Marseille: La brasserie de la Plaine ouvre un «Work’Chope» pour brasser soi-même sa bière

DIY La brasserie de la Plaine inaugure ce jeudi soir un Work’Chope, un lieu où chacun peut venir brasser sa propre bière…

Adrien Max

— 

Selim et Sylvain, les fondateurs de la brasserie de la Plaine.
Selim et Sylvain, les fondateurs de la brasserie de la Plaine. — Brasserie de La Plaine
  • La brasserie de la Plaine inaugure ce jeudi un Work’Chope, lieu ou chacun peut venir brasser sa bière.
  • Depuis son ouverture la brasserie donne des cours de brassage, fort de ce succès les deux fondateurs ont souhaité ouvrir ce Work’Chope.
  • Ils espèrent ainsi créer une communauté autour des brasseries locales afin de redonner goût pour la « bonne » bière.

Un Work’Chope pour dompter malt et houblon. La brasserie de la Plaine, à Marseille, inaugure ce jeudi soir son Work’Chope, un lieu où chacun peut venir brasser sa propre bière. Installé depuis 2013 rue Saint-Pierre, à deux pas de la Plaine, le gros de la production se fait désormais dans le quartier de Saint-Menet, dans le XIe arrondissement, depuis la fin 2017.

« Nous avons conservé ce local pour faire des tests, pour faire des petits brassins, mais aussi pour donner des cours, et donc désormais pour proposer aux particuliers de brasser leur propre bière », explique Salem Haji, l’un des fondateurs avec Sylvain Perrot.

« Quand on peut faire des pâtes, on peut faire de la bière »

Ce Work’Chope part de la réussite des cours que proposent les deux acolytes à leurs clients. « Quasiment depuis le début, nous donnons des cours sur le brassage des bières, et chaque session est complète. Les gens sont très intéressés, et nous leur expliquons comment brasser leur bière chez eux. Je dis souvent qu’à partir du moment où l’on peut faire des pâtes chez soi, on peut également brasser de la bière », détaille Salem.

Mais des contraintes peuvent freiner certains. « Le plus compliqué reste de s’approvisionner en matière première, les malts et le houblon, donc on en a plusieurs à la vente. On propose également un peu de matériel, l’idée est de se dire que si un soir vous parlez avec un pote de faire votre bière, le lendemain vous pouvez trouver le nécessaire au Work’Chope. Plus généralement, si les gens veulent éviter de faire le bordel chez eux, ils peuvent venir ici », en rigole Salem.

Réunir autour de la bière de qualité

Jérôme Tanin, est justement venu prendre des cours. « Je suis passé du kit Nature et Découverte pour faire sa bière à la brasserie de la Plaine. J’ai appris énormément sur la technique, la fermentation, les cycles, la température. J’ai aussi découvert un autre monde, dans lequel il y a beaucoup de partage. Ils n’hésitent pas à former les gens quitte à ce qu’ils deviennent des concurrents et ce n’est vraiment pas courant », témoigne Jérôme. Du coup, il a ouvert sa propre brasserie près de la place Castellane, Zoumaï, sur le modèle des « brupub », il brasse la journée et sert des bières le soir.

Le but affiché d’ouvrir ce Work’Chope pour la brasserie est aussi de « fédérer une communauté autour de la bière ». « On veut que les gens puissent venir tester, échanger, discuter autour de la bière pour se la réapproprier. Comme lorsqu’on fait son pain, on continue d’aller chez le boulanger mais on privilégie désormais la qualité. C’est ainsi que les gens vont prendre goût à la bonne bière », décrypte-t-il.

De la place pour de futures vocations

Fort de ce succès pour la production et la consommation locale, la brasserie de La Plaine va prochainement installer une distillerie au sein du Work’Chope. « On va produire un pastis local, mais aussi des spiritueux comme du gin. La base est également le malt et le houblon, et les particuliers pourront venir faire leur propre gin », explique Salem.

Les différents malts proposés par la brasserie de la Plaine.
Les différents malts proposés par la brasserie de la Plaine. - Brasserie de La Plaine

En attendant, tous les financeurs de Work’Chope, via un financement participatif, trinqueront ensemble au démarrage de ce nouveau projet. Il reste de la place pour de futures vocations lorsqu’on sait que Heineken brasse autant de bière en six heures, que toutes les microbrasseries de la région Paca en une année.