«Gilets jaunes» dans le Tarn: La mobilisation se poursuit, malgré l'appel du préfet à cesser les blocages

MANIFESTATIONS La préfecture du Tarn a publié un communiqué mercredi, mais les gilets jaunes ne désarment pas…

N.S.

— 

Des gilets jaunes à Lespinasse, en Haute-Garonne, le 19 novembre 2018.
Des gilets jaunes à Lespinasse, en Haute-Garonne, le 19 novembre 2018. — F. Scheiber / Sipa

Selon la préfecture du Tarn, 13 barrages filtrants de « gilets jaunes » étaient en place ce jeudi à 8 heures. Ces perturbations touchent huit communes, dont Albi et Castres, mais surtout Graulhet et Réalmont. « L’appel au rétablissement de la libre circulation » lancé mercredi par le préfet Jean-Michel Mougard n’a donc pas été entendu.

« Il est rappelé que si le droit de manifester est un droit fondamental protégé par la loi, il ne peut être exercé dans n’importe quelles conditions et modalités et doit être concilié avec d’autres libertés essentielles comme la liberté de circulation pour tous », indiquait notamment le communiqué.

« De nombreux responsables [d’]entreprises font désormais état de difficultés d’approvisionnement et de pertes de chiffre d’affaires », relevait aussi le texte, qui évoquait les conséquences des blocages « sur l’activité économique, le cas échéant sur l’emploi des Tarnais ».

Apparemment, les « gilets jaunes » les plus irréductibles n’ont pas suivi les conseils de la préfecture, qui maniait aussi plusieurs fois le bâton, dans son communiqué. Comme lorsqu’elle indiquait que « le cas échéant, les perturbations excessives de la vie collective donneront lieu à intervention pour rétablir la sécurité et l’ordre publics ».