24 novembre veut enfoncer le clou. Des milliers de personnes sont attendues samedi dans une cinquantaine de villes en France pour dire stop aux violences contre les femmes, à l’appel d’un collectif citoyen #Noustoutes qui espère une « déferlante féministe » à travers le pays.

Ces défilés sont organisés à la veille de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes et la plus grande manifestation aura lieu à Paris, place de l’Opéra à partir de 14 heures. Et le fait que les «gilets jaunes» aient appelé à une mobilisation nationale samedi ne semble pas inquiéter Madeline Da Silva, l’une des organisatrices de la marche, qui a répondu aux questions de 20 Minutes.

Êtes-vous optimiste concernant le nombre de participants aux marches organisées samedi par le mouvement #NousToutes ?

Oui, car on sent que l’appel à manifester est très relayé sur les réseaux sociaux et plus de 160.000 citoyens ont signé l’appel à manifester. Par ailleurs, 600 femmes appellent à manifester le 24 novembre dans une tribune. Cette marche pourrait être historique. Car depuis 1995, les manifestations relatives à cette cause rassemblent généralement entre 1.000 et 2.000 personnes. Là nous espérons toucher plus de monde ! Et plus nous serons nombreux sur le terrain, plus l’électrochoc sera fort dans l’opinion publique. Les gens en parleront à la machine à café le lendemain à leurs collègues et cela incitera, nous l’espérons, les pouvoirs publics le gouvernement à davantage se mobiliser sur le sujet.

Quels seront les différents profils de manifestants ?

Il y aura bien évidemment des associations qui luttent contre les violences faites aux femmes, des mouvements féministes, des victimes qui veulent faire entendre leur voix. Mais on attend beaucoup de femmes, simples citoyennes, qui se sont saisies de cette cause depuis le mouvement #MeToo. Elles ont envie de transformer cette prise de conscience en action.

Attendez-vous beaucoup d’hommes ?

Oui, cette mobilisation est parfaitement mixte et il y aura des citoyens engagés dans cette cause. Mais l’on sait que certains agresseurs de femmes seront aussi présents pour assurer leur impunité.

Plus de 250 personnalités ont appelé à manifester, est-ce une première ?

Oui et leurs voix vont faire porter notre message plus loin. Quand Karin Viard parle des violences sexuelles cela n’a pas le même impact que si une anonyme le fait.

Craignez-vous que la mobilisation des « gilets jaunes » vous fasse concurrence ?

Pas du tout car nos combats sont très éloignés. Nos manifestations ont reçu l’autorisation des préfectures et seront parfaitement sécurisées.

Qu’attendez-vous des pouvoirs publics si la mobilisation est forte ?

Qu’ils envisagent un plan d’urgence et mettent de l’argent sur la table. Et ce, pour former tous les professionnels concernés par ces questions, dans les domaines de la santé, de l’enfance, de la police et de la justice. Il faut aussi doubler le budget des associations venant en aide aux femmes victimes de violence et aussi créer des places d’hébergement qui leur sont dédiées. Enfin, il faut qu’on crée un brevet de la non violence au collège ou au lycée pour sensibiliser très largement. ​