«Gilets jaunes»: Non un élu en fauteuil roulant n'a pas été frappé par les CRS à Quimper

FAKE OFF Une vidéo montrant la prétendue agression a été largement relayée sur les réseaux sociaux...

C.A.

— 

Capture d'écran de la vidéo montrant l'intervention des CRS à Quimper le 17 novembre 2018.
Capture d'écran de la vidéo montrant l'intervention des CRS à Quimper le 17 novembre 2018. — Capture d'écran
  • Une vidéo montrant un homme en fauteuil roulant encerclé par des CRS a été relayée sur les réseaux sociaux.
  • Le compte des « gilets jaunes » qui relaie l’information accuse les forces de l’ordre d’avoir violenté la personne handicapée à Quimper, le 17 novembre.
  • Il s’agit d’un conseiller départemental du Finistère. Ce dernier a pris la parole pour démentir l’agression et « rétablir la vérité ».

La vidéo a été largement relayée sur la Toile. Publiées sur le compte Twitter « lesgiletsjaunes.fr », les images d’un homme en fauteuil roulant au milieu d’une intervention de CRS ont été vues 80.000 fois ce mercredi. Et 115.000 fois sur Facebook. La légende indique : « des CRS s’en prennent à un handicapé en chaise roulante, ils tabassent son accompagnant, et ensuite s’en prennent à la personne qui filme la scène ».

La scène montrée en images s’est bien déroulée en marge d’un rassemblement des «gilets jaunes ». Elle a lieu samedi lors de la journée de mobilisation du 17 novembre dans les rues de Quimper au cours de laquelle des échauffourées ont éclaté​.

FAKE OFF

La personne en fauteuil roulant que l’on aperçoit sur les images est en fait un conseiller départemental du Finistère. Voyant la polémique enfler, ce dernier a tenu à rétablir la vérité. « Les CRS ne m’ont pas agressé. Ils ont voulu au contraire me protéger », a expliqué Stéphane Le Bourbon à Ouest-France.

Ce dernier se trouvait non loin de la manifestation quand il a vu un homme en fauteuil s’en prendre aux forces de l’ordre. Il s’est rapproché pour tenter de le calmer. Ce dernier s’est alors levé de son fauteuil et a agressé le conseiller départemental. Les CRS sont alors intervenus. « Ce n’était pas mon accompagnant. Tout est faux », assure l’élu dans le quotidien breton.

Un tir de flash-ball fait réagir

Stéphane Le Bourbon a écrit aux CRS pour leur exprimer son soutien. « Je n’accepte pas que l’on se serve de moi comme ça et que l’on attise la haine », a-t-il conclu.

Une autre vidéo tournée le même jour à Quimper a également fait parler d'elle. On y voit un homme recevoir un tir de flash-ball en plein visage. Il venait de se baisser pour ramasser un objet au sol. Cette vidéo est bien authentique et l'homme a été blessé.