Vincent Lambert: Les experts confirment son «état végétatif chronique irréversible»

JUSTICE Ces experts nommés par la justice étaient chargés de se prononcer sur l’état du patient depuis la dernière expertise officielle de 2014, avant l’éventuel déclenchement d’une procédure d’arrêt des soins...

20 Minutes avec AFP

— 

L'hôpital Sébastopol à Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert depuis septembre 2008.
L'hôpital Sébastopol à Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert depuis septembre 2008. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Vincent Lambert ne va pas mieux : les experts mandatés par la justice confirment que son « état végétatif chronique irréversible » ne lui laisse plus « d’accès possible à la conscience », une conclusion qui pourrait faire basculer la bataille judiciaire autour d’un éventuel arrêt des soins. A 42 ans, dont dix passés sur un lit d’hôpital après un accident de voiture en 2008, Vincent Lambert est bel et bien dans « un état végétatif chronique irréversible », écrivent ces trois experts dans leur rapport datant du 18 novembre et dont l’AFP a obtenu copie mercredi soir.

Nommés par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, ces experts étaient chargés de se prononcer sur l’état du patient depuis 2014, date de la dernière expertise officielle, avant l’éventuel déclenchement d’une procédure d’arrêt des soins, souhaitée par le centre hospitalier.

« Une situation d’impotence fonctionnelle totale »

« Vincent Lambert est dans une situation d’impotence fonctionnelle totale du fait des lésions encéphaliques irréversibles dont il a été victime en 2008, soit une durée de suivi évolutif de dix années », ont conclu les trois experts dans leur rapport datant du 18 novembre. Son état de santé se traduit par « la limitation extrême ou totale de ses capacités d’accès à la conscience, de communication, de motricité, d’expression de sa personnalité, l’altération irréversible de son image, qui lui portent atteinte à un point qui n’est pas acceptable par lui-même et par son épouse et tutrice » Rachel Lambert, ont-ils ajouté.

Un accident de voiture, sur une petite route près de Châlons-en-Champagne, a laissé le 29 septembre 2008 cet infirmier psychiatrique de 32 ans, marié et père de famille, cérébrolésé et tétraplégique.

Cinq ans plus tard, le début de la bataille judiciaire autour de son maintien en vie ou non, entre des proches déchirés par des valeurs contraires, l’a propulsé sur le devant de la scène médiatique et son cas est devenu une « affaire ».